Jipihorn's Blog

mars 28, 2011

Enfin ils s’en sont rendu compte.

Filed under: Audiophilie, Coup de gueule, Informatique — jipihorn @ 8:27

Et je n’étais pas fou.

Je savais bien qu’il y avait quelques fois quelque chose qui n’allait pas quand j’écoutais des trucs. Ça fait maintenant un bout de temps que j’ai dégagé toutes les sources audio pour ne laisser qu’un ordinateur dédié. Il faut dire que maintenant, le CD est obsolète, le DVD est quasi sur la paille, je ne parle même pas du vinyle qui ne se justifie que pour les collections de raretés (et encore, y a moyen de les capturer sans perte, sans poussières et sans usure). Le NAS avec toute la discothèque et DVDthèque capturées, ça c’est sympa.

Mais…

Depuis le passage à Vista et Seven, j’avais des comportements étranges. Par exemple, si je positionne l’échantillonnage à 96kHz globalement, le son pouvait comporter des distorsions énormes et des saturations incroyables si le niveau était suffisant. Depuis je me suis rendu compte qu’il restait un bruit parasite très audible dans certaines situations sans vraiment savoir d’où il venait et quand il venait.

Parallèlement, au bureau, je me suis rendu compte que j’avais une espèce de bruit qui apparaissait superposé au son sur un morceau particulier (je vous donne une opportunité de vous foutre de ma gueule, c’est sur le premier morceau de l’album de Krafwerk – Radioactivity). Bruit qui ressemblait étrangement à ce que je pouvais entendre en certaines occasions à la maison. C’est une sorte de bruit d’aliasing parasite qui se superpose aux basses d’où la facilité à l’entendre. Ce qui est plus étrange c’est qu’il est plus prononcé à gauche qu’à droite et j’avais bien aussi une impression de grésillement dans l’aigu récurent sans vraiment savoir d’où ça pouvait venir. J’avais essayé 4 cartes audio différentes, en S/PDIF, en analogique ou même au casque. Rien n’y faisait, ce n’est pas lié au matériel mais bien au système d’exploitation.

Et puis je suis tombé sur un début de logique il y a quelques jours en découvrant le problème en regardant un film alors que je ne l’avais pas rencontré depuis un certain temps. J’avais mis une carte Asus Sonar HDAV et bidouillé quelques trucs ici ou la, dont la fréquence d’échantillonnage principal qui était passée à 44.1 kHz plutôt qu’à 48 kHz habituellement. Et comme ce bruit était quand même bien audible, je repasse à 48kHz et la, paf, le défaut disparait.

Y aurait-il quelque chose de pourri dans l’algo de resampling dans Windows Vista ou Seven ? Car, tout compte fait, tous les défauts que j’ai pu entendre venaient de ça… Et bien sur, quand j’étais sous XP, je n’avais jamais rencontré quelque chose de semblable – le système dédié a son est radicalement différent depuis Vista.

Pour mieux comprendre la structure globale de la gestion du son depuis Vista, on peut trouver un schémas simplifié global sur MSDN.

Ce qui nous intéresse, c’est ce qu’il se passe dans l' »audio engine » quand on est dans le mode partagé (ce qui est la majorité des cas). Dans ce cas, tous les flux audio se dirigent vers le mixeur qui se charge de mélanger les sources (un bon point est qu’il travail en mode 32 bits flottants) et de changer les fréquences d’échantillonnage si nécessaire pour coller avec celle définie par le périphérique (c’est ce qui est disponible dans ses propriétés). Normalement, les applications ne travaillent pas en mode exclusif car les contraintes sont fortes. Seuls les logiciels pro avec des contraintes de latence tendent à utiliser ce mode.

C’est en fouillant un peu dans les docs MSDN et en cherchant un peu dans les forums de discussion Microsoft que je suis tombé sur cet article ou l’on découvre que le type a découvert le même type de défaut. Et il cite une conversation chez Microsoft à ce sujet. Finalement, après avoir longuement cherché, ces utilisateurs ont découvert que ce problème est attaché au WaveMixer uniquement et non aux couches DirectX (direct sound) et autres. Ce que j’ai pu vérifier en dirigeant de flux vers le « DirectSound device » plutôt que « WaveOut » tout en ayant des fréquences d’échantillonnage différentes. Ce qui tendrait à montrer que ca n’est pas dans l’ « audio engine », mais dans les couches précédentes que le problème réside, probablement dans le bloc « Windows Multimedia »

Remarquons à quel point il a été long pour que le gars de chez Microsoft admette qu’ils aient reproduit le problème ! Et remarquons aussi la date : le 18 janvier dernier. Seven est sorti depuis un bout de temps déjà et personne n’avait remarqué ce défaut pourtant très audible, en tout cas pas chez Microsoft. Enfin. Mieux vaut tard que jamais, probablement feront-ils un correctif.

En attendant, si vous utilisez Vista ou Seven comme OS support de votre média-player, n’utilisez pas le WaveOut comme sortie audio !

Jipi.


J’ignore si tout ceci est valable dans les version 32 bits de Seven, je n’ai pas pu voir de réponse claire al-dessus. Je n’ai utilisé jusque-ici les version 64 bits de ces OS.


Update : Une petite analyse du phénomène sur un petit bout audio, filtré à 2kHz – 48dB/octave (les niveaux sont légèrement différents car les deux périphériques WaveOut et DirectSound ne semblent pas avoir le même gain) :

 

Contenu original sans défauts

 

Problème de ré-échantillonage.

 

Qu’apercevons nous ? Des magnifiques pics à 3.9kHz, 7.8kHz et 11.7kHz, parfaitement audibles. Mais, dites-voir, combien vaut 48000-44100 ? Bingo.

Publicités

mars 19, 2011

Minute de philosophie de comptoir :

Filed under: Rhétorique, Ridicule — jipihorn @ 8:47

Bon, j’ai un mois de retard, je ne visite pas souvent les forums d’Elektor.
Mais qu’importe, prenez votre leçon quand même (verbatim) :

Ah NONNNN !!!!!

Un gourou te conditionne à penser la même chose que lui.

Un maitre t’apprend à penser aussi bien que lui.

Et moi je me contente de :

– t’inciter à moins penser, et plus percevoir (moins de mental et plus de ressenti)

– te faire prendre consience de plusieurs choses (juge, parties…)

– te donner un exemple pour te construire ta propre façon de penser

Un gourou FORMATE. (il s’enrichi avec ça)
Un maitre ENSEIGNE. (il est payé pour ça)
Et moi j’essaye d’éveiller. (je me dépense pour ça)

Cordialement
Francis

Ça fait beaucoup de mots pour dire « modestement polluer les esprits ».
Enfin bon, face à un tel programme, un seul mot me vient à l’esprit :

fuyez !

Jipi.


Au fait, qui aurait cru que le To-220, c’est pour le Transistors car Trois pattes  et le Do-220 pour le Diodes car Deux pattes ?
Moi non plus. Ni Fairchild avec ses diode si adulées qui sera bien content d’apprendre qu’ils ont tord, ni Vishay, National, ni personne en fait. Je n’en ai aucune trace dans les centaines de librairies de DXP. Et les LM2591, c’est quoi ? Des Co-220 car ce sont des Convertisseurs à Cinq pattes ? C’est bien gentil de faire son gros malin, mais faut vérifier avant de se ridiculiser en public (enfin bon, son public a l’air de suivre scrupuleusement le conseil de « moins penser »).

mars 14, 2011

Sad news of the day…

Filed under: Musique — jipihorn @ 7:40

Joe Morello nous a quitté ce samedi à 82 ans. il restait un des derniers ancètres de la batterie contemporaine après avoir joué un rôle fondamental dans l’approfondissement de la technique pour une efficacité maximale  avec un effort minimal, d’une manière analogue à Jim  Chapin qui est mort y pas si longtemps (une paire d’années).

Il était surtout connu pour son solo jazz traditionnel en 5/4 dans le célèbrissime Take Five de Dave Brubeck , un exercice pas évident dans ce style de signature. Mais il a fait bien d’autres choses

Il n’en reste plus beaucoup maintenant…

Jipi.

mars 13, 2011

J’aimerais bien qu’ils me lachent un peu.

Filed under: Atheisme, Ridicule — jipihorn @ 4:03

Depuis quelques semaines, tous les jours, je reçois des visites, quelquefois en grand nombre,dont la source (que je ne citerai pas pour ne pas leur faire de publicité) est un site qui propose des transcriptions de textes d’islamistes durs style jamal badawi (fortement inspiré des frères musumans) ou encore des clowns dangereux comme zakir naik (ses vidéos sur youtube sont particulièrement gratinées – surtout celles ou il tente de faire croire qu’il y a de la science dans le coran). En fait, ce sont des malins, car le lien qui apparait dans les statistiques est un intermédiaire qui change en permanence , qui propose de la pub et qui leur verse un petit quelque chose à chaque visite. Et donc, si par malheur je clique la-dessus, je finance ce genre de site à d’apologie à l’islam orthodoxe.

Alors, il me serait fort agréable qu’ils me lâchent  avec leur sites au contenu qui varie entre le grotesque de malades mentaux et la haine à l’état pure. Déjà que lorsqu’on commence à étudier un peu l’islam dans ses fondements, on découvre pas mal de choses pas très joli-joli. Alors si en plus, ces individus viennent en rajouter une couche en essayant de faire venir des internautes sur leur site dans l’espoir de les convertir, c’est pas ça qui va en améliorer l’image.

En attendant, je prépare un stock de popcorn pour assister au spectacle, qui a déjà commencé, à propos du futur débat sur l’islam. Ça va promettre, bien que j’ai déjà une idée précise de ce qui va se passer (et pour l’instant, je ne me suis pas encore trompé).

Jipi.

(Remarquons que je ne mets pas de majuscules aux noms cités, ca serait leur faire trop d’honneur)

Quand s’en renderont-ils compte ?

Filed under: Foutage de gueule, Vins — jipihorn @ 10:40

Ça faisait longtemps qu’il n’y avait pas eu de post lié aux vins et particulièrement aux foires semestrielles habituelles.
La raison en est simple : les prix sont devenus tellement ridicules qu’il n’y a plus rien à acheter. Cette année, Leclerc Léognan a battu des records. Que dire des Beychevelle à 75€, des Smith-Haut-Lafitte 36€ ou 57€, des Fieuzal blancs à 33€ ? Des seconds vins de Ducru-Beaucaillou, Beychevelle, Branaire ou Las Cases qui sont maintenant plus chers que les premiers y a quelques années ?
Se rendront-ils compte un jour qu’on a compris qu’ils se foutent de notre gueule ? Faire des culbutes fois trois jusque fois 10 ou plus encore avec les premiers grands crus, ça n’est pas un symbole de la parfaite vulgarité du prétexte de la loi de l’offre et de la demande ?
Qui, en grande surface, va acheter des Branaire ou de Grand Puy Lacoste à 45€ ? Elle est ou la loi de l’offre et de la demande ? Les rayons sont immobiles depuis des mois et les bouteilles vont vieillir encore un bout de temps debout au chaud. Le monde du vin est devenu fou avec l’illusion de pouvoir vendre à un prix quasi aléatoire (je dis quasi car toujours dirigé vers le haut) des bouteilles qui ne couterons jamais plus de 15€ à produire pour les versions les plus luxueuses (comme de liquoreux difficiles à produire), et même pas 10€ pour des premiers grands crus du bordelais vendus entre 300€ et 700€ la bouteille en primeur.
Et encore, je ne parle même pas des produits de Lafite Rothschild qui ont pété les boulons depuis longtemps : si j’avais acheté des carruades de Lafite y a un an, j’aurais pu faire une culbute de 400%. Mais y a un an, ils étaient déjà quatre fois trop chers. Pire encore, des contrefaçons sont produites sans vergogne en chine, vendues au prix des vraies bouteilles à une clientèle totalement consciente d’acheter de la contrefaçon, mais dont le but est de seulement montrer qu’ils ont acheté une bouteille chère – même si elle est fausse et que tout le monde le sait. Quand je pense que ce second vin valait 60 balles fin des années 90 et se vend maintenant 200€ pour une année pourrie genre 1992…

Donc, boycott des foires au vins qui n’ont rien à proposer de sérieux et boycott de ces producteurs qui ne font que confirmer leur mépris envers des amateurs qui achètent des bouteilles pour les boire et non spéculer avec. Encore une démonstration des deux plaies qui gangrènent le monde (les croyances et l’appât du gain).

Mais il y a de l’espoir. Pendant ce temps, ce week-end, les vignerons indépendants font leur salon. Y avait longtemps que je n’y étais pas allé. Le problème ici est qu’il y a beaucoup de monde et qu’il est difficile de s’en sortir si on n’a aucune idée de ce que l’on veut. Difficile de gouter et de dire qu’on n’aime pas. Difficile de gouter des dizaines de références sans être complètement raide : le problème au salon de Bordeaux, c’est que les crachoirs sont au sol et c’est vraiment pas pratique. Les stands sont minuscules et impraticable s’il y a plus de quatre personnes. C’est un autre système et, si l’on n’a pas de chance, on peut passer des heures à ne tomber que sur des trucs sans aucun intérêt. C’est le problème ici, il y a beaucoup de choses insipides et on a quand même tendance à en acheter parce que le vendeur est persuasif.

Mais quand même, si c’est le prix à payer pour enfin pourvoir accéder à des produits qui valent le prix qu’ils coutent…

Et donc, voila ce que j’y ai trouvé et ramené à la maison :

  • Un Listrac-médoc que je connaissais depuis longtemps : Chateau Cap Léon Veyrin. Le 2008 est excellent aux environ de 11-12€. Sachant qu’il valait dans les 60 francs y a 15 ans, leurs prix ont quasiment restés les mêmes avec l’inflation – chose très rare.
  • Un producteur de banyuls que j’avais découvert la fois d’avant par pur hasard après avoir passé 2 heures à n’avoir rien trouvé : domaine Pietri Géraud. J’ai découvert par ce producteur l’existence du Banyuls blanc, un truc peu courant et vraiment d’enfer. Leur banyuls rouge « cuvée Joseph Géraud 2001 » est une valeur sure et parfaite pour le chocolat. Ca change du porto. Ces bouteilles sont dans les 14-15€.
  • Une découverte sur une appellation que j’aime de plus en plus : le savennières. J’oublie mes déceptions à propos de la coulée de Serrant dans les 4 millésimes que j’ai gouté dont le prix n’a d’égal la totale insipidité du produit. A un petit stand où il y avait personne et qui ne paye pas de mine, j’ai pu gouter des savennières, coteaux du Layon et Quarts de chaume. Ce domaine, le domaine des Forges, propose 3 savennières différents dont un demi-sec extrêmement intéressant. Décidément, cette appellation recèle des trésors abordables. Leurs trois versions : Clos des papillons, la roche aux moines (partagée par 10 producteurs) et Moulin du Gué sont typiques, parfumées à souhait et très abordable en regard de la qualité (entre 10 et 13€). Gouté aussi leur coteau du Layon très abordable (8€ je crois) pour une qualité certaine et leur monstrueux Quarts de chaume (entre 28et 30€) : une alternative redoutable aux sauternes. Les Bonnezeaux et Quarts de Chaume sont vraiment une opportunité vu les prix qu’atteignent les liquoreux bordelais. Je n’ai pas gouté leurs grains nobles qui doivent être à l’avenant, c’était vraiment parce que ça commençait à faire trop.
  • Un producteur où j’achète régulièrement des vins du jura, histoire de rentrer quelques bouteilles du genre : Jacques Tissot. A ne pas confondre avec d’autres domaines du même nom (André et Mireille par exemple qui est un domaine de référence). Ça n’est pas le meilleur producteur de la région, mais il est régulier et bon marché. Quelques vins blancs typés, un vin jaune de 2003 tout à fait classique dans le genre et une curiosité le 249Jt, un vin peu alcoolisé (9°) issus de baies passerillées à l’extrême et dont très chargé en sucre. C’est vraiment pour avoir une bouteille bizarre en cave, car c’est cher (28€). Mais j’aime bien avoir quelques trucs rigolos. Une chose totalement incongrue : quand je compare les prix actuels avec ceux que j’ai des années 90, ils sont quasi identiques à quelques francs près. On pourrait dire qu’ils ont baissé si l’on prend en considération l’inflation qui est de l’ordre de 27% depuis 1995.

Justement à propos du Jura, un passage par Château-Chalon il y a quelque mois m’a fait découvrir en vrai les vins de chez Macle. Mon dieu, ils font peu de produits, mais alors quelles merveilles ! Leur cote du Jura à 12€ est une référence. Leur Château Chalon est à se damner, tout comme leur macvin. La propriétaire que je suppose être madame Macle est une dame digne et aux apparences sévères mais qui, il me semble, est d’une intégrité et d’une rigueur absolue. Absolument courtoise et disponible, elle connait ses produits sur le bout des doigts et sait recevoir les compliments. Si il y a bien un producteur dont je ne saurais assez conseiller, c’est bien le domaine Macle. J’avais dans l’idée d’aller chez Berthet-Bondet, mais je n’ai pas trouvé le domaine à temps… Je ne pensais pas pouvoir aller chez Macle car j’avais dans l’idée que c’était un domaine très difficile à aborder pour du grand public (mais c’est totalement le contraire). Mais quand j’aurai l’occasion, j’irai aussi faire un tour chez B-B qui doit lui aussi faire des produits d’enfer. Un autre aspect que je n’ai jamais rencontré à ce point chez un producteur, c’est le grand soin apporté aux dégustations et la grande attention au détail. Une salle sombre un peu solennelle, très tranquille avec une table préparée pour l’occasion accueille le visiteur qui est la pour déguster dans les meilleures conditions possibles (conté inclus). Vraiment excellent.

Petit clin d’œil aussi à la chambres d’hôte de Françoise et Guy Bailly dans le petit patelin de Brery durant mon passage dans le jura. Ce sont des gens très actifs pour le retour à une qualité de produits, une production locale, le BIO… Elle, maire du patelin, a toujours quelques histoires bien gratinées à raconter et lui, apiculteur (entre-autres) un militant dans le sens noble du terme. Des gens bien. Leurs chambres sont super, pas chères, tranquilles à l’extrême avec vue sur Château Chalon en haut de son gros caillou. Le Jura, c’est quand même une sacré région. Coté vinicole, si l’on prend au pif une bouteille, on est quasiment sur d’avoir quelque chose qui a un minimum de saveur et qui est reconnaissable. On est bien loin du Bordelais, ou pire, de la bourgogne, ou mes déceptions sont dorénavant quasi systématiques (en l’occurrence les derniers vins que j’ai acheté chez Coche Bizouard qui sont totalement insipides malgré les prix qui ont doublé en une dizaine d’années : les meursault 2007 n’ont strictement aucun intérêt).

Finalement, les appellations moins « prestigieuses » vont profiter des délires des autres (bordeaux, bourgogne, champagne). Ils ont encore des produits au bon prix, font des gros efforts qualitatifs et finalement vont forcer l’amateur à aller découvrir des joyaux oubliés ou ignorés. Peut-être que c’est bien mieux ainsi.

Que les crus classés aillent crever, leurs domaines confis de pognon.

Jipi.

mars 7, 2011

Comment dire…

Filed under: Coup de gueule, Foutage de gueule, Ridicule, Scepticisme, Science — jipihorn @ 10:00

Voila typiquement le genre de truc qui me révolte. Qu’attendent les pouvoirs publics pour interdire ce genre escroquerie ?
Accès aux soins !? Quels soins ? Des granules de sucre arrosés de flotte sans principes actifs ?
Bon, l’AFIS en parlera mieux que moi.
Jipi.

mars 4, 2011

Le changement n’est pas pour demain…

Filed under: Audiophilie, Fondamentaux, Foutage de gueule — jipihorn @ 7:10

Et ça n’est pas James Randi qui dira le contraire sur le constat implacable du mélange naïveté/prétention du monde audiophile dans son billet intitulé « Barnum a sous-estimé le taux de naissance des nigauds ».

Vivement que son nouveau bouquin sorte avec ses aventures contre Stéréophile et toute la clique d’hypocrites fortunés. La presse audiophile n’a jamais été aussi pathétique et ca n’est pas près de s’arranger…

Néanmoins, internet peut être une alternative pour des projets collectifs, malheureusement confidentiels. Critiquer est une chose (facile), mais il serait malhonnête de ma part d’ignorer des volontés de faire quelque chose avec un souci qualitatif élevé. Espérons que cet exemple sera nourri avec suffisamment d’articles et que le tri sera draconien (*). Un article  sur la modélisation de l’impédance des haut-parleurs tombe quasi simultanément sur un article en cours d’écriture – c’est marrant de voir que l’on retombe toujours sur les même problématiques, même si, dans l’article publié, la modélisation elle-même n’a pas grand intérêt pratique dans le cadre ou elle est étudiée (calculer des filtres passifs) – pourquoi modéliser alors qu’on a la mesure réelle ? Je reparlerai de ce thème appliqué à la correction de Linkwitz, ou comment les simulateur bon marché  d’enceintes closes sont complètement à coté de la plaque.

Mais ne boudons pas notre plaisir.

J.

(*) Par la, je veux dire virer la pseudo-science et arrêter de se prendre la tête sur les sempiternels non problèmes : jitter, câbles et autres  (pré)-amplificateurs aux topologies exotiques qui n’apportent rien.

Propulsé par WordPress.com.