Jipihorn's Blog

mars 10, 2006

C\’était mieux avant…

Filed under: Uncategorized — jipihorn @ 1:39

Parmi la faune audiophile extrême, il y a la tribu des nostalgiques prêts à défendre bec et ongle des technologies dépassées sur tous les critères, sauf la distorsion au sens général du terme. On peut aimer telle ou telle sonorité, mais on sort du cadre de la haute-fidélité par définition. On peut citer le vinyle, les HP à excitation, mono triodes et autres vieilleries de HP de télé à la Diatone P610. On pourra rajouter le CD, ce n’est qu’une question de temps.
Au delà des technologies, on retrouve aussi des habitudes venant DIY comme le câblage en l’air.
Etant en plein recâblage du 6C33C, j’ai pu m’apercevoir qu’en fait, cette manière de procéder n’apporte absolument rien. Les câbles soudés aux supports de tubes étaient noircis, la maintenance est devenue un enfer, la fiabilité n’est certainement pas meilleure. Simplement, cet ampli a été fait à l’époque glorieuse de la revue L’audiophile qui ne pouvait pas concevoir un mono triode non câblé en l’air.
Finalement, j’ai gravé un bon circuit double face avec les nouvelles alim régulées, le mu-follower et touts ces éléments qui rendraient le câblage en l’air totalement infernal.
Parce qu’enfin, que peut bien avoir de plus cette manière de procéder sur un bon circuit imprimé ? En gros rien, mis à part que ça permet au bricoleur non équipé en matériel de gravure de faire des circuits simples à la portée de tous comme les SE. Rien de plus. En quoi la qualité serait-elle affectée ?
On pourrait me répondre que la finesse des pistes est un obstacle car la résistance série pourrait impacter le montage. Ou que le diélectrique donne des capacités parasites insupportables.
Bien entendu, ces arguments n’ont aucun sens car des pistes trop fines viennent d’une conception erronée, rien de plus. Je rappelle que l’ordinateur de vous, lecteurs de ce blog, consomme des dizaines d’ampères en continu rien que pour le processeur, des intensités bien plus importantes que celles rencontrées dans des amplis de forte puissance…
Par ailleurs, les capacités parasites ne sont pas plus élevées car si la constante diélectrique est plus élevée (4 à 5), l’épaisseur des pistes en regard est beaucoup plus faible qu’avec des câbles qui ont aussi un diélectrique autour (je ne veut pas imaginer qu’il y ait des cinglés qui câblent des amplis à tubes avec du fil nu). De toutes façons, si l’aspect diélectrique posait des problèmes, il n’y aurait même pas d’ordinateur pour lire ce blog…

Alors, simplement, pour ceux qui bricolent un peu sérieusement, investissez dans du matériel pour CI et faites du câblage rationnel plutôt que de travailler comme il y a 80 ans. Si à l’époque on câblait en l’air, ce n’est pas pour faire mieux marcher, c’est parce qu’il n’y avait pas le choix…

Jipi.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :