Jipihorn's Blog

septembre 25, 2007

Pas touche à Sakuma !

Filed under: Uncategorized — jipihorn @ 12:50

(Petit) coup de tonnerre dans le milieu audiophile, un individu a osé critiquer le grand Sakuma. Comment ose-t-il ? Pour qui se prend-il ?
Critiquer l’aura qui entoure Sakuma (et non Sakuma lui-même), tout comme l’aura qui règne autour des anciens et gourous, voila quelque chose qui est insupportable. Ça suscite beaucoup plus de posts sur Delphi que la mort de Zawinul. On voit les vraies problématiques où un vieux monsieur japonais (tout le mystère de l’orient) bricoleur d’amplis à schémas scolaire suscite plus d’émois qu’un musicien international ayant laissé une empreinte rare.Voila qui ne fait que montrer à quel point la musique est secondaire malgré les discours pontifiant sur la musique justement.

Il est très amusant de voir comme une critique plutôt générale s’appuyant sur l’exemple de Sakuma est prise comme une attaque personnelle. C’est exactement la même logique qu’une critique de la religion car on s’attaque à une croyance si profondément ancrée qu’elle rend impossible toute remise en question sans avoir un sentiment insupportable de s’être trompé quelque part. Or, comme on a toujours tendance à supposer que l’on est supérieurement intelligent, que ce sont les autres qui sont stupides, il est inconcevable que l’on ait tord (ce sont d’ailleurs les meilleures cibles pour le marketing, car il n’y a pas plus aveugle que celui qui est certain). C’est peut-être difficile d’admettre que l’on puisse être faillible, mais cela permet de toujours se poser des questions dès que l’incohérence montre le bout de son nez.

Oui, les amplis de Sakuma sont ultra pauvres conceptuellement parlant. Ils sont exactement ceux que j’ai dans mes anciens livres d’électronique d’initiation comme schémas de base de fonctionnement. Oui, les transfos sont des composants au rapport qualité/prix faible et sont le plus mauvais choix lorsque l’on a sous la main des alternatives infiniment plus performantes. Qu’ils soient faits par Sakuma ou pas, cela ne change rien, cela reste de l’ampli peu puissant (ce qui n’est pas forcement grave), au taux de distorsion élevé, lourd, se dégradant dans le temps, consommant de l’énergie inutilement et n’apportant strictement rien dans un contexte haute fidélité. Comme l’a déjà démontré Bob Carver il y a un certain temps (en piégeant des pontes de la hifi subjectiviste), on peut toujours reproduire n’importe lequel de ces ampli avec un exemplaire à transistor de telle sorte qu’ils soient totalement indiscernables.

Alors, on pourrait se demander pourquoi moi-même, j’utilise ce type d’appareil. Y a grosse contradiction, là !
Et bien non, les raisons sont très simples : j’ai des amplis mono-triode juste parce que c’est joli et que j’ai bien aimé les faire. Certainement pas pour des qualité auditives particulières. Le résultat est suffisant pour ne plus à avoir à s’occuper des amplis pendant un bon bout de temps. Oui, j’utilise ce style de matériel par pure frivolité, tant que ça ne détériore pas le reste.

Et oui, durant toutes ces années, finalement, il y a eu très peu de changement de matériel. Je suis extrêmement sceptique quand quelqu’un se vante d’avoir essayé trente six mille appareils. Ça veut surtout dire qu’il passe son temps à jamais être content et à courir après un fantasme du mieux totalement vain. C’est un peu ça qui me gène chez Sakuma avec cette « quête » sans fin du « mieux ». Si après toutes ces années il n’a pas trouvé, pourquoi ne s’est-il pas posé la question sur le bien fondé de la base de sa démarche ? La moindre des choses lorsqu’on est jamais satisfait, c’est de se poser la question sur soi et admettre que l’on peut s’être planté. Et sait-il au moins si il cherche quelque chose de réel ?

Pour en revenir à ce poncif inoxydable du « c’était mieux avant », ma démarche n’est pas de dire que c’est de la merde à priori, mais simplement avoir autre chose que des « on dit » sur la suprématie de vieilleries centenaires, surtout quand ça contredit d’une manière frontale les lois de base de la physique et de l’acoustique. Les très rares mesures publiées sur ce style de matériel, jusque ici, on montré des résultat absolument affligeants, cohérent avec le niveau qualitatif industriel de l’époque. Balayer d’un revers de main tout ce qui a pu être étudié depuis, c’est faire plus preuve d’obscurantisme qu’autre chose, surtout quand aucun paramètre quantitatif n’est supérieur (à part le prix). Il m’agace fortement que l’on respecte le propriétaire d’une 555 sans se poser de question et on critique le propriétaire d’un moteur Beyma ou autre marque récente. Parce que le 555 c’est forcement bien. Le Beyma, ça se discute. Qu’on puisse défendre la nullité des mesures d’une 597A me dépasse, la mauvaise foi est totale. Le problème, c’est que si une courbe de réponse plate n’est pas suffisante pour avoir une qualité haute-fidélité, c’est nécessaire. Sinon, on n’est pas dans un contexte de haute fidélité.

Le jour ou l’on comprendra que l’émotion qu’engendre ces mauvais vieux appareils aux technologies dépassées ne vient pas de ce qui sort des appareil en tant que son, mais sur une construction intellectuelle due à la vision (oui la vue, les yeux), le souvenir, la légende ou l’impact du gourou. Prenez ces mêmes appareils derrière un rideau, mélangés à d’autre supposés filtres à émotion et mettez à l’épreuve ces oreilles pour essayer de discriminer les générateurs d’émotion des autres uniquement avec leurs oreilles.
Et voyez comme tous ces concepts se vaporisent…

J’attends encore que l’on me cite UNE expérience bien montée où, justement, ces fameuses propriétés si évidentes de ces appareils ont été mises en évidence. Tout ce que j’ai pu trouver de sérieux aboutit toujours au même résultat, terrible : rien, le néant. Toujours ces effets qui prennent peur dès que l’on s’y intéresse… J’ai passé par mal de temps dans la librarie de l’AES. Je suis vraiment surpris du très très faible nombre d’articles durant toutes ces années qui aborde ce genre de domaine. Même sur les câbles, il n’y a quasi rien. Le peu existant donne toujours les mêmes résultats : néant, rien, niet, vide.

Relisez ces articles de The Audio Critic. En 15 ans, rien n’a changé. Les problématiques sont toujours les mêmes, la pollution des esprits est toujours la, soigneusement alimentée car vendeuse. jetez ces revues subjectivistes chères et luxueuses, et écoutez de la musique pour la musique (pas pour le système). Si vous ne pouvez avoir d’émotions qu’avec ces vieux matériels, c’est dommage pour vous, car j’ai la chance de prendre plaisir à écouter aussi sur mon vieux casque tout pourri au bureau, avec un vieux son de plastique sur des mp3 mal compressés. J’ai de la chance, hein ?

Alors oui, Sakuma représente une image parmi tant d’autres de cette pollution des esprits, si confortable intellectuellement…

Jipi.

Publicités

2 commentaires »

  1. et moi je te laisse tous les transistors de Carver pour ecouter de la musique avec mes 300B SE.
    L oreille ne sait pas lire les courbes ( ecoutez du materiel Goto qui s en fout des mesures mais demande à des grands virtuoses combien ses sons sont proches du reel).
    Il y a du snobisme en tout et en tous meme en ceux qui font de Carver l arbitre de la qualité musicale.

    Commentaire par cesare dini — mai 15, 2009 @ 5:48

  2. @Cesare Dini
    J’apprends avec stupeur que GOTO fait ses HP au pif…

    Commentaire par le-gout-des-autres — janvier 8, 2010 @ 8:20


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :