Jipihorn's Blog

avril 19, 2009

Au secours, Fremer revient !

Filed under: Audiophilie, Foutage de gueule, Scepticisme — jipihorn @ 2:55

On pensait qu’on s’en serait débarrassé, mais il est toujours la. En vedette sur Gizmodo, Michael Fremer est à la fête : « Why we need audiophiles » (pourquoi avons nous besoin des audiophiles) . Une aventure narrée par l’ineffable John Mahoney déjà auteur d’un pamphlet  ridicule (parmi d’autres) où il pense entendre des trucs là où il est éligible pour le million dollar challenge de la JREF.

Rien que la photo d’introduction transpire de cette monumentale prétention à l’appartenance d’une élite ou seuls les dieux Fremeriens peuvent se prétendent y appartenir. Tout y est, les clichés les plus éculés et les plus ringards : supériorité du vinyle (LE crédo de la secte des grands Fremeriens), l’exquise oreille dont le Maitre est le seul dépositaire et un maximum d’auto-suggestions dans lesquelles le « journaliste » saute à pieds-joints.

Entendez vous cette vie qui se dégage de ces précieuses galettes ?
Oh voui maitre !
Écoutez cette pourriture de CD, entendez vous comme ça respire la mort
Voui voui voui maitre ! Comme je vous aime ! Comme vous êtes grand ! Comment ai-je pu être aveugle si longtemps !?
Sourd mon fils…
Voui maitre ! Puis-je vous emprunter votre jambe ?
Faites mon disciple, faites…

Cette ode au culte du Grand Fremer montre surtout à quel point l’audiophile tel qu’il est décrit est une honte à l’intelligence et un client tout à fait juteux pour l’industrie du Grand N’Importe Quoi. Car Fremer n’est pas un extraterrestre doté de sens inouïs. Il est la voie obligée pour vendre du matos. Il est le Parker de la hifi, sauf que Parker est un grand dégustateur. Fremer est anti tout ce qui est contrôlable (le double aveugle, par exemple) car il sait pertinemment que si on le testait sérieusement, il s’en sortira pas mieux que n’importe quel (méprisable) humain. Spécialiste de la démagogie et de manipulation sémantique, cet individu est l’anguille parfaite de la planète Stéréophile, un nid particulièrement bien fournis en gros spécimens.

La dernière apparition de ce personnage date de l’affaire de Pear Cable relevée par la JREF (James Randi fundation) sur le ridicule d’un banc d’essais décrivant le « Prat » du produit, vous savez cette propriété (Pace, Rhythm and Timing)  d’un câble de plus ou moins modifier la perceprion du rythme, de l’écart ou que sais-je (ça n’est pas très clair comme tout mot subjectiviste de base). Fremer est un habitué de James Randi, démontrant sa capacité à s’échapper à chaque fois que loin tente de le mettre à l’épreuve, la vulgarité en prime. C’est sur, pour cet individu, un million de dollars ne représente pas une somme considérable. Mais a-t-il au moins considéré que si il gagne ce challenge, il gagne une reconnaissance internationale, historique et définitive aux yeux de tous. Un valeur bien supérieure au million de dollars qu’il pourra donner à une quelconque œuvre caritative des « power cable deaf » (les sourds du cable secteur) ou autre « science close minded » (les esprit étriqués de la science).

The audio critic l’avait dépeint d’une manière brutale comme étant :

Possibly the most unattractive individual in the American audio community. In his writings and in his personal contacts, he is vulgar, abusive, bigoted, and intellectually dishonest. A real charmer. His favorite cause is the superiority of vinyl to CD, an argument he persues to the limits of absurdity and animosity, making a total jackass of himself in the process. A perfect example of the excesses engendered by tweako cultism and a highly suitable addition to the Stereophile stable.

Probablement l’individu le plus repoussant de la communauté audio Américaine. Dans ses écrits et son contact personnel, il est vulgaire, abusif, bigot et malhonnête intellectuellement. Un vrai charmeur. Sa cause favorite est la supériorité du vinyle sur le CD, un argument qu’il amène jusqu’aux limites de l’absurdité et de l’animosité., faisant de lui un abruti (« jackass » est même plus fort que ça) par la même occasion. Un exemple parfait des excès engendrés par le culte des « bidouilleurs » (difficile de trouver un réel équivalent français, c’est un peu l’équivalent du geek pour l’audio) et un supplément très adapté à l’écurie Sétréophile.

,ce qui se confirme lorsque l’on lit ses écrits (nombreux) sur les forums US dont certains en ont fait les frais. Tout ce qu’il dit est bien sur invérifiable, basé sur les clichés les plus gros du monde subjectiviste que même les plus rétrogrades ont abandonné. Tout est basé sur une aura de gourou, ici journalistique, sur un des magazines le plus mercantiles de la création, et ce depuis tant et tant d’années.

Comment peut-on encore donner crédit à ce genre de charlatan extraordinaire ?!

Avons nous vraiment besoin de ça ? Devinez…

Jipi;

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :