Jipihorn's Blog

janvier 5, 2011

Dumbass quote of the day

Filed under: Audiophilie, Dumbass, Geddes, Pavillons, Ridicule — jipihorn @ 4:27

Aujourd’hui décerné à l’incontournable Jean-Michel Le Cléac’h :

Plus comme d’habitude quelques amabilités à mon égard …(selon lui, qui manifestement n’a rien compris à ce qu’est une propagation non axiale, le trajet des High Order Modes ne pourrait pas croiser l’axe du pavillon… je dis bravo!).

Qui, manifestement, ne sait pas lire ce qui est écrit dans mon billet à ce sujet :

Si JMLC parle des HOMs tels qu’ils sont définis par Geddes, non seulement il n’a pas compris ce que c’est, mais en plus il affirme qu’ils sont visibles sur des mesures dans l’axe. Chose qui est impossible vu la définition. Geddes a souvent émis la difficulté élevé de mesurer directement le HOMs, et ceci réclame au moins des mesures en grandes quantités hors axe.

Ce qui est pourtant clair, et je défie JMLC de le faire : mesurer les HOMs directement avec une mesure dans l’axe et les discriminer du reste. Ou ai-je dit qu’elle y étaient absentes ? Non, j’ai dit qu’il était impossible de les extraire d’une mesure dans l’axe. Comment peut-il imaginer que je puisse dire une telle sottise !? D’ailleurs, je suspecte, vu sa description (« propagation non axiale », »des modes qui croisent l’axe du pavillon »), qu’il n’a pas vraiment une idée correcte de ce que c’est…

Il me serait fort agréable qu’il aille sur le  forum de Geddes et lui soumettre sa méthode géniale d’évaluation de ces grandeurs avec une mesure dans l’axe et ses outils magiques, preuves à l’appui – ça serait une avancée dans le domaine comme on en voit peu. Pendant ce temps, je prépare le popcorn, on sait jamais.

Remarquons qu’il n’a pas démenti le fond réel  du billet, à peine juste fait une diversion à coté de la plaque et geindre un peu parce que je suis pas gentil.

Jipi.

Publicités

décembre 25, 2010

La réalité n’est pas simple…

Filed under: Acoustique, Audiophilie, Fondamentaux, Geddes, Pavillons — jipihorn @ 9:56

Tous les ans, l’European Triode Festival réunit les adorateurs de vieilleries et de l’illusion de progrès. A part le folklore et le coté inoffensif du truc, c’est plutôt une perte de temps si l’on s’attache à ce qui est vraiment important en audio. Néanmoins, c’est une occasion pour les piliers d’asseoir leur existence et de rencontrer ces obsédés du détournement de vieilles technologies pour faire des appareils qui, finalement, n’ont aucun intérêt. J’avoue que cette année, quand je vois un titre comme « new circuits and preamp-designs » et le contenu réel, je me demande si ça n’est pas un canular.

Cette année, grand concours de pavillons. Alors, c’est sur que notre expert national, Jean-Michel Le Cléac’h -JMLC pour faire court- va leur montrer qui est le patron. Pourtant, avant même de commencer, il était évident que les conditions allaient être particulières : salle probablement grande, public étalé, évaluations subjectives. Donc, il peut y avoir des risques que les pavillons chers à JMLC ne soient pas dans leur élément. Pourtant, et la je ne donne qu’un avis purement provocateur, je suis convaincu qu’il y est allé la fleur au fusil. Je ne sais pas si il avait la liste des autres pavillons en lice, mais c’est sur que si il l’avait, c’était la consécration assurée. Regardez plutôt :

  • Des vieux machins en tôles de la guerre 40, totalement dépassés et reconnus pour leur piètre qualité intrinsèque (Melaudium, Gaumont Kalee,Altec…).
  • Des trucs réputés pour être ineptes et qui le sont (Fostex, JBL2397).
  • Des machins totalement ridicules, moches et prétentieux (Acoutic Horn co.).
  • Des trucs un peu plus réputés au niveau de l’étiquette, mais qui ne nous rajeunissent pas vraiment (Klangfilm).
  • Des trucs haïs par le maitre (Ledauphin).
  • Des trucs similaires à ceux du maitre, mais bon, il sont moins bons quand même, faut pas déconner non plus (Kugelwellen).

Donc, finalement, rien de bien effrayant. Sauf que les résultats ne se sont pas déroulés comme prévu. Ou plutôt si. Mais non. Que le pavillon JMLC ne soit pas le tout premier, bon, qu’importe. Mais il a même pas atteint les demi-finales. C’est plutôt vexant. Pas autant que le concours de large bande de Mélaudia, mais quand même.

En fait, je vais être clair. Vu les conditions de mesure et d’évaluation, le classement n’a a peu près aucune signification. Et ca ne veut pas dire que les pavillons JMLC sont mauvais – ils ne le sont pas si ils sont utilisés dans un contexte bien précis. Simplement, la réalité, ce n’est pas aussi simple. Ces pavillons sont crées sur une base purement empirique, sans aucune étude réelle au départ. Je vois surtout ici un coup de bol et non quelque chose de prévu à l’avance. En fait, je suis sur qu’un tractrix de base fournira des résultats similaires dans des conditions identiques (en l’occurrence, les pavillons s’arrêtant au même endroit) et ces pavillons ne sont en rien une avancée par rapport à ce qui existait avant. Simplement le tracé est plutôt sympa, même si il n’est pas cohérent avec ce que l’onde fera en vrai (il suffit d’étudier un peu les équations de propagation pour s’en convaincre – voir les écrits de Morse). Et il n’est pas moins malin d’imaginer une continuité des tractrix au delà de 90°. Il n’y a pas de démarche scientifique réelle ici, juste des ressentis, des lois subjectives et je doute qu’à époque de la conception de ces tracés, années 80 si je ne m’abuse, il avait une connaissance approfondie de la propagation d’ondes dans les pavillons.

Que des Klangfilm aient gagné, bon, pourquoi pas. Le culte voué à ce type de matériel, seul représentant dans ce concours, biaise fortement une évaluation subjective qui est vouée de toute façon à l’échec dès le départ. Et puis, les gars de Klangfilm savaient faire du matos, c’est tout. Je suis pas sur que la directivité du modèle AlNico soit si différente de celles d’un pavillon JMLC, d’ailleurs. Si il y avait eu du Western Electric, c’est quasi certain qu’ils auraient été dans une position meilleure que leur qualité intrinsèque. Que les Ledauphin soient passés devant, ca doit l’agacer un peu plus. Il hait ce type de pavillons et il ne se prive pas de le rappeler dès que l’occasion se présente. Pourtant, même aux mesures, il n’est pas ridicule, malgré la présence du défaut de la TD-2001 qui, on se demande bien pourquoi, n’a pas été corrigé (je vois d’ici l’argument que la méthode de la résistance série ne fonctionnera pas, mais il y a d’autres moyens tout aussi efficaces quand l’impédance n’est pas le dual de la courbe de réponse¹ ).

Et donc, évidement, on aura droit à l’incontournable et modeste explication² comme quoi, ce n’est pas lui qui a gagné, mais c’est normal, les gens préfèrent ce qui n’est pas neutre et ses pavillons n’étaient pas dans les bonnes conditions. Ce n’était pas prévisible ça ? Pourtant, c’était gros comme une maison. En fait, JMLC s’est donné du mal pour rien avec ces explications, surtout que les premières sont assez farfelues et/ou totalement spéculatives. La dernière raison suffit à elle-même : une évaluation subjective qualitative ouverte, sans double-aveugle fournit des résultats aléatoires. Le problème ici, c’est que même en aveugle, ca n’a aucune valeur car on parle de préférences plutôt que de différences. Ce qui me faire rire c’est l’excuse que ca n’a pas été fait en aveugle, lui qui est foncièrement contre³. Ce n’est pas de la science sélective quand ça arrange, ça ? Pensez vous que si il avait gagné le concours, il aurait cité toutes ses raisons pour relativiser le succès (ce qu’un esprit scientifique doit faire) ?

Enfin, bon, qu’il n’ait pas gagné, ça n’a pas spécialement d’importance en soi. Ça ne remet pas en cause la qualité et les défauts de ses pavillons. Par contre, ce qui est beaucoup plus gênant, c’est la surestimation des informations que ses mesures peuvent fournir. La encore, il maquille des techniques de mesures tout à fait banales pour faire croire qu’il y a des avancées. Et ca n’est pas parce que l’on remplace les transformées de Fourier par des transformées en ondelettes que ça ajoute fondamentalement de l’information pertinente. C’est vrai que le spectrogramme est sympa au niveau lisibilité, mais ca ne reste qu’un spectrogramme (ou plutôt un scalogramme ici). Et ca n’est pas parce que c’est JMLC qui le fait qu’il va en sortir de nouvelles propriétés. Pourtant, il ne s’en prive pas pour affirmer péremptoirement (qui serait surpris ?) qu’il peut lire dessus les fameuses HOMs. Soit il parle du même phénomène décrit et étudié en long en large et en travers par Geddes, soit c’est un homonyme qui décrit un atout autre phénomène mais faut franchement être tordu pour lui donner ce nom. Les HOMs sont les composantes qui composent la forme d’une onde qui se propage, d’une manière similaire aux harmoniques. Le premier degré est normalement celui qui existe seul dans les pavillons particulier dits 1P, pavillons rarissimes et quasiment impossible à réaliser en pratique parce que l’on n’a pas vraiment de sources acoustiques adaptées. Quand la fréquence augmente, des termes supplémentaires apparaissent pour que l’onde se déforme afin suivre les règles de propagation et des valeurs aux limites. Tout ceci est décrit dans l’ouvrage de Geddes et cette technique permet, chose extrêmement puissante, de calculer la forme de l’onde à tout endroit. C’est sur que c’est un poil plus ardu que Webster.

Et donc, je m’en suis allé soumettre ma question à Geddes sur son forum, histoire de vérifier si mes doutes sont bien justifiés. Si JMLC parle des HOMs tels qu’ils sont définis par Geddes, non seulement il n’a pas compris ce que c’est, mais en plus il affirme qu’ils sont visibles sur des mesures dans l’axe. Chose qui est impossible vu la définition. Geddes a souvent émis la difficulté élevé de mesurer directement le HOMs, et ceci réclame au moins des mesures en grandes quantités hors axe. Qu’il conclut que les mesures de l’ETF2010 sont faite pour mettre en avant les pavillons JMLC c’est légitime, vu comment c’est présenté. Ça n’est pas forcément le cas, mais je trouve l’excuse en bois du « retard dans les préparatif » pour justifier l’absence de mesure hors axe tout à fait ridicule. Combien de temps cela aurait-il pris en plus par pavillon avec des positionnements préétablis ? 30 secondes ? 1 minute ? Ça aurait pourtant été un argument de poids supplémentaire pour justifier telle ou telle préférence du public , pour ceux qui étaient mal placés par exemple. Ça me donne surtout l’impression que ce n’est pas le genre de mesures qui l’intéresse. Après on pourrait me dire que, par exemple, j’en ai pas donné pour les pavillons des ET-703. C’est tout à fait vrai, mais ici c’était le but de comparer deux pavillons qui ont des directivités extrêmement différentes. Il était plus flagrant déjà de gommer des défauts dans l’axe, sachant que la directivité est plus élevée dans les pavillons usinés. Et puis, je suis pas dans un concours de pavillons non plus.

Bon, je vais passer sur la malhonnêteté intellectuelle en mon endroit, vu que mon post sur Geddes n’a pas comme sujet ses pavillons, mais ce qu’il déduit de ses mesures. C’est une tentative de diversion, ou alors il n’a pas compris de quoi ça parlait (j’en doute). Mais quoi qu’il dise, ce qu’il affirme dans son texte sur les HOMs est faux. Dommage parce que c’est le seul point qui ne soit pas une banalité. Et mettre des figures qui n’ont pas de lien avec le sujet (juste la petite publicité pour ses pavillons comparant des poireaux et des choux-fleur) ne changera pas grand chose. Ou a-t-il vu du « ETF bashing » ? On parle de ses mesures, point barre. Que ce soit à l’ETF ou à Lourdes, ça m’indiffère complétement. Je ne vois ici qu’une pauvre tentative de victimisation, histoire d’occulter le vrai fond :  coté HOMs, il dit n’importe quoi (ou alors, qu’il fasse une vraie démonstration scientifique avec les preuves et qu’il le soumette à Geddes). Pourquoi ne prend-il pas la peine de répondre lui-même sur le site, histoire de remettre tout le monde en place ?

Plus ou moins lié à ce sujet, une discussion sur le forum des gens qui perdent leur temps s’est mise en route. Vu que l’on hésite à me nommer en ces lieux de peur de je-ne-sais-quoi, je vais pas me priver de les citer ici. Ici l’on peut apprécier des conversations entre gens qui manifestement n’ont pas vraiment compris le sujet et qui confondent allègrement les pavillons coniques d’Acoustic Horn et les guides d’onde de Geddes. C’est sur, le site d’Acoustic Horn mélange sans vergogne le tout, histoire de semer le trouble et pour se donner une façade de sérieux – caractéristique qu’il ne mérite vraiment pas. Mais quand on a l’esprit un peu scientifique, on va chercher aux sources, pas sur une page de pub d’un individu qui s’improvise expert en pavillons. Le pavillon de Geddes suit une loi bien particulière décrite simplement en coordonnées sphéroïdales aplaties et, donc, n’est pas conique (il le devient asymptotiquement). Sa conception suit une démarche purement scientifique de A à Z et ne tombe pas du ciel à la suite d’un profil qui a l’air sympa. Il est modélisé et parfaitement décrit avec une connaissance complète de ses limites et de ses qualités issues d’un choix de démarche parfaitement clair qui se justifie, à mon avis, mieux que celle choisie à postériori – à la lecture des résultats purement expérimentaux – par JMLC. Geddes avait simplement une connaissance complète des propriétés avant de le construire contrairement à JMLC qui supposait telle ou telle qualité et en a ajouté même avec le temps sans aucune justification réelle. Et la, je ne parle pas de simulation, mais de conception, ce qui est tout à fait différent.

Ce qui est agaçant chez Audax, c’est le manque total de discernement entre la vraie démarche scientifique et celle qui veut faire croire. J’ai du mal à comprendre que Forr, qui est pourtant probablement techniquement le plus compétent du forum, tombe dans le panneau. Comment considérer comme exemple d’application de la méthode scientifique quelqu’un qui considère la thèse de Cheever comme un document ayant le moindre contenu pertinent ? Désolé, après toutes ces années à étudier le scepticisme scientifique et donc commencer par comprendre les fondements de la méthode, je ne vois rien de sérieux dans la méthodologie scientifique telle qu’elle est appliquée par JMLC. Ses sources sont souvent douteuses et sélectives et toujours choisies pour abonder dans son sens. Ça ne veut pas dire qu’il a tord en soi, je parle ici de méthode. Ses créations ne sont pas issues d’une telle méthodologie. Tracer une courbe parce qu’elle semple sympa ou bidouiller une page Excel pour faire des filtres électriques à la main, ce n’est pas ce que j’appelle de la science en marche. Alors mettre JMLC au niveau d’un Geddes ou d’un Toole, franchement, faut rester raisonnable. On peut ne pas être d’accord avec Geddes ou Toole, mais on ne peut pas les critiquer sur la méthodologie. Eux même ne sont pas toujours d’accord sur la définition des critères de qualité d’une enceinte quand elles sont soumises à des écoutes subjectives. C’est ainsi que la science avance. C’est autre chose que de faire des écoutes improvisées inutiles entre audiophiles passéistes et de venir fanfaronner (« si je gagne je suis un génie, si je perds les autres sont stupides« ) . Combien de papiers JMLC a publié et passé le peer-review ? L’AES ou l’ASA, ce n’est pas Audax ou DiyAudio.

Ce n’est pas croquignole, c’est ridicule.

Jipi.

(¹) Cet argument qualitatif de son pavillon – courbe d’impédance régulière – en prend sérieusement un coup quand on passe à un autre moteur que la TAD. Quand je parle d’un coup de bol…

(²) Quand quelqu’un commence une explication par « Il serait très prétentieux de ma part de prétendre que… », c’est certain qu’on va avoir droit à un concentré d’arrogance. C’est juste le lubrifiant pour que ca n’en ait pas l’air.

(³) Pour ceux qui n’ont pas de compte Delphi, je cite : « Ce n’est pas moi, qui suis totalement opposé aux tests en aveugle, qui m’aventurerai à proposer une méthodologie pour ce test d’audibilité de la préondulation. »

décembre 24, 2009

Citation du jour.

Filed under: Acoustique, Audiophilie, Fondamentaux, Geddes, Rhétorique, Scepticisme — jipihorn @ 9:34

Et pas des moindres :

Holding an opinion based on no data (…) which lies in direct contradiction to existing data is not very intelligent. You cann’t support your position by simply claiming that « I don’t believe everything that I read ». That may be true in many cases, but not when what you should have read is solidly substantiated with science.

Its a big problem in these forums that people hold opions with no supporting evidence that clearly contradict the available evidence – thats called religion and it has no place in audio.

Ce que l’on pourrait traduire par :

Tenir une opinion basée sur un manque de données (…) qui se trouve en directe contradiction avec des données existantes n’est pas très intelligent. Vous ne pouvez pas tenir votre position en    affirmant simplement « Je ne crois en rien en ce que je lis ». Ceci pourrait être vrai dans beaucoup de cas,  mais pas lorsque ce que vous devriez avoir lu est solidement confirmé par la science.

C’est un gros problème dans ces forums que les gens tiennent des opinions sans aucune preuve les soutenant tout en contredisant clairement les preuves disponibles – c’est ce que l’on appelle religion et ça n’a aucune place en audio.

C’est une citation d’Earl Geddes sur DiyAudio, qui met à jour LE problème majeur des subjectivistes qui veulent masquer leur absence de preuves solides par de la rhétorique, même si c’est en totale contradiction avec la science. C’est déjà le cas avec les Burson ou l’on a mis en évidence un défaut majeur de conception mais qui ne pose absolument pas de problème aux subjectivistes pour qui ce « détail » est balayé par leur ouïe si fine… Earl Geddes a l’art de ridiculiser ce type d’argument sur DiyAudio et il est rare que ces « contradicteurs » la ramènent une fois qu’ils se sont fait rappeler à l’ordre sur l’inanité de ce qu’ils affirment.

Ce type reste pour moi LA référence actuelle – point barre.

Jipi.

septembre 24, 2009

I got mail…

Filed under: Acoustique, Bricolage, Fondamentaux, Geddes — jipihorn @ 1:07

Une fois n’est pas coutume, un mail très intéressant est arrivé il y a quelques semaines. Il me permet de profiter d’un projet de revoir un sujet que nous avions abordé à propos du Raptor : la transparence de la membrane sur le retour de l’onde arrière. La possibilité que le Raptor ait une membrane beaucoup moins enclin à laisser passer l’onde arrière réfléchie par le fond était une explication plausible (parmi d’autres propriétés) des qualités du Raptor dans la zone de fréquence  bas-médium comparé aux PR33S100 Audax qui présentaient des colorations absentes avec le Monacor.

Cette explication nous semblait tout à fait logique (et bien évidement ne faisant partie d’une liste d’autres propriétés), bien que de rares traces à ce sujet soient disponibles (un truc de Hiraga et quelques textes ici ou la).

Déjà, Earl Geddes mettait fortement en doute l’audibilité de cet effet, ainsi que ceux de la résonance des caisses en général, car, si il existe, il est négligeable si les choses sont faites correctement (fabrication de  qualité et amortissement interne). Geddes étant une source d’information que je qualifierait de (très) fiable, il était nécessaire de modifier un peu les choses sur le texte (ce qui sera fait bientôt), car, finalement, les disparitions de coloration et de résonances peuvent s’expliquer par d’autres biais.

Cet internaute, M. Ripoll (que je remercie pour son autorisation à publier son message, avec quelques corrections) m’écrit ceci :

Au sein d’un labo d’acoustique sous marine, j’ai conçu pendant 25 ans des transducteurs pour sonar, c’est assez éloigne des HP, mais je connais les bases de l’acoustique

Une de mes passions est de m’amuser a construire des enceintes acoustiques, pour les mesurer, j’ai monté, voir photo, les appareils de mesure, ce qui me permet de les vérifier car je peux effectuer les mesures en champ lointain,  j’habite une villa surélevée.

Je regarde votre site depuis longtemps, et les critiques au sujet du Raptor sont si stupides, de la part de gens qui n’ont aucune notion d’acoustique, que je me permets de vous dire que je suis totalement de votre avis en ce qui concerne ce HP.

c’est le HP idéal pour générer de la basse fréquence et a tout point de vue.

Il n’y a qu’un seul point mineur sur lequel je ne suis pas de votre avis, je reprends votre texte :

  • Par ailleurs, les haut-parleurs à membrane légère ont intrinsèquement un problème qui a été rencontré dans le cas du Audax PR330S100. Comme ces membranes sont assez fines, elles sont acoustiquement transparentes et le retour d’onde arrière passera très facilement au travers.

J’ai conçu ,il y a déjà assez longtemps un transducteur ,l’équivalent d’un bass reflex voir brevet

Certaines personnes, des acousticiens mal informés, prétendaient que l’enveloppe du transducteur absolument transparente acoustiquement  «on est dans l’eau» que les ondes sonores générées a l’intérieur la traverserait ,ce qui est totalement faux.

Sinon ce transducteur ne fonctionnerai pas.

Je vais essayer de m’expliquer, en acoustique sous marine une plaque d’acier de 10 mm est totalement transparente en basse fréquence,les ondes sonores la traversent sans perte. Avec cette plaque d’acier, formons une enceinte close a l’intérieur de laquelle on générera un niveau sonore énorme ,c’est le cas de mon transducteur, et bien aucun signal sonore ne sortira de l’enceinte .

Ou un très petit signal, une fois calcule la rigidité mécanique de l’enceinte, on détermine le déplacement de l’enveloppe sous l’effet de la pression interne, et à partir de ces déplacements on calcule le niveau sonore émis.

Le cas de la transparence d’une plaque en champ lointain, n’a rien avoir avec cette même plaque si elle sert d’enveloppe, c’est physiquement totalement différent.

Mais ou je suis de votre avis ,c’est que dans le cas d’un HP, la pression interne, surtout un bass reflex agit sur le pavillon qui va se déformer ,c’est cette déformation qui gênera un signal parasite , qui altéra le signal recherché.

Pour le calculer je dois calculer les déplacements ou plutôt déformation du pavillon uniquement du à la pression interne.

Ce qui a mon avis est le plus important ça n’est pas tant l’épaisseur ,mais sa rigidité  et surtout ses pertes mécaniques ou amortissement, et la évidemment un Raptor, est mieux beaucoup, beaucoup mieux adapte qu’un HP de gros diamètre

La pression interne souvent 10 fois plus élevée que la pression émise,déforme le pavillon et la il ne vibre plus en piston, d’où distorsion, traînage etc. etc.

Évidemment ,ça n’est qu’une interprétation un peu différente de la votre, mais sans grande importance, car on retombe sur la même conclusion ,un HP , s’il a un bon rendement possède un grand pavillon et assez léger ,tout pour nuire à un bon fonctionnement.

Évidement, il y a des vérités qu’il vaut mieux ne pas dire surtout chez les audiophiles, qui ne possèdent qu’un semblant de connaissance en acoustique.

Quant a l’accord d’un BR, j’en ai mesure pas mal et effectivement, ce que j’ai lu ne correspond pas a la réalité.

Vos propos :

  • « Les paramètres du Raptor imposent des coefficients d’alignement très élevés, incompatibles avec une bonne réponse impulsionnelle ».

J’ai mesure plusieurs enceintes, alignements corrects suivant les tables, et alignements incorrects, j’ai remarque que si la courbe de réponse était assez plate même avec des fréquences d’accord très basses, le régime impulsionnel était peu affecté, je suis bien de votre avis.

Je vous remercie pour les explications que vous donnez dans votre site

Une remarque, j’ai fabrique pas mal d’enceintes sphériques, en staff, très rigides ,les résultats sont remarquables, on a du mal a imaginer que c’est le même HP que l’on écoutait dans une enceinte conventionnelle en bois ou mdf ,bien rigidifiée.

Et la encore une enceinte de petit volume ,rayonne beaucoup moins de signal parasite qu’une enceinte plus volumineuse.

Je ne suis jamais parvenu a vraiment éliminer les résonances parasites d’enceintes volumineuses au delà de 150 litres ,on peut y arriver en employant des matériaux visco-élastiques entre deux parois ,avec des feuilles de plombs ,mais quel emmerdement.

Il vaut beaucoup mieux employer un raptor avec un petit volume

sur la distorsion due a la compression a intérieur de l’enceinte ,on doit être devenu sourd définitivement avant de pouvoir l’entendre

Je vous remercie pour les explications que vous donnez dans votre site

vos propos

« sans aucune difficulté et avec un niveau consternant  » vous voulez dire conséquent ça peut prêter a confusion

Mr ripoll

Il est rare que je reçoive un courrier avec des analyses sur un (ou ici deux) phénomène. Geddes a plutôt une approche qui dit que c’est un faux problème tant que l’on fait les choses correctement. M. Ripoll est plus prudent car il est difficile de faire les choses correctement sur des grandes enceintes au niveau vibrations des parois. Il est effectivement tout à fait possible que les colorations soient dues à des déformations de membranes plus qu’à une transparence acoustique dans notre cas, car la caisse na pas changé.

Finalement, on retombe sur les mêmes conclusions :  des grandes caisses, avec des grands Hp à membranes fines pour avoir du rendement, ça pose plus de problèmes que ça n’en résout… Et puis, franchement, il faut 1/2 mètre cube pour faire du bas médium avec des voix du théâtre ? Quand je pense qu’il y a encore des gens qui tentent d’utiliser ces enceintes de foire en 2008, persuadés que ça marche mieux que le reste ? Quelle perte de temps et de moyens…

Et le Raptor, ça marche vraiment.

Merci, M. Ripoll. Voila qui fait avancer le truc.

Jipi.

PS : M. ripoll fait aussi des montages éléctroniques dont la qualité de fabrication me change un peu des trucs habituels.

avril 19, 2009

I got mail !

En fait, ce serait plutôt une paire de commentaires, mais j’aime ce titre quand PZ Myers l’utilise quand il s’agit de parler de ses « hate mails », courriers de haine, même si, ici, il ne faut pas non plus exagérer. Il suffit que je m’absente une journée pour tout s’emballe : les coléreux sont des impatients…

Une fois n’est pas coutume, chose rare, c’est directement un intéressé qui écrit. Enfin ! Finalement, je me demande pourquoi ça pris autant de temps, mais c’est pas grave.

Par ailleurs, il serait bon aussi qu’il apprenne que les commentaires se mettent sur le bon post et non dans des catégories qui n’ont rien à voir. WordPress ne me permettant pas de les déplacer, je vais les supprimer. Qu’il les reposte dans la bonne catégorie, ça doit pas être trop difficile.

Et donc, c’est bien Roland Delacroix qui poste un deux commentaires (c’est un impatient !) que je vais reproduire bien en clair ici; les commentaire étant pas spécialement visibles et mis n’importe où :

bonjour ,
je découvre votre “blog” et suis assez surpris de découvrir que je travaille chez soft ADS et que je fabrique des salles !!!!

désolé mais renseignez vous “mieux” ..
je n’ai jamais travaillé chez soft ADS ( vous confondez avec Michel Sonnier – qui est en effet un de mes amis – et qui en a été le fondateur )

moi j’ai été directeur général du groupe Guillard Musique pendant 22 ans
et aujourdhui ( et depuis 10 ans je suis consultant occasionnellement dans tout autre chose et il m’arrive en effet de faire de la conception acoustique de salles privées ou pros)

d’autre part concernant mes “commentaires” sur les affirmations de Mr Tool sur “l”avantage” de la présence de nombreux sub positionnés un peu partout dans une salle .. je suis au regret de vous confirmer que malgré le fait que Mr Tool ou mr Geddes soit indéniablement d’excellents mathématiciens , moi j’ai expérimenté leurs “affirmations” sur ce point et en présence de mathématiciens aussi “forts” qu’eux ( Ircam / et polytechnique ) et à l’inverse de ce qu’il ont fait je ne me suis pas contenté de “modélisation ”
comme contrairement à ce que vous semblez croire je n’ai aucun égo particulier et que je ne suis pas un “grand matheux” moi je ne me contente pas de “parler” sur un blog
je construit /teste / mesure et calcule mais dans le monde réel ( la modélisation ne suffit pas dans ce domaine )
et je maintient formellement que leurs affirmations sont assez largement erronnées et “néglige” beaucoup d’autre parametres associés ( que j’ai décris sur le HCFR lors de votre intervention – mise en phase et timing en 3 dimensions ainsi que réponse en burst )
c’est ce qui fait que jamais , nul part dans aucune salle et aucun studio ni aucun lieu sur la planete ( sauf chez qqs audiophiles qui “croient” mais qui n’expérimente pas ) leur proposition concernent ce point n’est retenue..
je n’ai aucun interet d’aucune sorte à “contredire les affirmatiosn de ces gens .. ( je ne vend rien / ) mais simplement celà évitera à des amateurs moins expérimeté de faire une erreur et surtout de dépenser inutilement de l’argent dans “plein de sub”

en conséquence si je vous reconnait le droit de croire à ce que vous voulez et en qui vous voulez ,vous voudrez bien retirer de votre blog les phrases qui me cites comme travaillant chez soft ADS et fabricant de salle …

en dehors de ce point votre blog est interressant et instructif ,meme si vous semblez faire des “fixations ” envers les autres qui seraient des “méchants” …
il faut quelquefois mieux se renseigner sur les gens avant de parlez d’eux
c’est ce qu’on fait des gens comme le sympathique F Brooke ( qui est largement aussi “fort” qu’un Tool ( ainsi que qqs autres “grands” hifistes passionnés et tres compétents )
lui à bien compris que je n’étais pas “milliadaire” ( car pour réaliser ses reves dans la vie il ne faut pas “pleurer ” sur son “faible salaire ”
il faut travailler beaucoup et “vouloir ” .. les réaliser ..
il y a 40 ans je voulais réaliser un vrai audit chez moi ..
ben je l’ai fait .. mais j’ai mis 40 ans …
alors avant de penser que les gens sont tous des méchants “riches” …
faites un effort de caractere et “calmez” vous .. et surtout .. renseignez vous sur les gens avant de parlez d’eux car un jour vous “tomberer” sur un “coléreux” qui vous “collera” une diffamation ( ou “plus brutal”….)

cdt
thxrd


merci pour la deuxieme fois de retirer la partie du texte “affirmant” que je fait partie de ma Sté Soft ADS .. ce qui est rigoureusement faux .
je n’ai aucun lien avec cette Sté ..
merci de noter que je vérifierai le retrait et que si celui ci n’est pas effectué il y aura poursuite .. non que je suis un “mauvais coucheur” mais je n’ai aucun lien avec ces gens .. point et je ne le répeterai pas ..
merci de faire immédiatement le nécéssaire ;
thxrd
merci pour la deuxieme fois de retirer la partie du texte « affirmant » que je fait partie de ma Sté Soft ADS .. ce qui est rigoureusement faux . je n’ai aucun lien avec cette Sté .. merci de noter que je vérifierai le retrait et que si celui ci n’est pas effectué il y aura poursuite .. non que je suis un « mauvais coucheur » mais je n’ai aucun lien avec ces gens .. point et je ne le répeterai pas .. merci de faire immédiatement le nécéssaire ; thxrd
thxrd@club-internet.fr
thxrd

Donc, effectivement, j’ai malencontreusement déduit son affiliation à Soft ADS à tord. Même si effectivement, j’ai eu tord sur cette information (et je le corrige illico évidement), on a l’impression que de l’avoir lié à cette société est une chose absolument insupportable, tout autant que de le nommer comme étant un « concepteur ou fabricant de salle ». J’ai connu pire … J’avais failli écrire justement son lien avec Guillard Musique (citée ici) , mais j’ai finalement mis Soft ADS pour raison toute simple :

La présentation « institutionnelle » de Soft ADS sur Homecinema-fr au travers de la descrition de systèmes.

Pourquoi n’a-t-il pas attaqué cet article où il est présenté comme « l’installateur de Soft ADS » (que j’ai interprété comme étant la personne qui s’occupe des installations de chez Soft ADS, ce que je nomme d’une manière générique « salle »). Serait-il ignorant de la présence de ce texte ? Je veux bien changer les informations erronées, mais il se doit, si il veut être crédible, imposer à changer le texte chez HC-Fr. A mon avis, il doit y avoir un sacré paquet de gens qui pensent qu’il travaille pour eux et « qu’il fait des salles » .Donc, OK, il ne travaille pas chez Soft ADS. La chose est claire. Il semblerait tout de même qu’il soit au moins sous-traitant plus ou moins indirectement, ce qui ne change finalement pas grand chose…Alors finalement, que fait-il exactement ? Je pensais que c’était un gars directement lié à ce métier de concepteur, installateur, régleur de salles, mais en l’occurrence, non. Je suis déçu.

Pour le reste… Encore et toujours cette histoire de caissons de basses. Encore et toujours la liste d’affirmations invérifiables et un dénigrement de Toole ou Geddes, ces rats de laboratoire qui n’ont décidément rien compris. On doit pas lire la même littérature, car Toole et Geddes publient aussi des VRAIS mesures, faites dans de conditions réelles et non des simulations. Dire que ces gens sont des purs théoricien ne fait que montrer son ignorance sur leurs travaux dans la vraie vie, je ne vois ici rien de plus. Mon dieu, mon dieu que tout ceci manque d’humilité. Devrais-je trembler sur mes membres dès que je vois l’acronyme IRCAM écrit comme preuve ?  Tout comme cette phrase si typique : « c’est ce qui fait que jamais , nul part dans aucune salle et aucun studio ni aucun lieu sur la planete ( sauf chez qqs audiophiles qui “croient” mais qui n’expérimente pas ) leur proposition concernent ce point n’est retenue.. ». Évidement, si c’est THRXD qui le dit, c’est que c’est vrai. Ils suffit de quelque minutes pour trouver sur DYIAudio des gens qui pratiquent cette démarche et qui en sont totalement satisfaits car les résultats sont exactement ceux prévus (Geddes le premier d’ailleurs, sur son propre système qui sert de démonstration à ses clients). Si il croit que LUI connait mieux les mesures qu’il cite (plus pour faire érudit qu’autre chose) que les autres spécialistes qu’il méprise finalement, il faudrait qu’il sorte un peu de chez lui. Il met tout dans un seul et même panier : Studio, salle amateur de petite taille, grandes salle HC… Mais enfin, il le sait très bien (ou alors il est totalement incompétent), ces contextes ne sont gérés d’une manière qui leur est propre car simplement, les lois de base de l’acoustique l’imposent (je ne parle pas des contraintes liées au métier lui-même dans un studio d’enregistrement par exemple). Et ce n’est pas parce qu’il ne sait pas que ça n’existe pas. Et puis, si c’est si peu utilisé, cela ne serait-il pas du au fait que les gens y soient hostile, plutôt que pour des raisons purement techniques ? Mais la, je fais du mauvais esprit.

Décidément, il n’a pas vraiment compris le fond de mon texte. Je ne dis pas qu’il a tord, je ne dis que, contrairement à ceux qu’il fustige, il n’apporte aucune preuve, aucune donnée tangible réelle de ce qu’il avance. Ses commentaires sont exactement comme ses écrits habituels à ce niveau, je ne vois rien qui fasse avancer son cas. Non, aligner des références invérifiables, des affirmations que l’on doit exclusivement lier sur sa parole ne me semble pas donner de crédit particulier. Moi aussi, je peux écrire des choses de la sorte, c’est tellement facile. J’ai peut-être tord, mais c’est une déformation de j’entretiens, surtout quand l’interlocuteur commence à parler plus ou moins de diffamation (je suis terrorisé) ou de poursuites (traiter quelqu’un de salarié chez Soft ADS est une insulte particulièrement grave) plutôt que d’argumenter solidement. Surtout aussi quand on est dans la position la plus facile pour faire un système : avoir des moyens considérables (et ne pas vraiment l’assumer en public) qui permettent d’écarter justement les problèmes les plus délicats à résoudre. 40 ans pour arriver à ce résultat avec de tels moyens !? Ça ne me semble pas très efficace. Surtout qu’il y a certains aspects monumentaux qui me semblent pas avoir vraiment d’arguments techniques pertinents (comme avoir 10 McCauley de 46cm dans 100m²) (1). Enfin bon, chacun fait ce qu’il veut sur son système. Je fabrique aussi des trucs (avec mes modestes moyens),  je les vérifie, je les teste, je les mesure in-situ. Mais mes moyens limités et mes choix qui semblent être corrects dès le début me permettent de ne pas à avoir trop à en faire pour rien. C’est sur qu’il ne faut pas vraiment de compétences particulières pour impressionner et avoir de bons résultats quand on peut se payer un projecteur à 50 k€ (Pfff, même pas un 4K, petit joueur) et un écran de plus de 5 mètres qui, je suppose, n’est pas une pauv’toile à deux balles. En audio, c’est peut-être un peu moins vrai, mais les moyens résolvent pas mal de problèmes. Donnez moi les moyens, je vous fais le même que lui à 40 fois moins de temps. Je pense que l’on a pas les mêmes échelles de valeur, tout simplement. Je me méfie des gens aisés qui disent qu’il ne sont pas milliardaires. Même mon boss qui fait partie des 500 fortunes française le dit en toute sincèrité : « vous vous rendez compte, mes dernières vacances, une semaine à la montagne, ça m’a couté 15000€; c’est pas donné quand même ». Je n’ai pas dit que ceux qui ont de l’argent sont des « méchants », j’ai dit simplement qu’il n’y a peu de mérite à faire nu truc qui marche quand on a les moyens. Nuance.

Quant à dire que Francis Brooke  est largement aussi “fort” qu’un Toole (ce qui veut dire de manière cachée qu’il est supérieur), ca n’est qu’une affirmation totalement personnelle et subjective. Personnellement, même si je considère F. Brooke comme quelqu’un de compétent dans son domaine, je n’ai jamais lu quelque chose de lui qui soit au delà de ce que j’ai pu étudier dans mon cursus de DESS en électronique. Ici, je ne me base que sur ce qui est disponible. Peut-être a-t-il d’autres trouvailles secrètes. Dans ce cas, il devrait devenir un fellow de L’AES et publier. Je pense surtout que THXRD a une vision bien réductrice de Toole et autres personnages du genre. Quand je vois ne serait-ce que la liste d’expérimentation grandeur nature réelles que Toole a pu faire sur un paquet de sujet, c’est autre chose que d’affirmer trois-quatre trucs grandiloquents sans preuve dans des forums. J’aimerais bien voir publier leur contre-expériences, juste pour rigoler un peu.

Tout ceci n’est guère convaincant… Finalement, je vois que mon pire tord est cette malencontreuse lecture de son appartenance supposée à Soft ADS qui suscite le plus d’ire de sa part ? Et bien, je m’en sort pas si mal, car finalement, c’est l’information que j’ai publiée qui a le moins d’intérêt (je dirais même elle est totalement sans intérêt).

Maintenant, une petite étude de texte, juste pour la route :

Cité sur Audax le 13 mars :

à l’inverse si je suis dans un grand volume de 100 ou 200m2 sans voisins et que je veut le meme niveau réel qu’un goupe de Jazz avec pupitre de cuivres .. là huat rendement obligatoire et tres grosse puissance d’ampli obligé (et multiamp obligée )
et si je veut maintenant une sensation identique à celle d’un concert genre Métallica ou similaire on parlera en KW ( voir en dizaines de KW .. ) et de tres tres haut rendement ..(et obigatoirement au minimum de triamp ..)
simplement dans 60 à 70m2 essayer de faire le SPL d’un set de batterie avec GC de 26″ par exemple .. vous verrez que c’est déjà extremement difficile sans passer par la case haut rendement .. et c’est juste .. 1 instrument …

Même si je vois le fond du message indiqué sur ce texte, il contient des notions et des ordres de grandeurs qui me semblent plus dues à une habitude d’écoute sur un système qui peut aller trop fort qu’à une réalité raisonnable.A partir du moment où on considère qu’il faut ça pour faire de la Hifi sérieuse, on est dans une voie sans issue pour quasiment tout le monde. Le problème, c’est qu’il a une vision du « concert » qui m’est totalement étrangère.  Jamais je n’écoute une batterie à 1 mètre. Jamais je ne vais écouter un big band mélangé aux musiciens. J’ai pu entendre des très grosses formations extrêmement bruyantes dans les watts générés, mais ce qu’il compte, c’est d’avoir quelque chose qui se rapproche de ce que l’on entend dans un siège (ce qui est déjà difficile), pas de générer les watts acoustiques issus des instruments. Les bons concerts ont des niveaux raisonnables, aux antipodes des concerts électrifiés « à la Metallica » que je qualifierais d’insupportable. C’est pas parce que c’est live que c’est bien. Au contraire, les concerts agréables sont rarissimes (n’allez surtout pas au New Morning tant qu’il n’ont pas changé leur système), car souvent beaucoup trop fort. Si c’est pour les retrouver trop fort à la maison, non merci. Quand Christophe Raffaitin s’extasie d’avoir pu écouter avec des pointes à 130 dB, la chose qui me vient en tête c’est « sincères condoléances ». Aucun intérêt, c’est du gaspillage de ressources et d’électricité. Déjà avoir un système qui peut sortir en continu 110 dB sans distorsions particulières, ça suffit et c’est déjà difficile. Le reste, je donne pas cher de l’état des oreilles avec les années.

Ce qui m’a attiré l’attention sur cette phrase, ça n’est pas trop la logique (qui est correcte tout de même, même si elle est trop exagérée) mais l’exemple cité, l’incontournable batterie. C’est l’argument massue : essayez de reproduire une batterie à niveau réel avec vos petits systèmes : ça sera pitoyable.

Connaissant très bien cet instrument, je considère qu’il faut être un taré pour essayer de reproduire le niveau réel (que je définirais comme étant à coté) tout simplement parce que c’est insupportable en vrai. Personne ne songerait écouter confortablement à proximité. Lorsque l’on joue de cet instrument, les bouchons anti-bruit sont quasi indispensables si l’on veut garder ses oreilles en bonne santé. Une école de batterie qui n’imposerait pas ces dispositifs de sécurité dans ses cours devrait être boycottés par ses élèves. L’écoute à proximité est à proscrire car désagréable et hors sujet. Les musiciens souffrent souvent du niveau élevé de leur instrument qui est la pour être le plus efficace possible pour un large public, pas pour une écoute de proximité. Le but de reproduire le niveau « réel » (comprendre à  coté) d’un instrument bruyant est finalement ridicule pour des raisons évidentes : ça ne s’écoute pas comme ça.

Attention, je ne dis pas qu’il faut pas avoir un niveau quand même bien fourni pour avoir quelque chose de sympa. Mais faut-il avoir de tels moyens ? Je ne suis pas aussi convaincu.

Petit détail pour finir sur cette étrange donnée du diamètre de grosse caisse de 26 pouces. Ce petit détail illustre bien cette tendance à vouloir donner moulte détails pour donner une impression d’érudition sur le sujet, histoire de montrer que l’on s’y connait à mort. Le problème, c’est que cette information n’a strictement aucun intérêt pour illustrer le propos : le diamètre n’a qu’un effet marginal sur la puissance de l’instrument. Éventuellement sur la hauteur (et encore)… Pourquoi 26″ ? Parce que le 3615 google donne cette taille comme étant la plus grande disponible (ce qui n’est pas vrai, on  aussi du 28″ sur demande et même plus si on veut). Ici, le problème est que ce détail montre une méconnaissance de l’exemple donné, un comble.Evidment, il va me rétorquer qu’il a fait des prises de son sur des dizaines de batteries. J’en conclurais donc qu’il n’écoute pas les musiciens. Le niveau sonore est à 75% donné par… le batteur lui-même. Virgil Donati sur sa caisse de 22″ (tout à fait standard) va à coup sur couvrir la majorité des batteurs sur une 28″. Il aurait été bien plus pertinent de donner un exemple de ce type plutôt que sur la taille. Les autres paramètres qui jouent sont essentiellement la dureté de la batte (feutre, bois…), la peau (simple, double…), l’amortissement (oreiller, feutre..) et même les différentes cames disponibles sur les pédales qui ont des profils d’accélération différents. Comme quoi, la réalité est plus compliquée, oui…

Jipi.

(1) syndrome que celui qui veut avoir la plus grosse ou plaisir de rabaisser le caquet de Christophe Raffaitin ? Finalement, ce dernier pourrait être un argument technique pertinent.

Dernière minute ! Thxrd a même posté un truc sur Audax.fr avant même d’avoir le temps de finir ! Décidement, il est sacrément remonté …

mars 30, 2009

Un peu de lecture (bis)…

Filed under: Acoustique, Fondamentaux, Geddes — jipihorn @ 12:08

En fait, ça serait plutôt beaucoup de lecture.

Dans l’excellent et assez difficile livre d’Earl Geddes (Audio Transducers), on peut trouver une bibliographie compacte avec, chose très intéressante et beaucoup trop rare, des commentaires succincts sur les ouvrages cités. Ainsi, Geddes conseille tel ou tel ouvrage pour aborder ou se spécialiser sur tel ou tel sujet. Dans ce livre et dans ses écrits en général, Geddes cite d’une manière récurrente les ouvrages de Philip M. Morse comme étant des références absolues et d’une élégance inégalée sur les sujets abordés.

Le marketplace d’Amazon regorge de fournisseurs de livres neufs ou d’occasion qui permettent de trouver des ouvrages rares. Les livres De Morse ne sont pas trop difficiles à trouver, mais dès que l’on regarde de plus près le prix, cela a de quoi refroidir vite fait. Son œuvre majeure en deux tomes « Methods of theorical physics », près de 2000 pages bien condensées sur les champs en général, peut se trouver à plus de 900€ neuf ! Sur le marketplace, on peut trouver les volumes séparés vers 75€ la pièce en occasion et finalement, j’ai pu les trouver à 125$ les deux directement chez un libraire US qui n’a pas voulu me les vendre au départ vu les frais de ports réels bien supérieurs au tarif forfaitaire d’Amazon. Ces livres sont très lourds (7 livres, plus de 3.2 kg) et le  port  est conséquent (41.25$). J’attends un exemplaire de « Vibration & Sound » qui, lui, est étrangement trouvable à très peu cher (moins de 20$) malgré son prix neuf surréaliste.

Ils sont arrivés ce matin dans une grosse boite USPS et j’avoue que je me suis demandé jusque-là pourquoi Geddes les affectionne autant.

Ce midi, j’ai lu les 8 premières pages sur les champs scalaires. Ce livre est  un chef d’œuvre dans l’explication, le lien entre mathématique et physique et la clarté des termes employés (pourtant en anglais). En 8 pages, il donne une description parfaite de ce qu’est un champ scalaire, le gradient, les lignes normales, le laplacien tout en amenant d’une manière absolument naturelle vers les équations de Poisson. Jamais, mais jamais, je n’ai rencontré une telle concision et une telle clarté dans le texte. Et il y en a 2000 pages comme ça.

Je comprends maintenant l’enthousiasme de Geddes sur ces écrits. Du grand art, incontournable pour qui veut se pencher sur le sujet vaste des équations de propagation*.

Jipi.

* Prérequis de bases mathématiques du niveau fin de DEUG-Licence, je pense : fonctions à variables complexes, analyse vectorielle et équations différentielles.

décembre 21, 2008

A se visser dans le crâne.

Filed under: Acoustique, Fondamentaux, Geddes — jipihorn @ 1:54

Réponse fondamentale d’Earl Geddes qui met bien au jour un des problèmes fondamentaux dans la position subjectiviste :

When one simply takes your position they don’t seek to understand perception in objective and quantifiable terms. I don’t accept this position and I do seek scientific aproaches to what we hear. We are much better at it than you assume and you seem to be unwilling to move in the direction of science, instead holding on to the ideals of subjectivism.

Subjectivists tend to hide behind this view, that « we are just unable to explain the complex process beneath that feeling ». It makes life easy to not have to attempt to explain or quantify what we perceive – « it sounds good to me and thats all I need to know. » What could be easier.

I prefer to take the harder road of science where things need useful and well defined terminology and quantifiable objective measures. Lifes tough.

Ce que  l’on pourrait traduire par :

Quand quelqu’un prend simplement votre position, il ne cherche pas à comprendre la perception [auditive] en termes objectifs et quantifiables. Je n’accepte pas cette position et je cherche réellement des approches scientifiques à propos de ce que nous entendons. Nous sommes bien meilleurs dans ce domaine que vous le supposez et vous semblez ne pas vouloir aller dans la direction de la science, en vous accrochant plutôt aux idéaux subjectivistes.

Les subjectivistes tendent à se cacher derrière cette vision, que « nous ne somme pas capables d’expliquer les processus complexes derrière cette sensation [acoustique] ». Cela rend la vie facile de ne pas tenter d’expliquer et quantifier ce que nous percevons. « Ça sonne bien à mes oreilles et c’est tout ce que j’ai à savoir ». Comment faire plus simple ?

Je préfère prendre la route plus difficile de la science ou les choses ont besoin d’une terminologie et de mesures objectives quantifiables utile et bien définie. Le vie est dure.

Difficile d’être plus clair…

Autre position subjectiviste tout à fait analogue : « Il n’y a pas de corrélation entre mesure et écoute ».

Jipi.


décembre 14, 2008

Good science vs bad science

Filed under: Acoustique, Coup de gueule, Geddes, Pavillons — jipihorn @ 9:25

Earl Geddes est un personnage fascinant.
Pour ceux qui ne le connaissent pas, je pourrai résumer très succinctement : il est , entre autres (ses domaines de travail sont considérables), LE spécialiste des pavillons. Personne, à ma connaissance, ne peut l’approcher de près ou de loin sur ce domaine, même si quelques spécialistes, malheureusement hors France, ont des compétences sérieuses (comme Björn Kolbrek ou David McBean). En France, il n’y a pas vraiment de spécialiste connu de haut niveau sur ce sujet (il est probable qu’il y en ait tout de même !). J’étudie de près les travaux de Geddes, mais ils nécessitent des outils mathématiques et une compréhension qui demandent un gros travail qui, pour ma part, n’est pas terminé (ce qui ne me permet certainement pas de me ranger dans une catégorie pompeuse d’expert sur le sujet). Pour faire simple, Geddes a démontré la totale obsolescence de l’équation de Webster, théorie encore utilisée aujourd’hui malgré son inanité. Il a généralisé le concept par ses théories des guides d’onde et les modes d’ordre supérieur qui permettent d’établir en tout point la forme de l’onde dans un guide. Les conséquences sont une parfaite maitrise de tous les paramètres, dont la directivité, paramètre fondamental, totalement ignorée par Webster. Ces techniques sont décrites dans son livre d’une manière assez synthétique, et je dois l’avouer, d’une grande élégance (notamment les T-Matrices, proche des quadripôles en électronique). En 2008, toute personne songeant sérieusement s’intéresser aux pavillons devrait déjà avoir rangé Webster dans la catégorie des antiquités sympa d’étudiant (C’est en DEUG de physique générale que j’ai étudié cette équation, mais, à mon avis, le niveau terminale suffit amplement pour comprendre la démonstration).

Parallèlement, Earl Geddes agace. En général, c’est parce qu’il ne s’embête pas avec des tournures rhétoriques pour dire les choses. La science n’est pas démocratique et il n’a cure des opinions (et il le fait savoir). Seule la preuve compte. Contrairement à beaucoup, il sait aussi dire « je ne sais pas ». Mais il est un cas de figure d’agacement qui est différent. Ce cas de figure, c’est Jean-Michel Le Cléac’h © (que je nommerai JMLC pour faire court par la suite).

Voici deux extraits de d’écrits de Geddes qui vont servir de support :
Extrait sur la réponse de Geddes sur les articles (partie 1 et partie 2) de Kolbrek paru dans voice coil :

  • One can draw a complex set of wave‐fronts on a piece of paper and connect them with a contour, but that does not mean that real sound waves would necessarily follow these drawings. Sound waves have a mind of their own and they will go wherever they want, no matter how much hand‐waving we do. Take for example defining horn shapes based on the assumption that the wave‐fronts propagate with a constant radius. This assumption yields some very nice looking curves and horns. Unfortunately it is a physically impossible for a wave‐front to propagate in such a manner – it violates every concept in physics from Huygens’s Principle to Green’s Theorem. The wave‐fronts in the real device will not follow the wave‐fronts as drawn on the paper. It’s just not that simple.
    Further, a horn contour that is based on a geometrical “plot” of how the wave‐fronts will progress relies on a faith that the wave‐fronts will actually propagate that way. This naive faith is no way to proceed in a scientific study of a real device. One has no option but to search for a mathematical description that defines precisely how the wave‐fronts will propagate using physics, not naively prescribing a situation that one hopes will occur.
  • N’importe qui peut dessiner un ensemble de fronts d’onde sur un bout de papier et les connecter avec un profil, mais cela ne veut pas dire que les vraies ondes sonores devraient nécessairement suivre ces dessins. Les ondes sonores ont leur propre « volonté » et elles iront là où elles le veulent, qu’importe le nombre de dessins à la main que l’on fera. Prenez par exemple la définition de formes de pavillon basées sur la supposition que des ondes sonores se propagent avec un rayon constant. Cette supposition aboutit à des courbes et des pavillons très jolis. Malheureusement, il est physiquement impossible pour un front d’onde de se propager de la sorte – il viole tout les concepts physiques depuis le principe de Huygens jusqu’au théorème de Green. Les fronts d’onde dans le monde réel ne suivront pas celles dessinées sur le papier. Ce n’est pas aussi simple.
    Pour aller plus loin, un profil de pavillon basé sur un « dessin » géométrique sur comment les fronts d’onde vont progresser se base sur la croyance que les fronts d’onde vont réellement se propager de la sorte. Cette foi naïve n’est en rien une manière de procéder scientifiquement sur un objet réel. Il n’y a pas d’autre solution que de rechercher une description mathématique qui décrit précisément comment les fronts d’onde vont progresser en utilisant les lois de la physique, et non prescrire naïvement une situation que l’on espère avoir.

Extrait de « Audio Transducer« , ouvrage de référence de Geddes (j’en reparlerai ultérieurement), conclusion sur le chapitre dédié au filtrage.

  • The reader will, by now, have noted a substantial lack of analytical formulas and theorical discussion of crossovers in this chapter. That is because there really are no theories in this subject to develop. There are, of course, a multitude of equations, and filter names in the electronics literature. However they really don’t apply to our problem. We have seen in each of our examples that simple electrical theories simply does not apply. These electrical filters are scalar in nature and the acoustics problem is three dimensional. What one wants as an end result is an acoustic filter response, which takes into consideration the transducer amplitude and phase, neither of which can be ignored, as we have seen.
    Crossover filters must be matched to the specific set of drivers being used and there really are few generalizations that one could make, other than to conclude that simply using electrical filter concepts does not work.
  • Le lecteur aura, dès lors, remarqué le manque de formules d’analyse et discussions théorique à propos du filtrage dans ce chapitre. C’est parce qu’il n’y a aucune théorie à développer sur ce sujet. Il y a, bien sur, une multitude d’équations et de noms de filtres dans la littérature sur l’électronique. Néanmoins, elles ne peuvent vraiment pas s’appliquer à notre problème. Nous avons vu dans chacun de nos exemples que les simples théories électriques ne peuvent s’appliquer. Ces filtres électriques sont scalaires par nature, et le problème de l’acoustique est en trois dimensions. Ce que l’on veut comme résultat final est une réponse de filtre acoustique qui doit prendre en considération la phase et l’amplitude du transducteur, aucun des deux ne pouvant être ignoré, comme nous l’avons vu.
    Les filtres doivent être liés avec un ensemble spécifique de haut-parleurs et il n’y a vraiment que très peu de généralisations que l’on peut faire, autrement que de conclure que simplement utiliser des concepts de filtre électriques ne fonctionne pas.

Pour ceux qui sont familiers avec les sujets rattachés à JMLC, ils vont remarquer que ces deux extraits réduisent à néant la démarche fondamentale appliquée au pavillon dit JMLC et au filtrage dit JMLC.

Et c’est en cela que Geddes l’agace. Il n’y a pas vraiment de débat possible, vu que ces deux sujet sont démontrés dans les travaux de Geddes, même si ces démonstrations nécessitent quelque fois un bagage conséquent qui ne s’acquiers pas en passant son temps à poster dans les forums des liens vers Wikipédia.
Geddes est familier des travaux de JMLC, leurs conversations sur DIYAudio sont la pour les rappeler.

Le problème majeur ici, c’est que la où Geddes apporte des preuves, des travaux, des faits, JMLC n’apporte qu’affirmations ou des généralités (ou pire encore du 3615 Google ¹). Car, il faut bien le dire, JMLC n’a pas l’envergure d’Earl Geddes sur ses propres sujets de prédilection. Et il en est parfaitement conscient. Le nombre de fois où il s’est fait prendre une leçon en direct par Geddes n’est pas négligeable. Sur DIYAudio, je n’ai pas souvenir de conversations où il a eu le dernier mot lorsqu’il y a désaccord (soir en gros 95% du temps par principe), contrairement à Son-QC où ayant été modérateur et ayant un public beaucoup moins difficile, il peut à peut près faire ce qu’il veut. Si un quidam avait posté sur Son-QC un texte basé sur les idées des deux extraits précédents, il aurait immédiatement été remis à l’ordre avec cette manière professorale de faire comprendre qui est l’expert ici (avec, selon l’humeur du jour, un peu de fausse modestie).

Mais la, ça n’est pas un simple quidam, c’est Earl Geddes. Surtout sur un gros forum comme DIYAudio. Et c’est bien la le hic.
Et c’est à partir de cet agacement de ne pas être l’expert (THE expert) que, de temps en temps, quand il s’est fait retourner comme une crêpe par Geddes, JMLC poste sur Son-QC des textes qui n’ont que pour but, il faut bien le dire, de décrédibiliser le Geddes aux yeux des participants de Son-QC (tout en mettant en avant , bien sur, ses affaires en passant plus ou moins indirectement). Seul un, je dis bien un, texte était en accord avec Geddes, c’est sur l’utilisation de multiples subwoofer dans une installation. Autrement, ce ne sont que posts plus ou moins incomplets, ambigus, attaquant tel ou tel point, souvent hors contexte et ne faisant strictement rien avancer. J’avoue que le post sur le problème qu’a eu Geddes avec la livraison d’élément était assez énorme, problème purement matériel qui a été résolu entre intéressés. C’est sur que lorsque l’on ne construit rien soi-même, on a jamais de problèmes. Sa cible de prédilection, bien entendu, est le guide d’onde de Geddes qu’il considère comme un appareil de qualité médiocre (ce qui n’est qu’une opinion de sa part, car ses arguments sont systématiquement fallacieux; j’encourage à ceux qui aiment faire la chasse aux sophismes de les repérer sur DIYAudio et de trouver leur nom). Son habitude est de systématiquement aller chercher l’article ou l’image qui va décrédibiliser Geddes et ,au passage, de comparer avec son pavillon, qui, lui, est de la plus haute qualité (sur ce point, je pense sincèrement que le Pavillon JMLC est un bon pavillon dans son genre, comme le sont d’autres dans le leur). Le problème, c’est qu’il suffit d’attendre un petit peu pour lire les réponses de Geddes pour immédiatement réduire à néant ses critiques, éventuellement faites plus tard en cachette sur Son-QC. Ce style de procédé est pathétique. Se cacher dans un forum dont Geddes, à mon avis, n’était pas au courant de l’existence, écrit en langue française pour mieux attaquer l’image de Geddes est assez médiocre. Mais, il n’a probablement pas d’autre solution s’il veut garder son statut d’expert.
Le problème, c’est qu’il a posté ces derniers jours ce qui, pour moi, est le post de trop : jeter le discrédit, une foi de plus,avec mensonge incorporé et attaque ad hominem insérée au passage. Ce qui m’a poussé à tenir informé l’intéressé, ce qui est la moindre des choses.
La réponse de JMLC ne s’est pas fait attendre : suppression du passage écrit de sa main sur DIYAudio pour raison de copyright et post incendiaire sur Son-QC. Le problème est que sa réponse est grotesque à tout point de vue, et je le pensais plus malin que ça.
Je le cite:

Bonjour,
On pourra lire sur le forum DIYAudio un message de Jérôme Prévost qui reprend un extrait de ma réponse à Arnaud:

http://www.diyaudio.com/forums/showthread.php?postid=1681233#post1681233

Rappelons que [son-qc] est un forum uniquement accessible après inscription préalable et qu’on ne peut de ce fait le considérer comme un forum publique.

Mais cette forme de dénonciation qui rappelle certains épisodes tristes de notre histoire est en elle même assez lamentable. Jérôme Prévost n’a rien de plus utile à apporter à la communauté audiophile?

Mais je crois que finalement l’effet de cette délation sera plutôt bénéfique pour moi (ou plutôt mes idées en audio). (voir la réponse du taïwannais Soongsc)

Cordiales salutations,

© Jean-Michel Le Cléac’h

Tout d’abord, Lui qui est si prompt à sortir la nétiquette à tout bout de champs devrait commencer par lire la charte Yahoo :  où, je cite, il est écrit très clairement (mots en gras mis par moi):

  • À compter de juillet 2005, deux types de groupes juridiquement publics sont proposés :
    · les groupes pour lesquels chaque personne désirant s’inscrire peut le faire elle-même
    · les groupes dont les fondateurs pourront valider l’accès (accès restreint) ou le maintien des membres après s’être assurés qu’ils répondent aux critères obligatoirement prédéfinis sur la page d’accueil du groupe (rubrique : description du groupe).

L’hypocrisie est à son comble, où il se cache derrière l’aspect supposé privé d’un groupe ou toute personne peut s’inscrire pour pouvoir, à sa guise, dire n’importe quoi à l’insu des intéressés. J’aurais très bien pu demander à Geddes de s’inscrire et lui indiquer un lien, ça n’est juste qu’une question de gain de temps. L’extrait reproduit et traduit sur DIYAudio a été enlevé pour cause de copyright, situation du plus haut grotesque. Ma question est : où est l’œuvre intellectuelle? Je rappellerai par ailleurs à JMLC que la reproduction d’extrait avec citation de l’auteur est autorisée et la loi du copyright ne s’applique pas. Franchement, c’est tout ce qu’il a trouvé pour justifier le CONTENU de ce qu’il a écrit? Car, bien entendu, l’aspect essentiel des choses est totalement occulté : le mensonge et le dénigrement véhiculé. On assiste à un écran de fumée servant à détourner le vrai problème. Un peu gros, monsieur. De toutes façons, le but est atteint : Earl Geddes sait maintenant ce qu’il se fait sur Son-QC et c’est l’essentiel. La suppression au nom du copyright n’a plus aucune utilité.

Mais le meilleur reste à suivre : nous assistons à un magnifique sophisme nommé le Reductio ad Hitlerum. Cherchez sur le net, vous comprendrez. Il existe une version internet de ce sophisme qui porte de nom de loi de Godwin qui stipule que « Plus une discussion sur Usenet dure longtemps, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Hitler s’approche de 1 ». Magnifique, ici, il n’a fallu qu’un post ! Je laisse soin au lecteurs d’aprécier les parallèles douteux, habituellement utilisés comme argument de dernier recours quand on en a pas, en général par de sombres individus que l’on a tous en mémoire…
Informer Geddes que quelqu’un qui parle de lui avec des mensonges et/ou des omissions, oui, je pense que c’est salutaire. C’est sur que de la quasi diffamation (Geddes pourrait très bien l’attaquer, d’autant plus que c’est un produit commercial), c’est moral ! Comment peut-il me donner des leçons de morale, lui, le spécialise du raisonnement biaisé (il est quelques fois assez bon dans le sophisme), de la malhonnêteté intellectuelle quand ça l’arrange (faudra un jour que je refasse l’historique du fameux trou à 2000 Hz de la TD-2001, monument du retournage de veste à répétition) et la pseudo-science quand ça l’arrange (quand, par exemple, on est contre les écoutes en aveugle ou que l’on se base sur des thèses grotesques pour justifier l’injustifiable) ? Consternant.
Quant à lui profiter, personnellement, la réponse de Geddes ne me font absolument pas penser à une bonne publicité. Il ne fait que confirmer le mensonge. Quant au post de Soongsc, il ne porte pas directement sur le sujet. C’est un non sequitur plutôt maladroit, car le post de Soongsc faisant allusion au manque de données évaluant les HOM, il prend à contrepied les affirmations de JMLC sur le taux supposé élevé de HOM sur le guide d’onde de Geddes. L’art de retourner la situation… JMLC a-t-il mesuré les HOM de ses propres pavillons ? Enfin, devrais-je dire, est ce que Kolbrek ou McBean ont fait ce travail pour lui ?
Pour information, les mots assignés à Geddes sont les suivants :

Earl devrait être plus humble quand au qualité supposé de son guide d’onde sphéroïdal aplati. Pour réduire l’effet des ondes réfléchies et autres HOMs il a été en effet obligé d’emplir son guide d’onde d’une mousse à alvéoles ouvertes. Faisnt cela il démontre que le guide d’onde, même avec la correction d’embouchure qu’il effectue ne possède pas d’origine un bon comportement
© Jean-Michel Le Cléac’h

Pour les non anglophone, voici une traduction de la réponse :

Merci de m’avoir prévenu.
De la Part de Jean Michel, je ne suis pas surpris du tout. Il essaie de rendre la situation aussi claire que de la « boue » avec des fausses affirmations depuis le début. La mousse réduit encore un peu plus le niveau déjà faible de HOM (high order nodes) du guide d’onde OS faisant que ces guides d’onde ont le taux d’HOM de très loin le plus faible du reste. Les opinions subjectives montrent que c’est un bénéfice majeur. Il ne semble pas qu’il ait mentionné de fait.
Ca lui va bien de parler d’humilité.

C’est d’un comique énorme, JMLC donner des leçons d’humilité.
Je pense que, oui, ça apporte grandement aux gens qui s’intéressent à l’audio de savoir repérer ceux qui sont sérieux et ceux qui ne le sont pas. Ceux qui ont pour but de faire avancer la science et ceux qui ont pour but de faire avancer leur égo. Le post de JMLC sur Geddes nuit à sa propre crédibilité, qui, à mes yeux, est déjà assez hypothétique quand on y regarde bien ².
Il est une chose qui m’est insupportable, c’est la malhonnêteté intellectuelle, surtout à des pures fins d’exacerbation d’égo. Geddes est un vrai scientifique, ce qui est une qualité rare. Il ne fonctionne que sur le critère de la preuve et rien d’autre. La forme de ses écrits n’a strictement aucune importance, seul le fond compte .Il a toutes les données nécessaires pour justifier ce qu’il dit et ce qu’il fait. Prouvez lui qu’il a tord et il ira immédiatement dans votre sens. Posez lui une question dont il ignore la réponse, il vous répondra qu’il ne sait pas. Tout ce qu’il dit est vérifiable, démontré. Il y a toujours une étude théorique, scientifique, puis une application pratique avec des mesures pertinentes adaptées. Si, par hasard, il exprime une opinion, il prévient toujours pour mettre ce qu’il dit au niveau où ça doit être pris. Durant toutes ses années, Geddes a évolué, modifié, précisé ou réfuté ses théories, ses travaux, ses textes. N’allez surtout pas lui mettre sous le nez un de ses textes vieux de 20 ans pour essayer de le contrer, il risque de vous le renvoyer directement à la figure comme source obsolète (JMLC l’a appris à ses dépens). N’allez pas lui citer un texte qui soit ne soit irréprochable, sinon… Je n’ose même pas imaginer ce que dirait Geddes d’un texte comme la « Thèse » de Sheever (j’aime bien ce texte, il me fait tellement rire), lui qui a produit aussi des travaux sur le sujet de la perception de la distorsion. Et surtout n’allez pas affirmer sans preuves, chose dont est spécialiste JMLC qui suppose que sa simple parole (ou un lien 3615 Google) EST preuve. Je donnerai des exemples dans d’autres posts à ce sujet. Ça va peut-être donner une vision un peu plus réaliste de l’image qu’il transporte.
Que JMLC commence à fournir les données que Geddes lui a demandées sur ses pavillons et on poura peut-être commencer à discuter sérieusement. Car, c’est y a un aspect ou les deux sont totalement opposés. Quand Geddes fait des mesures pour rechercher les problèmes, JMLC les fait pour qu’elles soient les plus belles possibles pour mieux poster sur les forums, mesures qui sont très souvent moins belles quand ce sont d’autres qui les font (on en reparlera avec, entres autres, l’exemple du moteur TD-2001 et son fameux creux). Être professeur dans une faculté n’implique certainement pas d’être un bon scientifique.

Facile de se croire l’égal d’un Geddes (ou d’un Linkwitz ou d’un Kinoshita). Quand à l’être, c’est une autre histoire…

Si vous voulez vous intéresser aux travaux de fond de Geddes et de sa femme, procurez vous ses livres et lisez ses publications en allant, entre autres, faites une tour sur leur site. Mais vous avez besoin auparavant de vous mettre à jours dans vos connaissances mathématiques et physiques dans le domaine, car Geddes ne fait pas dans l’introduction progressive…
Et payez-vous un abonnement à L’AES.

Jipi
¹ Ou l’art de faire croire que l’on a une grande culture sans effort. Personnellement, je serais très intéressé de le voir à l’œuvre en direct sans ligne internet sur des questions de base en acoustique.

² Un exemple rapide ? Le pavillon JMLC, d’après son auteur, a la caractéristique d’avoir extrêmement peu de réflexion à l’embouchure. Bien que ne l’ayant jamais démontré scientifiquement (comme à peu près tout ce qu’il a produit), c’est un leitmotiv qui perdure. Son pavillon a, selon ses dires, 2 à 3 fois moins de réflexions qu’une version tronquée avec comme preuve la courbe simulée avec moteur ou sans moteur par Kolbrek sur DIYAudio (remarquons que ce n’est pas lui qui fait le travail).Le problème, c’est qu’il suffit de fouiller dans l’AES pour trouver des articles publiant des courbes de coefficient de réflexions de pavillons supposés mauvais car tronqués, qui ont des taux tout à fait équivalent (ou même meilleurs) à ceux de JMLC (par exemple celui de Keele à ce sujet en 1973 sur la taille de bouche optimales de pavillons exponentiels). 20% de taux de réflexion à 2Fc, personnellement, je trouve ça très quelconque. Et encore, ici, on est dans de pures simulations numériques où l’on n’a aucune idée de la précision et les domaines de validité des techniques mises en œuvre ou des tolérances. Jusqu’à quel point ces courbes sont-elles valides ? Aucune idée, mais comme elles vont dans le bon sens, oui, ces pavillons ont bien un très faible taux de réflexion. On commence à comprendre la logique ? Le principe du « Pick and Choose » (choisir quand ça arrange) est un système très puissant. A quand les preuves réelles de toutes les propriétés des pavillons JMLC ? Je rappelle que de son coté, Geddes a démontré et prouvé TOUT ce qu’il dit sur ses guides d’onde et, plus d’une fois, il a fait remarquer aux gens qui font des simulations les cas d’inexactitude de leurs travaux par rapport à la réalité quand ils ont tenté de le modéliser ses pavillons. Ce qui a permi à ceux qui simulent d’avancer et de mettre à l’épreuve leur travaux. Remarquons aussi en passant que tout le mérite des travaux des pavillons JMLC revient… à ceux qui travaillent réellement dessus (Kolbrek, McBean ou Marc Henri par exemple qui sont, eux, les vrais experts dans leur domaine). Car il faut bien avouer, ça n’est pas toujours le concepteur qui maîtise le mieux le fonctionnement de ses propres conceptions.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.