Jipihorn's Blog

mai 2, 2017

Réparation d’un oscilloscope Agilent DSO90804A

Filed under: Démontage, Electronique, Fondamentaux, Test & mesure, Vidéo Blog — jipihorn @ 9:48

Cet oscilloscope assez monstrueux m’a été confié par un lecteur du blog de l’université de Louvain en Belgique. L’ayant récupéré après une journée absolument formidable la-bas, voici les étapes qui ont amené à sa réparation. Ça n’est pas une réparation temps réel comme je l’aurais voulu à cause du temps que cela a pris, les impondérables et les incertitudes, mais néanmoins, j’aborde les étapes et les méthodes utilisées.

Jipi.

Publicités

5 commentaires »

  1. pas ce qui se fait de plus simple comme alim

    çà serait pas une à fonctionnement en résonance ? ( un moyen de moins polluer en Hf)
    100A
    c’est digne d’un poste à souder « inverter »

    jamais réparé ce type d’alim seulement des bien plus classiques ( fly-back de petite puissance)
    dans les postes « inverter » je ne sais pas comment c’est redressé
    j’en ai réparé un au boulot , un TIG dont l’amorceur avait cessé de fonctionner à cause d’un MLCC qui avait fumé à côté du contrôler de cet amorceur
    par chance c’était un découplage d’alim ( 24 DC), ce MLCC avait fait un trou dans la carte quand il est parti en fumé et transformé une piste en fusible

    pas cherché à comprendre comment était fait le redressement
    courant max 160A pour 30V
    des FET pilotés ?
    ou des diodes shottky ?
    l’élément le plus lourd du poste c’est le radiateur ( 3Kg d’alu)
    sans compter la bouteille d’argon à trimballer avec

    quand à l’oscillo
    une machine produite à 1000 exemplaires au total ?

    moi qui suis encore avec mon oscillo analogique ( un OX734 Metrix)
    parfois je me dis qu’un Rigol DS1054z serait plus pratique

    Commentaire par michel29 — mai 5, 2017 @ 11:27

  2. L’étage d’entrée utilise 2 PFC (montage boost).
    Cela explique aussi le fonctionnement de 90V à 240V.

    Commentaire par Thierry. — mai 7, 2017 @ 7:51

  3. On va finir par croire que Jipi est abonné au alim de puissance 🙂 ,après l’alim triphasé à thyristor… Je pense, comme Thierry, qu’il doit y avoir un circuit de correction de facteur de puissance (le fameux PFC), avec 1,2 kW, je dirais même que ça s’impose, mais avec du double face et sur le peu que l’on vois dans la vidéo, c’est c*$#§t à voir comment c’est câblé ! Le redressement à transistor, j’ai vus. Dans une autre alim. Dans le boitier d’un mosfet, il y a le transistor et une diode monté à l’envers. Mais comme un fet peut jouer les « résistance à commande en tension », on peux le placer dans le sens que l’on veux du moment que Vgs est bien polarisé.

    Commentaire par Gollion — mai 8, 2017 @ 7:42

  4. Cette méthode de connexion carte à carte est quand même vraiment pas terrible. Je ne sais pas qui est le fabriquant de cette alimentation, mais visiblement ils savent quand même faire du beau matériel, faire des économies de 2€50 comme c’est le cas ici c’est franchement pas très sérieux de leur part… A moins qu’il y ait un intérêt bien précis que je n’ai pas saisi.

    Commentaire par Gabriel — mai 15, 2017 @ 7:13

  5. Bonjour JiPi,
    a) Dépannage sur alim à découpage avec oscillo : tout à fait possible si l’oscillo a un mode différentiel (c’est ce que j’ai sur un 8042 Metrix), heuuu… bien vérifier qu’on est en différentiel avant de plonger les sondes !
    b) Souder les broches du secteur : bof, avec des petites pinces isolées ça roule, le but c’est juste de tester donc pas d’ampérage, donc ça roule.
    c) les modules enfichés ça date pas d’aujourd’hui, par contre la poisse effectivement si les pattes sont en fait du CI découpé… J’y ai été confronté, j’ai pas pensé à utiliser de la soudure BT, j’ai tronçonné proprement et ressoudé une rangée de pin à l’écartement qui allait bien (je ne sais pas si l’écartement était standard ici), ressoudage, et rigidifié les deux extrêmités avec de la colle epoxy propre et no pb (équipement industriel sur un inverter de TIG, en service maintenant depuis 5 ans).
    d) Beaucoup de chance d’avoir eu deux alim avec les deux modules qui pouvaient être comparés, sinon pas évident (et encore là ça semble être simplement du double couche !!).
    e) As-tu fait quelques photos de l’intérieur de l’Agilent, j’aimerai bien voir ça !
    f) Réponse à Gabriel : 2 euros 50, c’est sur l’alim qui est n’est pas Agilent (y a-t-il une marque d’ailleurs ?) et qui a certainement été faite à des dizaines de milliers d’exemplaires, au final ça fait des économies…
    g) Ces alim sont plus faciles à dépanner que des petites alim à fly-back à deux balles avec toujours des trucs bizarres (j’ai eu le cas sur un petit ampli HiFi).
    h) Commande des MOSFET par transfo… ouaip ça rappelle les vieux variateurs de vitesse CC à redressement commandé qui avaient effectivement ces systèmes d’isolement. J’espère pour toi que le vernis des fils du transfo en a pas pris un coup, sinon t’es bon pour rebobiner à la main (c’est très très très long :)).
    Bon courage pour le dépannage de l’alim n°2.

    Commentaire par Glubboff — juin 3, 2017 @ 1:52


RSS feed for comments on this post.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.