Jipihorn's Blog

mars 27, 2008

Traitements acoustiques de salle…

Filed under: Uncategorized — jipihorn @ 10:57

Un des problèmes que, souvent, l’amateur se trouve confronté lorsqu’il tente de traiter sa salle vient des fenêtres. J’ai un cas de figure qui doit être relativement courant dans de l’ancien, c’est la grande fenêtre en simple vitrage de 3mm. L’isolation acoustique est nulle, la thermique est inexistante et la moindre note un peu basse fait résonner le tout avec des bruits bien énervants, quand ça ne risque pas de casser sur une note soutenue. Je ne parle même pas de l’aspect réfléchissant de la chose pour les fréquences supérieures.
Les baies vitrées, les grandes portes-fenêtres sont courantes et bien difficile à concilier avec un bon traitement. Souvent, il n’y a pas de solution 100% efficace à cause des contraintes techniques et/ou économiques. Allez faire un devis pour de la fenêtre bois (imposée par les architectes de France) pour de l’ancien hors norme, et on en reparlera.

Lorsque l’on a pas de contraintes particulière (ouverture, taille ou esthétique), il existe une solution assez efficace que j’ai appliqué pour la pièce en cours : la brique de verre. L’épaisseur (8cm), l’aspect double vitrage extrême, la rigidité et l’inertie du résultat concilie un très bon compromis lumière/esthétique et isolation sonore, tout en garantissant un absence de bruit de vibration.
La brique de verre est simple à monter… lorsque l’on a déjà fait l’expérience une fois. Il existe des systèmes faciles à mettre en œuvre, pré-montés ou avec des montages simplifiés, mais il sont souvent déconseillés pour l’extérieur et les accessoire sont vite fait de doubler le prix de revient (POSAVELOX ou autres systèmes modulaire à joint bois).
Si l’on veut avoir un bon prix de revient au m², le montage traditionnel au mortier est l’idéal. Les briques ne sont pas chères si l’on ne va pas chercher dans les trucs bizarres (coins, 1/2 briques ou coloris particuliers). Ce qui coûte, c’est le reste : joints de dilatation, mortier, joints, rails alu et croisillons spéciaux.
lorsque l’on lit la notice de montage, ça semble simple. Mettre un lit de mortier, mettre la première rangée, combler les trous au mortier, faire le lit pour la deuxième rangée et ainsi de suite, en mettant des fers horizontaux et verticaux et des croisillons. C’est en gros ce que l’on trouve partout avec quelques variantes près.
Ce qui est en fait à peu près inutile car, toutes les difficultés ne sont pas la. Découvrir les pièges pendant le montage est stressant (on connaît ça avec les pavillons), d’autant plus que l’on est pas prévenu et qu’il sont faciles à contrer dès le départ.
Alors, pour ceux qui pourraient envisager cette solution pour avoir de la lumière sans les problèmes acoustiques des fenêtres, voici où sont les points clés :

1- Il est absolument primordial que la base soit parfaitement horizontale. Il est très difficile de voir si on a 0.5/1° de pente, mais ramené à 1m de mur qui a tendance à être orthogonal, on se retrouve avec 1 ou 2 cm de décalage. Les croisillons limitent énormément les réglages et il ne faut pas trop compter sur le montage lui-même pour rattraper plus que 1-2mm par couche de brique (soit 20 cm). Il faut se dire que le gros œuvre n’est jamais droit, ni précis.
2- La préparation et le perçage pour les fers horizontaux sont la clé de la réussite. Ça dure même quasi plus longtemps à faire que monter le mur lui-même. Les perçages des fers doit être précis (20 cm pour un joint de 10 mm) et il est interdit de se décaler en montant le mur sinon, les fers vont toucher les briques.
3- Préférer quand c’est possible des fers à armer inoxydables, et surtout il faut qu’ils soient bien droits avant montage car ils peuvent se mettre à toucher les briques à la moitié du mur.
4- Ne pas compter monter le mur d’un coup. Ce qui n’est pas dit sur les notices, c’est que le mur ne tient pas au début car le mortier est mou. Déjà, au bout de 4 rangées de briques, on a l’impression que c’est prêt à s’effondrer. Faire 4 rangées, et repartir le lendemain sur une base solide. On a pas idée de l’aspect inquiétant du mur tellement il semble fragile. Il faut bien voir que les briques ne se touchent pas et ne tiennent que grâce à leur masse et un peu les fers horizontaux…
5- Ne pas toucher les fers avec les briques, surtout si ils sont oxydables : traces de rouilles visibles dès le lendemain dans le blanc des cotés de la brique.
6- Nettoyer le mortier à l’éponge sur les briques immédiatement, et non 24 heures après comme on peut le lire. Sauf si l’on veut passer des heures à les nettoyer une à une à l’éponge grattante qui, de surcroît, est à la limite de rayer les carreaux.
7- Vérifier les sacs de croisillons avant de les acheter. Ces pièces sont très chères et elles contiennent des oreilles qui maintiennent les briques. Elles sont cassées lorsque le mortier est sec et sont, finalement très fragiles. Un croisillon où il manque une oreille est inutilisable et il ne faut pas grand chose pour qu’il y en ait des morceaux au fond du sac.
8- Pour avoir une idée des quantités, pour 60 briques, il faut compter 3 sacs de 15 kg de mortier et 3 sacs de 20 croisillons (même si il en reste beaucoup à la fin)
9- Surtout penser aux bandes de glissement en bas et aux joins de dilatation dans tous les cotés. La structure ne peut absolument pas être porteuse.
10- Prévoir les bons outils pour un bon travail : burineur pour le perçage du béton, taloches adaptées aux jointage, niveaux à bulle précis (très difficile à trouver)

En ayant ces détails en tête, monter un mur en briques de verre en méthode traditionnelle est facile et est une solution vraiment idéale pour traiter le problème de la lumière dans une salle d’écoute…

La prochaine fois, le traitement des murs et des plafonds grâce aux plaques perforées de plâtre/zéolithe Cleaneo de Knauf, le complément idéal des bass-traps avec une esthétique qui nous change des diffuseurs de Schröder et autres trucs en mousse horribles…

Jipi.

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :