Jipihorn's Blog

mars 31, 2006

Jeu d\’esprit

Filed under: Uncategorized — jipihorn @ 12:23

Nouveauté parmi les appareils miracle : le Manta de chez Esprit, un distributeur de cables (car c’est très improbable qu’ils aient leur propre unité de production de fils).
Rien que le descriptif renvoie directement au texte de référence avec le très habile chapitre sur « Nos lecteurs savent que nous n’aimons pas le charlatanisme » d’un coté et la diatribe Johannesque de l’autre.
Pas commentaires particuliers, encore un prétendant à un prix nobel de haute volée. Les pauvres, ils ne le savent même pas.

Jipi

mars 24, 2006

Ceinture de pierre.

Filed under: Uncategorized — jipihorn @ 3:00

Vous êtes en plein nettoyage de printemps. Et, comme tout rangement qui se respecte, il reste un tas de trucs qui rentre dans aucune catégorie en particulier et qui finit dans un carton qui ira moisir avec les autres cartons remplis de trucs hors catégorie.
Cette année, dans ce tas, on peut trouver :

1-Des petits serflex en plastique de couleur
2-Quelques crayons indélébiles Steadler qui servaient à faire de circuits imprimés à la main
3-Un lot de pinces crocodile
4-Des bandes autocollantes effet hologramme irisé
5-Des échantillons de crème hydratante piqués dans les hôtels lors du dernier voyage professionnel.
6-Quelques mètres de spirale range câble
7-Des colorants alimentaires
8-Des attaches à rideau marron
9-Des restants de clinquant en alu et en cuivre
10-Des feuilles autocollantes diverses
11-Des aimants souples qui décoraient le frigo dans les années 70
12-Des épingles à nourrice
13-un vieux restant d’huile 3-en-1

Vous vous dites que la, tout part direct à la poubelle cette année car, y a vraiment plus rien à en faire.
Ce à quoi je réponds que vous êtes un naïf doublé d’un manque total de vision (et d’ambition). Tout simplement parce que vous pouvez parfaitement être l’antenne Française des produits Peter Belt en exclusivité.
Quand même, il faudrait être gonflé pour oser aller jusque la, mais pas du tout. Justement, c’est parce que l’on pense ça que les choses n’avancent pas. Peter Belt, lui, est un vrai visionnaire qui ose sortir des sentiers battus.
Vous ne me croyez pas ? Alors reprenons :

1-Coloured Electret Ring Ties (15€ pièce)
2-The P.W.B.Red ‘x’ Co-ordinate Pen (75€)
3-Quantum Clip (750€) avec du 10 (45€) en option
4-Silver Rainbow Foil (30€ les 3 longueurs de 17×1.5cm)
5-P.W.B. Cream Electret 15 ml (30€)
6-Spiratube (22.50 €/m)
7-En association avec 5, diverses versions colorées selon l’utilisation (P.W.B. Morphic Green Cream à 375€)
8-Brown Ties assembly (CCU) (30€ pièce)
9-P.W.B. Copper/Aluminium Foil (17cm 150€) en association avec P.W.B. Electrical Conduction Corrector ECC Clip (150€)
10-Tout un lot de foils (Freeze Effect, Retro, Passive, Real… 150€ pièce)
11-Coloured Magnadisc (15€ pièce)
12-Smart Metal
13-P.W.B. »Sol – Electret »

Et avec le carton de l’année d’avant, on peut refaire le reste des produits.
Et c’est réel, au prix indiqué. Il faut lire les descriptions par le maître. On pourrait croire à un canular, mais pas du tout. Plébiscité par Stéréophile (le journal des non entendants fortunés) et autres « journalistes », il vend à une clientèle disons… limitée en moyens non financiers.

Comme quoi, il n’est même pas nécessaire de paraître un peu sérieux comme OSH ou Sicomin, il suffit d’oser. Peter Belt est notre maître à tous, il est insurpassable. Dommage qu’il n’y ait plus les photos des produits à l’oeuvre, c’était vraiment gratiné. Du Cochet puissance 10 (allez, puissance 2).

Jipi

mars 23, 2006

C\’est la foire.

Filed under: Uncategorized — jipihorn @ 1:02

Comme tous les ans, c’est devenu un vrai pèlerinage. De nouveaux disciples se joignent à nous au fur et à mesure des embauches au bureau, suivant les deux maîtres des lieux, moi et Bernard. Promulguant au compte goutte les secrets de nos connaissances, le respect que nous vouent nos jeunes appentis est sans fin.
Mais quelle est donc cet événement ?

Comme tous les ans, en mars et en septembre, c’est la foire aux vins à Léognan, pays des graves dans une des plus grandes caves Leclerc de France.
Et donc, cette année, la récolte a été très honnête avec le Smith Haut-Lafitte rouge 2002 à 22 € (payé 19) ou les Carbonnieux à 16 € en 2003. Le choix des Pessac-Léognan est élargi dans ce magasin bâti exactement à l’endroit qui convient. Néanmoins, on pouvait trouver du Citran 2003 à 9€ ou quelques Margaux et Pauillac de bonne tenue. Pour les fortunés, des Pétrus 82 ou Romanée Conti 2000.
Mon seul regret est l’extrême chauvinisme Bordelais qui limite drastiquement le choix en Bourgognes et autres merveilles du Languedoc Roussillon (des vins découverts récemment absolument renversants).

Bref, les armoires sont pleines et on peut appréhender l’année sereinement.

Dernière dégustation : Pape Clément rouge 1997 très fumé et Laville Haut Brion 1984 très étonnant pour un si petit millésime. Mais loin derrière le Dom Pérignon 1996, Piada 1949, Lafite-Rothschild 1957, Margaux 1934 du précédent réveillon du jour de l’an…

Jipi.

mars 20, 2006

Du sens des réalités…

Filed under: Uncategorized — jipihorn @ 2:30

Lorsque l’on construit ses petits appareil vient la douloureuse étape de la quincaillerie, cette corvée qui va faire la différence entre le truc horrible que certains audiophiles adorent ou d’autres plus présentables.
Je pense que le bricoleur sait quel cauchemar va représenter le perçage des trous de 13mm des cinchs dans la toles d’acier de 1.5mm des boîtiers ESM. Tiraillé entre le risque de prendre la tôle dans la poire et avoir des trous plus ou moins alignés, c’est une étape que l’on aborde à reculon.
Et donc, lassé de ces mésaventures, il a fallu investir dans du matériel plus sérieux.
On peut trouver une petite fraiseuse super sympa facilement chez Otelo ou Sidermo avec ses outils , la métrologie de base et quelques accessoires pour environ 1500 Euros. Et la, tout devient possible. Des fentes droites, des trous parfaits, des cotés parallèles… Bref, totalement utile, productif, avec un impact direct sur la qualité des réalisations en général.

Le tout pour le prix d’un.. cable secteur Shunyata Anaconda. Rajoutez en un deuxième pour le préampli, et hop, un tour avec ses outils et la scie à ruban.

Cherchez l’erreur.

Jipi

mars 17, 2006

Et pendant ce temps…

Filed under: Uncategorized — jipihorn @ 9:51

…sur internet.

Jipi

Très haut foutage (de gueule)

Filed under: Uncategorized — jipihorn @ 2:40

Il est tombé dans le domaine public.
Quoi donc ?
LE texte.

Ce mois ci, THF nous fait l’honneur de sa première page avec notre chercheur, qui, câbles à l’épaule, répond au douloureux problème de « ça marche pas ».
Et donc comme exercice pour ce week-end, une application du cours de pseudo sciences sur un cas concret.

Cet exercice est facile car tous les cas de figure y sont présents, du subjectif à outrance aux démonstrations qui n’en sont pas (spéciale dédicace à cette illustration qui est ma préférée). En passant par l’introduction de la mort : “pas de corrélation entre mesure et écoute ». A partir de la, tout est possible.

La donnée supplémentaire par rapport à l’article original, c’est qu’il est signé par le maître lui-même, chose qui n’était pas indiquée dans le numéro de Diapason. On n’est jamais aussi bien servi que par soi-même…

Jipi.

mars 16, 2006

La force de la persuasion…

Filed under: Uncategorized — jipihorn @ 1:53

Si il y a quelque chose d’absolument inconcevable pour l’audiophile extrême, c’est qu’il soit faillible. Il ne peut pas se tromper, grâce à ses capacités d’analyse extra-terrestres, bien au-delà du mesurable.
Pourtant, tout le monde peut percevoir quelque chose qui n’existe pas, simplement parce que l’espoir de la perception permet déjà la perception.
Par ailleurs, contrairement à ce que l’on croit lorsqu’on écoute un système, la vision peut interférer tellement qu’il est possible qu’elle devienne prépondérante. Ceci explique en grande partie pourquoi le double aveugle bien mené ridiculise les affirmations (invérifiables) habituelles et installe immédiatement le malaise de l’oreille d’or.
J’ai pu apercevoir de visu à quel point croire prend le pas sur la réalité. Dans ce cas, c’était qu’un caisson de graves fonctionnait. C’était un système utilisant deux voix du théâtres et un gros caisson central avec son 46cm Fertin à excitation de course. J’étais invité à écouter ce système et dès la première minute ma question a été  » le caisson central est-il branché » ? Ici, rien de bien sorcier, vu que les voix du théâtre n’ont pas de graves du tout. Affirmatif ! Les deux comparses (bien connus de Delphi, ils se reconnaîtrons !), persuadés que le caisson fonctionne me font la démonstration en débranchant le Fertin. Par hasard, le HP a été rebranché sur un coup de contrebasse, ce qui a conforté le fonctionnement du caisson.
Malheureusement, dans l’après midi, on découvre que l’ampli du caisson n’était pas branché. Et donc, pas de graves. Même éteint, il était perçu comme fonctionnant, par des audiophiles aguerris bien établis.

Ceci n’est qu’une démonstration de la puissance de la persuasion. Même si l’on est méfiant, on peut sombrer dans ce piège et douter, pour peu que l’on soit entouré de plusieurs personnes qui sont d’accord (même si elles ont tord). Ce phénomène suffit à expliquer la quasi-totalité des (fausses) contradictions entre subjectivistes et objectivistes. Mais, vu du subjectiviste, c’est intenable, car la suffisance qui est souvent associée prend le dessus. En gros, c’est la méga honte.

Mais, je me pose la question : Si les différences perçues par les subjectivistes si surs d’eux sont si énormes (si l’on en croit leur descriptions), pourquoi sont-ils aussi réticents à participer aux test double aveugle ? Ca ne devrait être qu’une simple formalité…
A moins qu’ils savent au fond d’eux même qu’ils mentent effrontément…

Mais ça, c’est invérifiable.

Jipi

mars 14, 2006

Sachez les reconnaitre…

Filed under: Uncategorized — jipihorn @ 1:38

Dans la faune audiophile, difficile de faire la part des choses dans les affirmations, conclusions, descriptions sur tout matériel imaginable. Dans le but de d’y retrouver un peu, voici quelques recettes éprouvées pour ranger dans la bonne catégorie (fiable – pas fiable) votre interlocuteur :

Affirmations qui font rentrer directement dans la catégorie « pas fiable » :

– Les câbles numériques sont très importants dans la sonorité d’un système, plus même que les câbles analogiques.
– Mes électroniques/câbles/meubles se sont améliorés après un rodage de deux mois.
– Mon mark Levinson a été écrasé par mon nouvel audio-note.
– Cette enceinte ne fonctionne qu’avec des amplis à tubes.
Variante : Cette enceinte ne peut fonctionner que sur des pointes.
– 0.1% de la population est sensible au son du jitter. Pour ma part, je suis très sensible au son du jitter.
Variante 1 : j’ai une oreille d’or, pour vous dire comme je suis fiable pour juger un système.
Variante 2 : Je suis pianiste /violoniste, pour vous dire comme je suis fiable pour juger un système.
– Ces câbles téflon argent RG-179U sont moins définis que les nouveaux RG-316/U.
– J’ai changé les ponts de diodes par des plus rapides, les régulateurs par des LDO, les amplis op. par des Burr Brown de course, les capas par des Cerafine. Je te dis pas, ça m’a coûté 600 euros, mais ça a été transfiguré.
– Weber Rehde a fait considérable progresser la science de audio par une vision qui sort des sentiers battus. Fonctionne aussi avec Amar Bose.
– J’ai mis une gaine OSH, une pyramide Ramses, des bagues Peter Belt. Ca n’a rien à voir.
– Le piano est absolument réel depuis que je suis passé au P610A (marche aussi avec Audio Note, Fostex 103E et Goto SG-20WR)
– Cet ampli a une super musicalité, chose que l’on ne peut pas mesurer mais qui s’entend.
– Ca fait 40 ans que je fais de la Hi-fi alors, vous allez pas me donner des leçons (Mais bon, les mauvais vivent aussi longtemps que les bons).
– La scène sonore s’est ouverte depuis que j’ai changé le câble secteur par des Shunyata Anaconda. A moins que ce soit la plaque de marbre qui m’évite que l’appareil ne tombe sous le poids.
– Ce lecteur Philips 723 que j’ai acheté 1000 euros ridiculise les meilleurs lecteurs de CD du marché.
– Faire un câble audio est beaucoup plus difficile que de faire un câble haute fréquences car le nombre d’octaves à transmettre est beaucoup plus important.
– Ce lecteur CD qui passe le continu n’a pas de graves.
– TAD, c’est nul. Mes Cabasses Yves Cochet les ridiculise, une fois associées au rotel et au 723. Et aux disques fournis avec le système.
– Ce disque ne passe pas sur mon système, pour te dire comme il est mal enregistré.
– Mon système reproduit à la perfection la voix de Rebecca Pidgeon (Normal, TOUT système reproduit sa voix à la perfection).
– Mes voix du théâtre ont un grave rapide (à -30 dB). Fonctionne aussi avec l’extrême aigu.
– Il faudrait être sourd pour ne pas entendre le son des câbles/ampli op. /Cd gravés.
– On a fait aucun progrès en audio depuis 50 ans,au contraire, on a régressé. La preuve : il n’y a plus rien qui sonne comme une Altec A7.
– Mon système est anti-MIS (anti MDI). Fonctionne pour tout fluide inconnu, non mesurable mais qui est la cause de tout.
– Avec mon TACT, j’ai corrigé ma belle pièce en carrelage et miroirs. Fonctionne aussi avec les églises.
– J’ai filtré en 6dB/Octave car c’est ce qui marche le mieux. Existe en variante : Je n’ai pas filtré du tout.
– Je ne peux pas supporter des systèmes où la phase absolue est inversée.
– Le double aveugle est le dernier argument amené par ceux qui n’ont rien compris.
– Cet ampli qui fournit 0.001% de distorsion est bien moins naturel que ce SE à 2% à 1W. Celle loi peut s’écrire D/P=K avec D en %, P en € et K une constante arbitraire.
– Il suffit de regarder un haut-parleur pour en déduire se qu’il va donner à l’écoute. Pour vous dire comme j’ai de l’expérience.

Je pense que ça fera l’objet d’une rubrique récurrente, les variations sur thème son infinies. En gros, lorsque votre interlocuteur annonce des choses qui sont invérifiables (genre « j’entends parfaitement le moindre changement de câble numérique »), méfiez vous. Il y a 99% de chances qu’il soit en train de vous enfumer, surtout si c’est en contradiction avec les principes de base et qu’il refuse la confrontation en double-aveugle…

Jipi.

mars 10, 2006

C\’était mieux avant…

Filed under: Uncategorized — jipihorn @ 1:39

Parmi la faune audiophile extrême, il y a la tribu des nostalgiques prêts à défendre bec et ongle des technologies dépassées sur tous les critères, sauf la distorsion au sens général du terme. On peut aimer telle ou telle sonorité, mais on sort du cadre de la haute-fidélité par définition. On peut citer le vinyle, les HP à excitation, mono triodes et autres vieilleries de HP de télé à la Diatone P610. On pourra rajouter le CD, ce n’est qu’une question de temps.
Au delà des technologies, on retrouve aussi des habitudes venant DIY comme le câblage en l’air.
Etant en plein recâblage du 6C33C, j’ai pu m’apercevoir qu’en fait, cette manière de procéder n’apporte absolument rien. Les câbles soudés aux supports de tubes étaient noircis, la maintenance est devenue un enfer, la fiabilité n’est certainement pas meilleure. Simplement, cet ampli a été fait à l’époque glorieuse de la revue L’audiophile qui ne pouvait pas concevoir un mono triode non câblé en l’air.
Finalement, j’ai gravé un bon circuit double face avec les nouvelles alim régulées, le mu-follower et touts ces éléments qui rendraient le câblage en l’air totalement infernal.
Parce qu’enfin, que peut bien avoir de plus cette manière de procéder sur un bon circuit imprimé ? En gros rien, mis à part que ça permet au bricoleur non équipé en matériel de gravure de faire des circuits simples à la portée de tous comme les SE. Rien de plus. En quoi la qualité serait-elle affectée ?
On pourrait me répondre que la finesse des pistes est un obstacle car la résistance série pourrait impacter le montage. Ou que le diélectrique donne des capacités parasites insupportables.
Bien entendu, ces arguments n’ont aucun sens car des pistes trop fines viennent d’une conception erronée, rien de plus. Je rappelle que l’ordinateur de vous, lecteurs de ce blog, consomme des dizaines d’ampères en continu rien que pour le processeur, des intensités bien plus importantes que celles rencontrées dans des amplis de forte puissance…
Par ailleurs, les capacités parasites ne sont pas plus élevées car si la constante diélectrique est plus élevée (4 à 5), l’épaisseur des pistes en regard est beaucoup plus faible qu’avec des câbles qui ont aussi un diélectrique autour (je ne veut pas imaginer qu’il y ait des cinglés qui câblent des amplis à tubes avec du fil nu). De toutes façons, si l’aspect diélectrique posait des problèmes, il n’y aurait même pas d’ordinateur pour lire ce blog…

Alors, simplement, pour ceux qui bricolent un peu sérieusement, investissez dans du matériel pour CI et faites du câblage rationnel plutôt que de travailler comme il y a 80 ans. Si à l’époque on câblait en l’air, ce n’est pas pour faire mieux marcher, c’est parce qu’il n’y avait pas le choix…

Jipi.

mars 9, 2006

Urgent – urgent – urgent

Filed under: Uncategorized — jipihorn @ 2:06

Cherche enregistrement audiophile du cat-o-phone !

Jipi.

Older Posts »

Propulsé par WordPress.com.