Jipihorn's Blog

mars 16, 2006

La force de la persuasion…

Filed under: Uncategorized — jipihorn @ 1:53

Si il y a quelque chose d’absolument inconcevable pour l’audiophile extrême, c’est qu’il soit faillible. Il ne peut pas se tromper, grâce à ses capacités d’analyse extra-terrestres, bien au-delà du mesurable.
Pourtant, tout le monde peut percevoir quelque chose qui n’existe pas, simplement parce que l’espoir de la perception permet déjà la perception.
Par ailleurs, contrairement à ce que l’on croit lorsqu’on écoute un système, la vision peut interférer tellement qu’il est possible qu’elle devienne prépondérante. Ceci explique en grande partie pourquoi le double aveugle bien mené ridiculise les affirmations (invérifiables) habituelles et installe immédiatement le malaise de l’oreille d’or.
J’ai pu apercevoir de visu à quel point croire prend le pas sur la réalité. Dans ce cas, c’était qu’un caisson de graves fonctionnait. C’était un système utilisant deux voix du théâtres et un gros caisson central avec son 46cm Fertin à excitation de course. J’étais invité à écouter ce système et dès la première minute ma question a été  » le caisson central est-il branché » ? Ici, rien de bien sorcier, vu que les voix du théâtre n’ont pas de graves du tout. Affirmatif ! Les deux comparses (bien connus de Delphi, ils se reconnaîtrons !), persuadés que le caisson fonctionne me font la démonstration en débranchant le Fertin. Par hasard, le HP a été rebranché sur un coup de contrebasse, ce qui a conforté le fonctionnement du caisson.
Malheureusement, dans l’après midi, on découvre que l’ampli du caisson n’était pas branché. Et donc, pas de graves. Même éteint, il était perçu comme fonctionnant, par des audiophiles aguerris bien établis.

Ceci n’est qu’une démonstration de la puissance de la persuasion. Même si l’on est méfiant, on peut sombrer dans ce piège et douter, pour peu que l’on soit entouré de plusieurs personnes qui sont d’accord (même si elles ont tord). Ce phénomène suffit à expliquer la quasi-totalité des (fausses) contradictions entre subjectivistes et objectivistes. Mais, vu du subjectiviste, c’est intenable, car la suffisance qui est souvent associée prend le dessus. En gros, c’est la méga honte.

Mais, je me pose la question : Si les différences perçues par les subjectivistes si surs d’eux sont si énormes (si l’on en croit leur descriptions), pourquoi sont-ils aussi réticents à participer aux test double aveugle ? Ca ne devrait être qu’une simple formalité…
A moins qu’ils savent au fond d’eux même qu’ils mentent effrontément…

Mais ça, c’est invérifiable.

Jipi

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :