Jipihorn's Blog

janvier 30, 2017

Le module d’alimentation de l’amplificateur Cabasse 100-T

Filed under: Démontage, Electronique, Test & mesure, Vidéo Blog — jipihorn @ 8:48

Cet ampli cache bien son jeu et il ‘na pas fini de nous surprendre. Il restait un élément qui méritait qu’on s’y attarde : son module d’alimentation.
Que peut bien cacher ce circuit mystérieux ?

Jipi.

Publicités

59 commentaires »

  1. bizarre cet ampli Cabasse
    ou sont passés les brestois qui ont pondu ce circuit ?

    si quelqu’un m’avait amené un AM100 , je me demande si je n’y aurais pas perdu patience
    c’est complètement exotique
    et bien sûr j’aurais pris cette protection pour un régulateur

    croisé 2 Scienctelec qui eux avaient des alims régulées
    un Mach A30 et un Élysée 20
    ils ont des alims régulées simples avec une limitation en courant

    Commentaire par michel29 — janvier 30, 2017 @ 10:04

  2. Moi pas comprendre pourquoi pseudo-ingénieurs tout le temps faire compliquer vouloir, quand simple l’électronique de base est……

    Je pensais pas que dans les années 70-80, on pouvait pondre de telles conneries……

    Commentaire par Juju — janvier 31, 2017 @ 8:51

    • En quoi cette protection est-elle « c…e » pour reprendre vos termes ? Selon toutes apparences, elle remplit son office comme l’illustre les manipulations de jipihorn et aussi comme le montre le fait que quarante années d’activité (ou d’inactivité) n’en ont apparemment pas altéré le bon fonctionnement.

      Commentaire par Scytales — janvier 31, 2017 @ 8:21

      • parce que l’électronique a ses règles et ses principes fondamentaux.
        Même dans les années 70-80, on pouvait faire une bascule bi-stable RS avec simplement un ampli-diff à collecteur croisé. C’est pas compliqué et très efficace.
        Et je suis certain qu’il y avait aussi déjà sur le marché des comparateurs intégrés…

        Ce qui me tue, c’est quand certains veulent développer des montages fantaisistes pour réaliser des fonctions de bases qui demandent au plus 1h de calcul et de design…

        Commentaire par Juju — février 1, 2017 @ 2:11

  3. Bonjour,
    Effectivement, cette alimentation reste assez surprenante pour du matériel de cette gamme.
    Pour la diode, il serait intéressant de voir à l’oscilloscope ce qu’il se passe, avec une sonde à l’ Anode et une sonde à la cathode.
    Encore super.
    Merci

    Commentaire par Evariste — janvier 31, 2017 @ 2:05

  4. Les critiques incessantes que l’on peut lire ici me font penser à ce que l’on trouve sur certains forums animés par certains gourous (décriés ici par ailleurs !)
    Comme le mentionne Scytalès, ce montage qui peut paraître aujourd’hui bizarre, fonctionne toujours correctement.
    D’autre part, on ne connaît pas précisément :
    1- la date de sa conception
    2- son auteur qui certainement n’est plus là pour justifier ses choix.

    Je suis dans l’électronique audio depuis 36 ans, j’ai vu des milliers d’engins de toutes sortes, avec toutes sortes de schémas plus ou moins évolués.
    Cher Juju, sur le fond vous avez raison, mais attention, à rester trop assis sur vos certitudes , vous allez un jour de tomber de haut.
    Ce commentaire distillé amicalement est aussi valables pour certains autres ici.

    Commentaire par Tex — février 1, 2017 @ 6:35

    • c’est quand même drôle que parfois, même en appliquant les principes de bases, les règles de calcul, les structures de bases , ça pète à la gueule !
      Alors si on fait dans l’originalité………

      Commentaire par Juju — février 1, 2017 @ 8:11

  5. Électronicien , c’est un métier !! Si Nikola Tesla n’avait pas fait dans originalité, nos villes ne seraient pas éclairées!

    Commentaire par Tex — février 1, 2017 @ 8:31

    • Alors là, t’as tout faux.
      Tesla a découvert la plupart des choses par hasard ! Et ensuite, il a été assez malin pour extrapoler et expérimenter ces découvertes.

      Maintenant, on vit en 2017 ! ça va faire bientôt 150 ans qu’on a découvert l’électricité et 70 ans l’électronique.
      Certains concept qu’on utilise avaient été déjà évoqué dans les années 1900, mais faute de technologie existante, on ne pouvait pas les appliquer.
      Aujourd’hui, on a les technologies qui nous permettent d’aller plus loin et de pousser certains concepts dans leur retranchement.

      Il n’y à qu’à jeter un oeil sur les alimentation à découpage à résonance… ou les structures de commutation ZVS ou ZCS…
      Tout ces principes existaient déjà bien avant qu’on les mettent en place. Mais la techno n’était pas encore là !

      Un électronicien qui me concevra un produit de manière originale pour faire style, alors, il a intérêt que ça soit de la bombe.

      Dans l’audio, c’est une horreur le nombre de fantaisie inutiles qu’on trouve.
      Pourquoi McIntosh, par ex., dure ?? parce qu’ils appliquent des concept EPROUVES !!!

      Pourquoi certaines entreprises se cassent la gueule ? car ils essaient de faire des trucs qui sortent du commun, mais sans savoir pourquoi ou comment…

      Comme certains constructeurs de DAC qui s’amusent à entrelacer 4, 6 ou 8 DAC pour avoir le meilleur SNR possible, avec des horloges atomiques synchronisé avec le centre de la galaxie …… et qui au final sortent un signal asymétrique avec un pauvre AOP monté en suiveur…… LOL

      Commentaire par Juju — février 1, 2017 @ 10:17

  6. C’est confirmé, vous restez assis sur vos certitudes comme la plupart des audiopathes ! Dommage!

    Commentaire par Tex — février 2, 2017 @ 10:03

  7. Marrant cette propension qu’on les gens qui n’ont jamais rien découvert ni rien inventé, à dire que les autres l’ont fait par hasard !!

    Commentaire par Tex — février 2, 2017 @ 10:28

    • Les pires montages que j’ai vu, ce sont ceux qui ont été fabriqué de façon fantaisiste en essayant de vouloir innover, alors que les mêmes fonctions existent depuis des lustres et sont EPROUVEES !!!

      L’art de l’électronicien, c’est d’utiliser les briques fondamentales de l’électronique afin de réaliser une fonction complexe ou nouvelle, ce que, malheureusement, 95% des ingé ne savent PAS faire, car 95% des ingé ne comprennent pas ou plus les bases fondamentales et les théorèmes fondamentaux qui régissent notre métier.

      Dans cette exemple, j’en vois déjà qui paniquent à l’idée d’avoir une tension « négative » d’alimentation…… Franchement, c’est quoi l’intérêt ?? Comme dit JiPi, c’est une Alim Flottante… le Zero, on le met où on veut.
      C’est juste une convention à la con. Du moment qu’un PNP voit une tension positive entre son E et donc C et un NPN entre son C et son E…
      Ce qui prouve que ce concepteur voulait faire quelque chose d’original sans en connaître le but.
      Et si ce concepteur voulait vraiment faire quelque chose de bien, et qu’il maitrisait les transistors, il aurait pu tout faire avec des NPN, une alim simple +48V, en se basant sur des montages à tube.

      C’est comme les transfo inter-étages dans les ampli à tubes pour réaliser l’étage déphaseur + driver…… et dire : « ouah ! j’ai un super ampli, car j’ai des transfos en fil d’argent… »
      Ou les pré-ampli passifs………qui ne sont que des transfos élévateurs……… ça aussi, c’est de l’idiophilie.

      Je ne vais pas faire étale de mes inventions et brevets, car je n’ai pas cette prétention de faire original.
      J’ai la seule prétention de faire efficace, fiable et très bon.
      Mais si vous le souhaitez, je peux vous dérouler mon pédigrée…

      Commentaire par Juju — février 2, 2017 @ 11:58

  8. Seuls ceux qui cherchent ont une chance de trouver.

    Commentaire par Tex — février 2, 2017 @ 12:24

    • Encore faut-il savoir chercher dans la bonne direction et manière efficace……… mdr

      Commentaire par Juju — février 2, 2017 @ 12:34

    • je n’ai pas cette prétention.
      Je constate simplement que la majorité des personnes qui font de l’ingénierie se prennent pour des génies alors qu’ils ne le sont pas.

      Commentaire par Juju — février 2, 2017 @ 4:37

  9. vous vous savez donc et faites partie des 5% d’ingés qui ont tout compris, impressionnant !!!

    Commentaire par Tex — février 2, 2017 @ 12:48

    • Les chercheurs qui cherchent, on en trouve. Les chercheurs qui trouvent on en cherche! (DE GAULLE)
      Un journaliste a rajouté:
      Les chercheurs qui persécutent les chercheurs qui trouvent, on les trouve sans les chercher!
      DC

      Commentaire par Daniel C — février 2, 2017 @ 3:51

  10. Ce sont vraiment des vidéos passionnantes, j’espère que tu vas encore en mettre en ligne dans le domaine de l’audio. Personne pour prêter son TOTALDAC ou un DAC haut de gamme chinois?

    Commentaire par tekko — février 2, 2017 @ 10:38

  11. Bonjour,

    Vidéo intéressante. Je dirais même plus: très intéressante. Après quelques calcul, ce montage de protection est vraiment original. En outre, quand on se rappel la structure de l’ampli, il ne devrais pas être gêné par une ondulation résiduelle. Je pense que le condensateur de lissage a du être bien calculé (du genre 20 000µF ce qui nous ferai une ondulation de 1,5V à 3A). Pour le coup de la diode, je ne vois pas. j’ai pensé à un moment que le condo à coté du BC131 (qui sert à éviter une mise en protection sur une pointe de courant) avait une plus forte valeur et que c’était prévus pour le décharger mais ce n’est pas ça.
    Quand à la masse, pour le cas de l’ampli, la masse était au positif de son alimentation. Pour que l’alimentation soit « raccord » avec l’ampli, je verrais la masse à la sortie du circuit de protection.
    En tout cas, merci Jipihorn.

    Commentaire par Gollion — février 4, 2017 @ 9:29

  12. Curieux tout de même cet ampli Cabasse, curieux mais bruyant (voir en fin de vidéo précédente), il serait inutilisable à l’époque du numérique, sauf si son usage le destine à la sonorisation et encore, avec une telle ronflette. A l’époque du 33trs ça aurait pu passer. Le bruit d’un ampli est une chose, le bruit de la chaîne d’amplification en est une autre:
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Facteur_de_bruit
    On a donc intérêt à ce que les éléments associés aient un excellent rapport S/B.
    Les corrections effectuées en plein dans la bande passante audio son inhabituelles, elles apportent immanquablement des rotations de phase, on le voit bien en fin de bande lorsque la courbe de réponse augmente de 3dB. Il ne serait jamais venu à l’idée à un Frank Mac Intosh, un David Hafler, un Harold J. Leak, un Saul B. Marantz, Harman Kardon, Radford ect… de réaliser de telles corrections, pourtant leurs amplis étaient tous originaux et performants, car ils respectaient avant tout les fondamentaux. Ne pas respecter les fondamentaux, en voulant faire original, c’est simplement faire du markéting. Peut-être qu’à un moment donné, Cabasse à voulu diversifier ses activités.
    Dès l’instant où la hifi est devenue un marché, ce fût la porte ouverte à tous les excès, car qui dit marché, dit bénéfices, marges, moindre coût, productivité; des termes peu compatibles avec une émulation intellectuelle au sens noble.
    Aujourd’hui, la hifi est redevenue relativement confidentielle (quoiqu’avec le vinyle revival…) et cela a éliminé pas mal d’imposteurs, seul le marché du DIY conserve une politique markéting agressive.
    Il reste encore quelques constructeurs sérieux qui proposent du matériel d’excellente qualité, aux performances irréprochables pour des prix raisonnables.

    Commentaire par FRANCIS LIBRE — février 5, 2017 @ 12:56

  13. Bonjour, il y a visiblement des personnes très qualifiées en électronique ici,ce que je ne suis pas. Disons que j’ai certaine base, mais je suis quelqu’un de curieux,et visiblement pas mal de personnes répondent sans véritablement savoir quoi. Sur le forum Cabasse, il y visiblement plusieurs personnes qui ont travaillés dans la société qui connaissent cet appareil. Il y est dit que cet amplificateur, » n’est pas destiné à une utilisation hifi, mais il est fait pour de la sonorisation de rue, d’église « etc….

    Commentaire par triolet — février 5, 2017 @ 3:50

    • Intéressant. Ceci dit, je dirais alors sonorisation en 1 point. Les églises (par exemple) utilisent plus un ampli pour ligne 100V pour « distribuer » sur plusieurs enceintes (comme EDF: on ne fait pas du 220 pour 1 seul habitation d’où des lignes jusqu’à 400kV)

      Commentaire par Gollion — février 5, 2017 @ 4:19

    • J’allais oublié que Cabasse a équipé certain cinémas comme Le Grand Pavois à Paris (15ème, bi-amplification). Plus récemment, il équipe le porte-avion Charles de Gaulle (mais, je pense avec du matériel plus récent)

      Commentaire par Gollion — février 5, 2017 @ 4:46

  14. En regardant les commentaires plus haut, la modestie n’est visiblement pas l’apanage de certains. Ils se reconnaitrons. L’ingénieur principal qui travaillait chez cabasse à l’époque, s’appelait Francois Bellec,et si j’ai bien lu, il sortait de Supelec. Je pense qu’il devait avoir certaines connaissances ??. j’ai regardé un peu ce qu’ils ont fait par curiosité, et j’attends que beaucoup ai fait le dixième dans les personnes qui parlent ici.

    Commentaire par triolet — février 5, 2017 @ 5:47

  15. Un appareil de sonorisation modulaire (donc facile à dépanner) visiblement construit pour obtenir un moindre coût de revient (rien que la mauvaise qualité des fils de câblage en sortie des modules de puissance, en disent long sur les intentions du constructeur) avec un discours markéting faisant croire à une certaine originalité et frappé du sceau « Cabasse », c’est plutôt louche, surtout qu’à la même époque les amplis de sono réalisés sans originalité mais avec des méthodes éprouvées faisaient bien mieux niveau mesures, fiabilité et stabilité dans le temps. Alors dans ce cas, qu’on sorte de Supelec ou de la cuisine à Jupiter, c’est du pareil au même…

    Commentaire par FRANCIS LIBRE — février 5, 2017 @ 6:52

  16. Je m’attendais à ce genre de réponses mdr.

    Commentaire par triolet — février 5, 2017 @ 7:11

  17. Dite moi un peu ce que vous avez fait vous, ça m’intéresse beaucoup, ainsi que juju avec ses brevets

    Commentaire par triolet — février 5, 2017 @ 7:17

    • mes brevets sont malheureusement encore dans le domaine privé et ne seront rendu public que dans 5 ans… désolé. Je dois aussi respecter des clauses de confidentialité.

      Commentaire par Juju — février 5, 2017 @ 9:08

      • Le propre du brevet est d’être public ; sa diffusion est même une obligation légale (art. L. 611-1 et L. 612-21 du code de la propriété intellectuelle).

        Si quelque chose est privé (confidentiel), c’est tout sauf un brevet.

        Commentaire par Scytales — février 5, 2017 @ 10:03

  18. « La critique est facile, l’art est difficile », non c’est trop facile! Car l’électronique n’est pas un art. Dans ce domaine, nous avons le droit d’être pourvu d’un esprit critique sans pour autant avoir déposé un brevet.

    Commentaire par FRANCIS LIBRE — février 5, 2017 @ 8:52

    • @Francis Libre : enfin quelqu’un qui a raison…… merci d’appuyer le fait que l’électronique n’est pas un jeu, un art, mais UNE SCIENCE !!! on fait de l’abstrait, mais du concret…………

      Commentaire par Juju — février 5, 2017 @ 9:06

  19. Vous avez raison, l’électronique est une science.Donc c’est visiblement un mauvais ingénieur ? bon!, étonnant, donc Cabasse est une société qui emploie des gens incompétents. J’en connais qui vont quand même bien rire. Juju c’est vous qui avez parlé de votre pédigrée, que vous étiez près à nous montrer.Vous êtes peut être quelqu’un de très brillant dans ce domaine, mais, il faut éviter de parler de cette façon.Et méfiez vous des brevets dans ce domaine, parce que beaucoup de choses ont été inventées à travers le monde. Et un brevet que vous croyez détenir, à très probablement déjà été imaginer par quelqu’un d’autre., surtout dans le domaine qui concerne l’électronique audio.

    Commentaire par triolet — février 6, 2017 @ 7:20

    • 1. je n’ai jamais affirmer que j’étais un génie.
      2. Mes brevets ne m’appartiennent pas, mais aux sociétés pour lesquelles j’ai travaillé.
      3. Cabasse est une excellente entreprise. J’ai d’ailleurs des enceintes Cabasse et leurs électroniques sont très bonnes. C’est de la très bonne ingénierie.
      4. On peut travailler chez Cabasse, Goldmund, MBL et être une tanche en électronique.
      5. J’ai connu des abrutis travaillant pour des grandes boites.
      6. J’ai connu des génies travaillant pour des petites boites…
      7. L’électronique est une science et non là pour faire fantaisiste……

      Commentaire par Juju — février 6, 2017 @ 9:11

  20. Juju, je vous rappelle que cette électronique dont j’ai pris les renseignements sur le forum cabasse, n’est visiblement pas faite pour de la hifi, mais pour sonoriser entre autres des églises, de la sonorisation de rue etc….Si vous possédez des électroniques cabasse disons anciennes, c’est le même ingénieur qui les a réalisé, puisque ce monsieur à travaillé depuis le début de la société cabasse. Et que du point de vue scientifique, c’était pas les derniers.

    Commentaire par triolet — février 6, 2017 @ 9:31

  21. D’accord avec vous Triolet, c’est tellement facile de critiquer un engin vieux d’au moins 45 ans., surtout sans connaître les tenants et les aboutissants, date exacte de sa conception, cahier de charges, contraintes de coût etc….
    Feu Pierre-Gilles de de Gennes (Nobel de physique) avait mouché en son temps, lors d’une conférence à Polytechnique, un étudiant imbu de lui même( tiens, tiens) en lui rappelant que ce qu’on lui enseignait ici, eh bien il fallu d’abord que quelqu’un le découvre et fasse des erreurs!

    Le fardier de Cugnot semble bien archaïque aux yeux des ingés de l’automobile aujourd’hui, mais ce type à tout bonnement inventé l’automobile en 1774 !!!

    Cet ampli illustre bien le travail des ingés de cette époque qui se basaient sur ce qu’il savaient des amplis à tubes, regardez les schémas Altec de la même époque, il y a beaucoup de similitudes.
    C’est vrai, certains schémas étaient en avance, mais encore fallait- il y avoir accès et le droit de les copier !!!
    Pour la petite histoire, Saul B Marantz n’était pas électronicien, c’est Smith et Sequerra qui étaient les concepteurs!

    Commentaire par Tex — février 7, 2017 @ 10:54

  22. Cet ampli a été visiblement produit sous un cahier des charges précis pour une application en sonorisation. La priorité a été centrée sur la mise en sécurité de l’ampli en cas de surcharge et la facilité de maintenance (d’où une structure modulaire). Mais le fait que cet ampli ait plus de 40 ans ne justifie pas les sacrifices faits sur le câblage et la protection des organes vitaux (la self en particulier). Pourquoi ces sacrifices de la part d’un constructeur réputé sérieux?

    Commentaire par FRANCIS LIBRE — février 8, 2017 @ 11:47

  23. Bonjour, il n’est pas facile de répondre à cette question,mais visiblement cet amplificateur a bien fonctionné pendant plus de quartante ans,et dans quelles conditions? Si c’était dans une église, pour la sonorisation d’une gare, ou d’une usine par ex, c’est pas les mêmes conditions que dans un salon feutré. Je serais curieux de voir nos électroniques dans 40 ou 50 ans. On peut toujours rêver.

    Commentaire par triolet — février 8, 2017 @ 2:34

  24. Je vois poindre des légendes urbaines: « progrès = obsolescence programmée » ou « c’était mieux avant ». Aujourd’hui, la qualité et la pérennité d’un appareil dépend uniquement de stratégies économiques.
    Il serait intéressant de faire fonctionner un push d’EL34 et un déjà vieux LM3886 pendant quelques milliers d’heures et observer lequel va claquer en premier…

    Commentaire par FRANCIS LIBRE — février 9, 2017 @ 3:00

  25. Bonjour, je ne pensais pas du tout à cela en écrivant . Bien sur que les el 34 ne tiendraient pas aussi longtemps, c’est un fait.Je dis simplement que cet amplificateur a fait son boulot, et fonctionne toujours. Quand au câblage, ben oui il a été changé, c’est quand même pas la mer à boire. Je ne connais pas beaucoup d’électronique qui au bout de 40 ou 50 fonctionne sans la moindre intervention. Les produits excellents actuellement, comment serons ils dans 50 ans, c’est ça que je voulais dire. On a fait des progrès entre autre dans la câblerie pour ne parler que de ça, évidemment . Mais je pense aussi que l’obsolescence existe,vous ne le croyez pas ?

    Commentaire par triolet — février 9, 2017 @ 3:51

  26. Dans un monde qui n’a aucune règle morale en matière d’économie, il est évident qu’on peut s’attendre à tout, mais le progrès n’est en rien responsable de cette situation.
    En revenant sur l’ampli cabasse, Jipi a fait remarquer que la section des câbles en sortie des modules de puissance était ridiculement faible. Pourquoi faire des économies au détriment des fondamentaux?

    Commentaire par FRANCIS LIBRE — février 9, 2017 @ 4:07

    • Pour être rigoureux, les câbles que jipihorn a changés sont les six fils qui servent à relier entre elles les pistes respectives des deux circuits imprimés superposés du module de protection (à partir de 25’57 » dans la vidéo) ; les nouveaux fils sont ceux que l’on voit à droite sur l’image fixe de la vidéo en haut de cette page.

      Commentaire par Scytales — février 10, 2017 @ 12:47

  27. Re bonjour, Oui la section des câbles auraient sans doute pu être plus grosse effectivement, mais je pense que cela à du être calculée, sinon l’ampli n’aurait certainement pas tenu aussi longtemps. Mais c’est effectivement mieux avec des plus gros câbles .Je pense que c’était un produit correctement réalisé, et quand même fiable. Et comme ce n’était pas un ampli hifi,il a probablement été utilisé d’une manière plus hard du point de vue environnement. Mais ça évidement personne ne sais. J’ai vue des choses nettement plus sérieuses, comme par exemple, un amplificateur de marque anglaise, moderne haut de gamme avec une partie du circuit complètement cramé, tout simplement à cause d’un manque de pâte de dissipation thermique. Inadmissible sur un produit d’un tel prix. Je n’ai vue ça sur un produit Japonais bien réalisé par exemple.

    Commentaire par triolet — février 9, 2017 @ 5:53

  28. Bonjour
    Ils ne sont peut être pas sous dimensionnés ces fils, il faut quoi pour balader 3A sur 5cm.
    Du coup il faut calculer peut être pour les fondamentaux.

    Commentaire par meta — février 10, 2017 @ 1:23

  29. Voici la formule de de calcul de la section d’un câble:

    S= r0 * L * I / V

    r0 : résistivité du cuivre = 0.021 ohms2/m
    L : longueur totale (aller+retour) en m
    I : Courant en A et V la chute de tension.

    Certain que sur quelques cms cela n’est pas critique, mais la qualité du câble et la connectique laissaient à désirer. La self, n’étant pas protégée tu tranfo d’alim et n’étant pas orientée correctement, induit de la ronflette dans le circuit. Quel était le prix de cet appareil en son temps?

    Commentaire par FRANCIS LIBRE — février 10, 2017 @ 4:36

  30. Bonjour,

    Dans « obsolescence programmé » il y a « programmé »: technique, je dirais, technico-commercialle pour permettre à un constructeur de se faire un peut de sous en vendant à nouveau un de ses produits. Si cet ampli est construit de manière modulaire, c’est pour éviter que l’on ne remplace TOUT l’ampli. On ne remplace que l’élément qui est défectueux. Après, il y a le temps qui passe. Certaines choses vieillissent mal. Par exemple les gaines de conducteurs, les condensateurs. Peut être que certains on entendu parler d’ampli de la marque Esart ten (tuner, ampli-tuner, ampli E150, E200, E250, il y a eu des électronique à lampes). A une époque, pendant ma première période d’emploi, j’ai eu l’occasion de remettre en état 2 amplis (E150, E250) et aussi celui de mon père (E200). Systématiquement, c’est les électro-chimiques de liaison (4,7µF) qui sont à remplacer. A la réflexion, je pense que les différents condo de 100nF et 470nF sont à vérifier et remplacer.
    J’ai pu mettre la main sur la page présenté par Jipi, page qui est issue d’un catalogue de sonorisation professionnel de 1977 ( https://www.forumcabasse.org/wiki/Catalogue_Pro_1977 ). Je vous en fait part http://img15.hostingpics.net/pics/152452cataloguepro197743b9348d.jpg. Cet ampli (celui dont il est question dans les vidéo 112 et 113) est un « version » proposé de l’AM 100. (AM pour Ampli Mono, l’autre version comporte effectivement un indicateur de puissance et un bouton de volume, une autre version peut être aussi enfichable dans un rack) On apprend entre autre que l’impédance de sortie est de 2, 4, 8 ou 16 ohms ce qui permet d’imaginer toute les configurations de charges. Pour les tarifs, voir https://www.forumcabasse.org/wiki/Tarif_1977_Pro. La bestiole, sans les options vumètre et potar coutait 5 776 Frs soit ~ 880 Euros.
    Pour ce qui est du courant qui sort du module de protection, il doit y avoir un départ du « +46 V » vers le point milieu du transformateur de sortie (c’est lui qui va devoir conduire les 3A) et un départ vers la carte d’interconnexion à l’usage du module d’entrée (lui il doit supporter tout au plus 10 mA). Pour le négatif, c’est une liaison de la carte d’interconnexion vers le condo de filtrage (qui, au passage n’est que de 5 600 µF, ce qui nous fait une ondulation de 5 V à 3 A !!).

    Commentaire par Gollion — février 10, 2017 @ 5:54

    • Bonjour,

      Quel a été votre calcul pour trouver une ondulation résiduelle de 5 V (RMS ? crête à crête ?) sur le rail d’alimentation ?

      Commentaire par Scytales — février 11, 2017 @ 12:02

      • Bonjour,
        Il existe une formule toute « simple » qui est

        C = ( I x dt ) / dU

        avec:
        C: en Farad, donc on peut avoir en résultat 0,00… X F on adapte mF ou µF en fonction.
        I: le courant en Ampère consommé par le montage qui suit
        dt: en fait delta t, t en seconde, la période entre deux ondes de tension alternative redressées 10 ms pour les 2 alternances du 50 Hz redressé, 20 ms pour 1 alternance redressé.
        dU: en fait delta de U, U en Volts, l’ondulation que l’on veux, que l’on tolère.

        C’est une fraction avec I x dt en haut et dU en bas.on peut intervertir C et dU, ce qui donne

        dU = ( I x dt ) / C

        I: 3 A, c’est le courant supposé maximum que peut tirer l’ampli
        dt: 10 ms, je pense qu’il redresse les 2 alternances
        C: j’ai découverts sur un forum Cabasse que le condo de lissage ne fait que 5 600 µF contrairement à ce que j’avais imaginé
        Et donc, dU: 5,36 V que j’avais arrondi à 5 V.

        Commentaire par Gollion — février 11, 2017 @ 1:15

        • Je pense que vous oubliez quelque chose : dans cet amplificateur, le filtrage est de type inductance-condensateur avec self en tête. Dans ce cas, me semble-t-il, en alternatif l’impédance de la self forme avec l’impédance du condensateur un pont diviseur de tension qui va atténuer l’ondulation dans la charge. A 100 Hz (redressement double alternance), la réactance capacitive d’un condensateur de 5 600 µF va être d’environ 0,284 ohms (Xc=1/[2 x pi x 100 x 0.0056]). Sauf erreur de ma part, on ne connaît pas la valeur de la self, mais a priori sa réactance inductive à 100 Hz (Xl=2 x pi x 100 x L) va de toutes les façons être très supérieure à celle de ce condensateur, de sorte que l’ondulation aux bornes du condensateur, qui est en parallèle avec la charge, devrait être inférieure à l’ondulation aux bornes de la self.

          Commentaire par Scytales — février 11, 2017 @ 7:06

          • Bonjour,

            oui, autant pour moi, j’avais complètement zappé la bobine :-)). Et ce n’est pas un simple diviseur mais un circuit passe bas LC. Sa fréquence de coupure se détermine par la formule de thomson (Fc = 1 / (2 x π x racine( L x C )) ). Avec une bobine à 2 mH et au dessus, on a une fréquence de coupure de 47, 6 Hz et en dessous (10 mH: 21,3 Hz, 20 mH: 15 Hz).

            Commentaire par Gollion — février 13, 2017 @ 4:45

      • J’allais oublier

        dU: crête à crête. C’est si parlant sur un oscilloscope.

        Commentaire par Gollion — février 11, 2017 @ 1:26

  31. Merci pour la doc. On y remarque que la distorsion d’intermodulation des différents modèles n’est pas indiquée; elle devait être suffisamment grande pour ne pas être mentionnée.
    Il est vrai que c’était le principal problème des premiers amplis à transistors. Ce qui a fait croire un temps, qu’ A.R. pouvait encore concurrencer le transistor avec sa série d’amplis D7X.
    Le 100-T de Cabasse doit être effectivement très bruyant (d’ailleurs le S/N n’est pas indiqué). 5800 Frs de l’époque, c’est cher…

    Commentaire par FRANCIS LIBRE — février 10, 2017 @ 8:53

  32. Si pardon le S/N est indiqué: + de 100dB…??? A pleine puissance avec une ondulation de plus de 5V??

    Commentaire par FRANCIS LIBRE — février 10, 2017 @ 8:56

  33. Pour un ampli dédié au « public adress », le 100-T était déjà beaucoup trop cher.
    En parcourant l’historique des premiers amplis à transistors hifi, on trouve par exemple le QUAD 303 (prisé par beaucoup d’audiophiles aujourd’hui). Sa commercialisation date de 1967:
    http://quad-hifi.info/public/quad-303-instruction-manual%5B1525%5D.pdf
    Le discours markéting était déjà bien rodé à l’époque: l’art de cacher la misère avec quelques courbes avantageuses et quelques « bons chiffres »:
    http://www.homecinema-fr.com/les-distorsions-dintermodulation-dans-les-amplis-bf/

    Commentaire par FRANCIS LIBRE — février 11, 2017 @ 1:06

  34. …Pendant ce temps là, A.R. apportaient les derniers arguments qui justifiaient l’utilisation des tubes dans les amplis de puissance en hifi:
    http://www.audioresearch.com/ContentsFiles/D51D75D75AD76_ManualSchemPL.pdf
    Remarquez qu’à la fin du manuel, la DIM (à puissance maximale) est indiquée…
    Aujourd’hui, à l’instar de la médecine alternative, il existe depuis les années 80 le marché de l’audio alternatif avec en particulier l’utilisation intensive de tubes en configuration mono triode dans des montages même pas dignes de ceux des années 30. Ainsi il devient banal d’alimenter des chambres de compression avec du mono triode dont la DIM, même sur une plage de fréquence limitée est plus importante que celle des compressions elles mêmes. Pour les fans d’ésotérisme, il suffit de relire les articles de Bassi dans « électronique pratique » traitant de la distorsion dans les montages à tubes.

    Commentaire par FRANCIS LIBRE — février 11, 2017 @ 3:26

  35. Bernard pivot est admis en octobre 2004 à l’académie Goncourt, il est le premier non-écrivain élu à cette prestigieuse institution, il en est actuellement le président; maîtriser l’électronique ne rime pas forcement avec l’invention, être un crack de Electronique veut tout simplement dire qu’on a passé suffisamment de temps à étudier, comprendre et assimiler les principes fondamentaux tant théoriques que pratiques de cette discipline; et que l’on se tienne continuellement au courant des techniques développés dans cette filière, un crack en Electronique peut n’avoir aucun grain de génie et ne rien inventer; l’électronique est une technique pas un art, mémorisation et expérimentation et disposer dans son cerveau d’une base données suffisante,
    Dans la critique il y a toujours quelque chose à apprendre, théoriquement elle est toujours constructive même si celui qui la donne n’a aucune intention bienveillante
    et puis devrons nous exiger de celui qui critique d’être l’égal de celui qui en produit l’oeuvre, ne dit on pas  » je ne suis pas musicien mais je connais la fausse note »?
    Les critiques de films sont ils tous des réalisateurs?

    Commentaire par curiosis — février 26, 2017 @ 4:19

  36. Il est vrai que dans l’exemple du Quad 303, la DIM reste faible dans la première dizaine de Watts, ce qui ne devrait pas s’entendre en puissance moyenne. Seulement en puissance instantanée la puissance délivrée par un ampli peut être très importante et là, la dynamique se tasse et doit être perceptible.
    La DIM est également élevée en sortie d’une cellule phono, ce qui explique la coloration « agréable » que ressentent les amateurs de disques vinyles. Mais ce n’est rien de plus qu’un tassement dynamique. Par effet de mode, les 33trs se vendent aujourd’hui à la pelle, pourtant il ne faut pas oublier que les masters servent de source avant pressage… Jamais vu autant de platine td dans les catalogues, même DUAL distribue sa nouvelle collection!

    Commentaire par FRANCIS LIBRE — mars 15, 2017 @ 2:37

  37. Vous avez tout a fait raison, la puissance instantané ou crête est très importante. Certains constructeurs ont fortement travaillés ce point précis, comme par exemple cabasse avec ses amplifications de puissance Am1000, As 1000 etc,et un autre exemple Denon avec sa série s1 ,Sa1 sensitive, et autre amplificateur de puissance de la marque de cette série .Ces ampli sont capables de passer des puissances crêtes très très importantes malgré leur puissance nominale moyenne. Quelqu’un pourra confirmer sans doute.

    Commentaire par Triolet — mars 16, 2017 @ 1:06

    • Les puissances « pics » sont surtout transmises par les réserves d’énergie de l’alimentation : les condensateurs…… les transformateurs d’alimentations 50 Hz ont un temps de latence tellement grand qu’il ne peuvent pas fournir de pointe de courant aussi facilement…… ils sont tout juste bon à recharge des condos toutes les 10 msec…

      Pour les transformateurs d’alimentations à découpage qui travaillent à des fréquences de plusieurs dizaines de kHz voire centaines de kHz, c’est eux qui transmettent les pointes de courant …… c’est une autre philosophie , une autre écoute… un autre son plus dynamique, plus tranchant, parfois plus « sec »…… on aime ou pas …… mais une très bonne alim à découpage sera toujours bien meilleure qu’un schéma classique « transfo + pont de diode + capa »………

      Commentaire par Juju — mars 16, 2017 @ 3:48

  38. « mais une très bonne alim à découpage sera toujours bien meilleure qu’un schéma classique « transfo + pont de diode + capa »……… »

    On le voit dans cette étude sur le TDA7293, aux chapitres 4.2.1 et 4.2.2:
    http://jimmy.thomas.free.fr/temp/TDA7293/TDA7293-MESURES.pdf

    Ceci dit, l’alimentation et son montage (avec des constantes de temps calculées au quart de poil) forment un tout sachant que cette alimentation doit respecter la courbe « enveloppe » des attaques d’un programme musical et donc cette alim doit pouvoir « suivre » la musique sans s’effondrer et récupérer en moins de 15ms. Un ampli à transistors bien conçu est capable de « récupérer » sans effet de pompage même en classe AB.
    Relire à ce sujet les cours de Bassi sur les alimentations et les sources de distorsions d’intermodulation transitoire dans les amplis à tubes. Dommage, qu’il n’ait pas fait de même pour le transistor (le tube était le fond de commerce de Bassi…).

    Commentaire par FRANCIS LIBRE — mars 17, 2017 @ 8:10


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.