Jipihorn's Blog

décembre 19, 2009

Module Burson, une nouvelle (re)définition de l’AOP ?

Filed under: Audiophilie, Coup de gueule, Electronique, Foutage de gueule — jipihorn @ 9:00

Ces blogs sont pratiques, ils ont des outils de gestion qui offrent des statistiques globales sur les visites et les thèmes les plus consultés. Au top 3, on retrouve Redheko, le fameux billet sur Earl Geddes (et en quoi J.M. Le Cleac’h ne pourra jamais s’en approcher de près ou de loin) et Burson. Petite dédicace aussi à Sakuma aussi qui a eu son succès d’estime.

Et bien oui, Thierry a pu avoir un Burson (double) à tester et mesurer (sur un banc de mesures Audio Precision Portable One Plus). Enfin ! Il a fallu un bout de temps pour en chopper un et les résultats ne sont pas piqués des hannetons.

Burson, à notre connaissance, n’a publié aucun datasheet sur leurs produits, chose unique lorsque l’on fournit des composants de ce genre, censés se substituer à des produits qui, eux, ont des datasheets fleuves. En fait, c’est un peu logique, car Burson sous-traite ses produits et je suspecte carrément qu’ils n’ont strictement aucune idée de comment ils fonctionnent. Et bien sur, là où commence l’ignorance, commencent les arguments audiophiles. Ajouter à cela quelques « pointures » bruyantes qui en font la promotion et c’est parti ! Des modules vendus 55 € la pièce, probablement produits à un coût de misère (vu les composants dedans), qui se vendent comme des petits pains.

Des produits sans arguments solides et sérieux, c’est plus fort que nous, ça suscite une méfiance : le détecteur de foutaises est dans le rouge. D’autant plus que le constructeur nous a aimablement demandé de les mesurer nous même. Et donc, voila, enfin nous avons pu mettre la main sur ces modules et voir un peu ce qui se cache derrière.

Pour être honnête, on peut trouver un banc d’essai effectué par Ed Simon sur AudioXpress. Ce banc d’essai est juste, il n’y pas de mensonges, mais il est intellectuellement malhonnête (par omission ou diversion), probablement pour occulter la réalité des choses, comme nous allons le voir. Par ailleurs, j’ai écrit dans un autre billet de ce blog que quelqu’un d’autre avait mesuré ces modules et publié les résultats sur le forum d’Elektor. Mais après relecture, il n’est pas du tout clair si cette personne parle bien des Burson ou d’un autre montage qu’il a réalisé. J’ai posé la question, mais je n’ai pas eu de réponse. Réponse donnée aujourd’hui 24 décembre 2009 à ce sujet, effectivement ces mesures ne concernent pas le Burson, mais l’autre montage décrit.

Après, les testimoniaux ou autres faux bancs d’essais pompeusement recopiés par Burson n’ont strictement aucune valeur réelle.

Des mesures de NJM4580 (Bouuuuuuh !), NE5532 (a.k.a « la bouse ») et OPA2604 (mouais…) sont fournies pour comparaison.

Pour commencer, voyons du coté de la THD, IMD et rapport signal/bruit (Cliquez sur l’image pour la voir à taille réelle).

Ces mesures sont faites sans charge (r=∞) et sous 510 Ω, ce qui n’est pas très élevé (ou faible selon le coté ou l’on se place). Je crois qu’il n’y a pas de longs discours à faire sur les résultats, avec une distorsion très, très, très élevée du Burson dès qu’il est chargé. Ces mesures donnent le signal RMS maxi avant écrêtage, les AOP étant alimentés sous +/- 15V. Sans charge, le Burson s’en sort honorablement, même si il fournit 25 fois plus de distorsion qu’un 5532. Mais avec une charge… 1200 fois plus qu’un NE5532 ! Que dire de l’IMD qui est catastrophique (quasi 4% !!!) sur 510 Ω? Ah, c’est sur que si ces modules sont chargés, dès qu’ils vont fournir un peu de tension, le son va devenir… différent. Ces modules sont silencieux, mais leur taille pourrait les handicaper dans des milieux parasités.

Un petit coup d’œil sur les courbes en fonction de la fréquence (Cliquez sur l’image pour la voir à taille réelle) :

Même conditions que les mesures précédentes. On remarquera la parfaite linéarité de la distorsion du Burson : il distord beaucoup, partout. Remarquons les différences d’échelle pour faire tenir les courbes… Voyons voir comment cette distorsion varie avec le niveau de sortie (Cliquez sur l’image pour la voir à taille réelle) :

On ne publie pas les autres AOP ici, leur distorsion ne varie quasiment pas avec la charge ou le niveau de sortie avant écrêtage. A part donner un tableau de valeurs constantes, ça n’a aucun intérêt.

Le comportement du Burson est pour le moins surprenant. Sans charge, la distorsion est moyennement faible (beaucoup plus élevée que les autres) et suffisamment basse pour ne pas être entendue. Par contre dès qu’il y a une charge, c’est catastrophique : 1V RMS et hop la distorsion explose. Ça fait peu pour un module alimenté sous 15V. Personnellement, je n’appelle pas ça un ampli op, mais je préfère être poli sur le terme. C’est ici que l’on voit que l’article de AudioXpress n’est pas objectif, car, en regardant bien, on les voit très bien dans cet article, tous ces problèmes. Toutes les figures ont une courbe en haut que l’on penserait être autre chose, mais non, c’est bien le Burson qui commence à distordre, mais le test est limité juste avant que la distorsion ne s’envole (sauf pour la mesure sous +/- 6V ou l’auteur en profite pour dire que quand la tension d’alimentation augmente, la distorsion diminue ; il suffirait d’augmenter légèrement la tension de sortie pour la voir réapparaitre). Le texte passe pudiquement là-dessus. L’avant-dernière courbe (fig.5) montre bien que ce module ne peut pas sortir plus de 2V RMS sans que la distorsion explose et dans cet article il manque toujours une donnée pour connaitre les conditions exactes de mesure (par exemple la charge dans les dernières courbes).  Et il ose dire que de toutes façons, en sortie de CD , on a pas besoin de plus de 2V donc tout va bien, pas besoin de montrer les problèmes… A cela ajouté les courbes reproduites en noir et blanc et la confusion est complète.

Après, nous dira-t-on, si c’est de la H2, ca doit pas être trop horrible finalement. Le constructeur aurait essayé de mimer un ampli SE par exemple. Et bien, voyons voir quelques photos d’oscilloscope, histoire de vérifier tout ça (Cliquez sur l’image pour la voir à taille réelle) :

De gauche à droite : Burson dans 1kΩ, 510Ω et 100Ω, 2V RMS en sortie, NE5534 quelque soit la charge jusque 68Ω dans les mêmes conditions (0.0007%). Difficile de prendre ça pour de la distorsion douce. Effectivement, ces modules vont sonner… différemment. Même la forme de la distorsion est consternante, qu’importe la fréquence, et ce très rapidement. Pas étonnant que ce circuit ne marche carrément pas dans certaines configurations. On assiste là à une conception très douteuse du circuit, rien de plus  : ridicule.

Allez, un petit tour pour voir la forme du slew-rate (Cliquez sur l’image pour la voir à taille réelle) :

Ici, rien de spécial, tout se ressemble plus ou moins (de gauche à droite : Burson, TI NE5532AP et OPA2604AP). C’est le seul cas ou le Burson ressemble un peu à un AOP !

D’autres données vont être ajoutées, comme la distorsion en fonction de la charge comparée entre différents AOP, juste le temps de les scanner.

Donc, quelles conclusions peut-on en tirer ?

Si nous voulons rester poli, je dirais que ces modules ne tiennent en rien une quelconque promesse de remplacement d’un quelconque AOP que ce soit. Non, non, le module n’est pas en panne, les deux canaux  ont des comportements identiques. Il atteint aucun critères de base des AOP auxquels il est censé se substituer. Il est incapable de fournir plus de 2V RMS sans distordre, et encore, faut pas trop le charger (un comble pour un module discret, surtout quand on voit ce qu’il consomme !!!). A l’instar de leur « super régulateur » qui peut à peine fournir le dixième de ce que peuvent fournir les régulateurs qu’il est censé remplacer, ces « ampli opérationnels » sont à éviter comme la peste, surtout pour le prix. Non, ces modules ne sont pas des AOP. Ils ne se comportent pas comme tel, on en est très loin. Sur tous les paramètres, il se fait ridiculiser par les composants les plus détestés des audiophiles mais qui sont quasiment impossibles à surpasser, surtout avec du discret (pas assez chers, mon fils !). Ajouté à cela leur taille qui les rendent plus propices à capter un peu ce qui traine et dégrader le rapport signal/bruit, la, on voir vraiment l’intérêt ! A 55€ le double, on a 250 NE5534 pour le même prix sans chercher très loin avec des caractéristiques aux antipodes. Faut-il être aussi masochiste pour autant aimer se faire arnaquer de la sorte ? Ou alors, utilisé jusque 1V sans charge, oui, ca doit marcher comme n’importe quel AOP, il doit en être indiscernable. Mais bon, si c’est pour avoir si peu, c’est la honte.

Ces silences plus silencieux, ces micros informations transcendantes, cet espace sonore, cette scène vivante, cette quintessence d’émotion sonore, voila des termes bien compliqués pour de la distorsion dure de rang élevé. Pour ceux qui les utilisent en deçà des seuils critiques, l’effet d’expectative (et le prix) suffit amplement à expliquer les  « différences » entendues. A quand une vraie comparaison entre Burson (quand ils distordent pas à mort) et 5532 en double aveugle par les ténors promoteurs de ces modules  ? Dans ce cas, si ils entendent réellement à coup sur une différence, y a un million de dollars pour eux  (ce qui nous changerait un peu de leurs **babinages rhétoriques** et **manipulations sémantiques** à la F.Ibre (*))  ! Une simple formalité, non ?

La prochaine fois que vous voulez vous faire humilier, n’hésitez pas, la porte est grande ouverte. La vache, on en rit encore…

Addition à ce billet : la suite des mesures est disponible dans le billet suivant.

Jipi et Teepee.

(*) C’est vrai que j’ai la revue de son bouquin à faire, mais il y a une telle densité de grand n’importe quoi dedans que le problème principal est de savoir par quel bout le prendre.

Publicités

21 commentaires »

  1. Bonjour.
    Superbe blog, comme on aimerait en voir plus souvent sur la toile, ne serait-ce que pour claquer le beignet à tous ces bobos qui savent tout (JMLC et Francis Ibre, en tête) et expliquent à ceux qui pigent que dalle le pourquoi du comment, à la mode audiophile intégriste. Ils sont pénibles, insupportables, en mal de notoriété sans doute, ils cultivent le culte de la personnalité à outrance et permettent aux escrocs de se faire des couilles en or.
    Je suis de votre combat et vous suggère de l’étendre à tous les domaines de l’audio: destruction des mythes par la preuve.
    Espérons que votre lien ne sera pas censuré!
    Encore bravo!

    Commentaire par COMUT — décembre 19, 2009 @ 11:53

  2. J’ai revu mes données. Le clip Burson n’a pas à 2 volts lorsque les rails d’alimentation étaient de 24 volts. S’il vous plaît noter que la distorsion Burson ne change à la résistance source.

    La raison de 2 volts est suffisante pour un lecteur de CD est qu’il est la spécification de conception pour un résultat maximal.

    J’essaie d’être très précis dans le choix des termes et qui est souvent difficile à traduire.

    Commentaire par Ed Simon — décembre 20, 2009 @ 10:22

  3. Clap- Clap….
    Enfin du réalisme et des preuves, pour les petits jeunes qui n’ont pas les bourses pleines (heu;;, le porte monnaie) et qui souhaitent obtenir du bon son.
    Les pros ne se font pas chier avec du Burson….

    Commentaire par macbenac — décembre 27, 2009 @ 7:49

  4. bonjour c’est moi qui est acheté le burson;
    plein d’espoir sur ce module j’ai convaincu thierry de le tester mais avant de tout flingué je préférai savoir de quoi il en retournait.
    je laisse se message aux détracteurs car ce module je l’ai commandé chez audiophonics facture à l’appui est bien un dernier model tout neuf;
    je pense que si distorsion il doit y avoir celle ci doit etre capter à la prise de son suivant les désirs de l’artiste mais pas à l’électronique d’apposer sa propre interprétation.
    j’ai vendu du matos hifi haut de gamme à des gents qui ne savaient meme pas comment sonnait une batterie une basse une contre basse guitare etc etc
    avec thierry on vas tenter de mesurer des différence entre des aop in situ pour tenter d’avoir un plus.
    j’étais aussi persuadé du bien fondé de ses modules.
    après quand les mesures parlent on ne peu plus faire l’autruche.

    bravo pour votre compte rendu

    cordialement

    stéphane

    Commentaire par legendre — mars 3, 2010 @ 9:12

  5. bonjour, j’ai encore testé comparativement (à l’aide de mes oreilles !) un Burson avec LM4562, NE5532, LM47860 et OPA2107 la semaine dernière, je crois que c’est clair : le jour où les mathématiques et les ordinateurs seront nous dire si un composant sonne ou pas n’est pas pour demain…
    sans remettre en cause ces analyses, il se trouve pourtant que dans la plupart des circuits audio, les Burson et autres AOP discrets sonnent infiniment mieux… comme mes vieux EQ et preamp siemens sonne incroyablement mieux que tous ces nouveaux joujoux cms aux courbes alléchantes…

    bien à vous !

    désolé…

    Commentaire par acbac — mars 31, 2010 @ 1:37

    • Bien entendu, ces évaluations ont été exécutées en double aveugle, avec des niveaux équilibrés à +- 0.1 dB.
      Non ? Et bien, cet avis a une valeur nulle comme toute preuve anecdotique dans des conditions non controlées.

      Ou alors c’est un amour immodéré pour de la distorsion, mais la, on ne parle pas de haute fidélité.

      Jipi.

      Commentaire par jipihorn — mars 31, 2010 @ 1:52

  6. Si la distorsion c’est une scène plus ouverte, des timbres plus chatoyants et des graves plus tendus, alors oui, j’assume: j’ai un amour immodéré pour la distorsion ! tampis pour la « haute » fidélité…

    pour ce qui est du test « double aveugle »; il me semble que ça serrait la suite logique de vos essais…car critiquer ainsi un élément audio sur ses caractéristiques électroniques sans l’avoir écouté…

    Enfin quoi qu’il en soit, tout cela lance un débat quand même intéressant, ne serait-ce que pour remettre à sa place les elements marketing avancés !

    Commentaire par acbac — avril 1, 2010 @ 4:28

  7. Vous êtes un petit marrant, car vous utilisez des ampli à tubes avec des distorsions énorme bien au dessus des burson !
    Continuez à écouter les mesures elles sont douces.

    Commentaire par cheya — mai 2, 2010 @ 7:46

    • Vous en êtes un autre, que savez vous de ces amplis et qui vous dit qu’ils distordent de cette manière ? Et quand bien même, à la différence des Burson qui ont de la distorsion dure et particulièrement déplorable, démontrant surtout qu’il a été conçu par des incompétents, ces amplis distordent très peu, sans harmoniques de rang élevé, beaucoup moins qu’un Burson et ils ont été conçu pour cela. C’est en cela que Burson est très fort, ils réussissent à être pire que des amplis mono triode.
      Maintenant, j’ai déjà répondu à cette question dans un billet lié à Sakuma, il suffi de lire (et de comprendre).
      Encore un commentaire ridicule.
      Jipi.

      Commentaire par jipihorn — mai 2, 2010 @ 7:59

  8. discourt à la jmlc ! (un disciple de plus)

    Commentaire par cheya — mai 5, 2010 @ 8:59

  9. Et bien moi j’ai installé 3 AOP AUDIO-GD modéle Earth sur ma carte asus essence ST et après deux mois j’ai réinstallé les aops ASUS d’origine pour entendre la différence.
    Je n’ai pas de preuves mathématiques mais les AOP ASUS ne sont pas restés longtemps sur la carte. Les AUDIO-GD sont bien au-dessus du lot…

    Je rejoins « acbac » les mathématiques, les test sont une chose, l’écoute en est une autre…
    désolé

    Commentaire par vince — mai 28, 2012 @ 5:21

  10. Bonjour,
    En tant qu’électronicien j’avais quelques doutes en ce qui concerne cette daude, je n’en ai plus, merci.

    Commentaire par Gérard Guilhem — février 1, 2013 @ 4:32

  11. A tous ceux qui trouvent que la distorsion c’est pas grave et que ce qui compte c’est que ça « sonne » mieux : vous insultez l’artiste en corrigeant son œuvre sans lui demander son avis, pour qu’elle « sonne » mieux à VOS oreilles. C’est lamentable.

    Commentaire par Philippe Paternotte (@PPA94) — octobre 19, 2013 @ 2:50

  12. Depuis des décennies c’est la guéguerre entre les audiophiles et les électroniciens, ces derniers se passionnant pour le nombre de 0 après la virgule. Or le goût des aliments ne se résume pas à un pourcentage de lipides, la saveur d’un vin au pourcentage d’alcool – et le plaisir auditif c’est au niveau des oreilles que ca se passe.
    Un héros des électroniciens c’est Jack Kilby qui inventa en 1958 le circuits intégré, pour les audiophile Williamson en 1947 a mis au point un schéma qui donne satisfaction encore aujourd’hui – y compris chez moi. Si tout le monde était équipés de même, les concepteurs d’ampli électroniques soit disant HI-FI et Audiophile pourraient tous changer de métier…
    Aux sources de l’incompréhension, sans doute une frustration de beaucoup d’électroniciens qui n’intègrent pas qu’en BF on aie besoin du moins de circuits, d’étages et de boucles possible – et qu’un billet de concert et/ou une boîte de coton tige est plus utile qu’une oscilloscope…
    On a plus besoin d’électroniciens en France pour rattraper notre retard en informatique et électronique grand public que pour démolir ce qui marche depuis longtemps ! 😉

    Je vais commander le Burson, j’ai un lecteur CD a qui je voudrais donner un peu de vie… Merci aux passionnés dans leurs domaine !

    Commentaire par Laurent T — décembre 5, 2013 @ 3:08

  13. C’est désespérant de lire de tels propos. Encore un cas typique d’anthropomorphisme des objets qu’on peut facilement identifier ici: « moins de circuits, d’étages et de boucles possible » (sous entendu: la contre-réaction et l’accumulation des étages détruisent la vie), ou « j’ai un lecteur CD à qui je voudrais donner un peu de vie » => j’achète du burson qui est un élixir. Le lecteur cd est un être vivant au même titre que tous les autres éléments du système audio.
    « Au sens usuel et étroit, le terme « anthropomorphisme » définit le procédé erroné et illégitime par lequel une pensée insuffisamment critique attribue à des objets situés hors du domaine humain – objets naturels ou objets divins – des prédicats empruntés à la détermination du domaine humain, à des fins explicatives ou simplement représentatives ».
    Il est tellement facile de se réfugier derrière des concepts irrationnels plutôt que de chercher à comprendre le monde réel et progresser vers quelque chose « d’écoutable ». C’est une attitude analogue au malade du cancer qui va consulter un radiesthésiste pour échapper aux traitements lourds de la chimiothérapie; combien de patients sont morts par la faute de charlatants? Vous monsieur, vous allez dépenser des dizaines d’euros dans du burson en risquant d’appauvrir les performances de votre lecteur cd qui fonctionne très bien tel quel. Et puis il y’a cette mode du « c’était mieux avant », très en vogue chez les audiophiles: je reprends vos commentaires sur le montage Williamson complètement dépassé à l’ère du numérique. Ce que le tube faisait hier, le transistor le fait bien mieux aujourd’hui et pour beaucoup moins cher: Un LM3886 tient dans quelques centimètres carrés, faites la comparaisont de prix et de performances avec un ampli Cochet par exemple. Franchement vous préférez quoi? Le tube cathodique ou les derniers écrans plasma?

    Commentaire par FRANCIS LIBRE — décembre 8, 2013 @ 7:08

  14. Pour ou contre les modules burson,dexa,zénith ou encore hdam par rapport aux ampli op type ne5532,opa2604,lme49720, etc… les mesures électroniques à l’oscillo( sur pc!) ne veulent rien dire même si elles sont exactes sur le papier : la distorsion à 1% ou 0,00006% n ‘est pas audible ( sinon à la poubelle les platines vinyles et ampli à tubes ) j’ai modifié plus de 100 lecteurs cd avec tous types de préampli analogique même avec les préamplis à tubes et j’ai eu comme acheteurs des « néophytes » des speudo « compétents, des vrais audiophiles, des musiciens et à chaque fois ils ont choisi à l’écoute différentes versions en fonction de leurs OREILLES et de leur gouts musicaux. j’ai d’ailleurs pu constaté qu’en fonction de leur gouts musicaux ils choisissaient assez fréquemment les mêmes versions: un musicien qui joue de la contre basse se fout pas mal de 1% de distorsion (propre aux préampli à tubes ou modules hdam ou burson ), un fada de rock veut quelque chose de « dynamique » ( proche aux ampli op avec un son très « numérique » ).
    J’adore les ayatollahs de la HIFI qui croient avoir la science infuse et en conclusion tout le monde a raison et tort à la fois l’important est d’être satisfait de son choix il ne sert à rien, et surtout pas à faire avance le débat, de matraquer une solution ou une autre
    personnellement les modules dexa ou burson de dernière génération V5 sont bien plus « précis » et fin que les ampli op

    Commentaire par lemo — juin 11, 2016 @ 11:45

  15. …Je ne savais pas qu’il fallait choisir les composants électroniques en fonction des goûts musicaux. En tout cas, je préfère acheter 1 euro un NE5532 à 0,005% de distorsion, fiable et performant, que du Burson à 1% de distorsion, au comportement complètement erratique et vendu 20 ou 30 euros, merci! Les tests d’écoute ont-ils été effectués en ABx double aveugle?
    Les meilleures consoles de mixage sont encore équipées de NE5532/5534 à tous les coins de pistes et je ne pense pas que les ingénieurs qui ont conçu ces appareils soient des blaireaux.
    « Cela dit lutter contre les mythes et autres légendes urbaines dans le domaine audiophile est un travail totalement vain et de plus ça ne convainc pas tout le monde! Même avec des arguments rationnels! Peut-être faudrait-il laisser les croyances inexactes? ».
    Ce qui m’étonne toujours, c’est comment des gens peuvent, à l’oreille, faire une quelconque différence entre tel ou tel composant, alors qu’il n’ont même pas les conditions minimales requises au niveau acoustique (local + système).

    Commentaire par FRANCIS LIBRE — juin 11, 2016 @ 7:19

  16. Les gens aiment ou n’aime pas, point barre.
    Vous écouter la musique en double aveugle ABX ? Il me semble bien que les témoignages de certains concernent des conditions d’écoute en utilisation normale non ? N’est ce pas la finalité d’un système audio ? Si des personnes préfèrent choisir leur composant à l’oreille, et que par la suite ils en sont plus satisfait qu’en suivant un datasheet, je vois pas bien en quoi cela dérange… Ils font ce qu’ils veulent. Personnellement je préfère me fier au datasheet mais qu’on ait d’autres critères ne m’empêche de vivre. Car il faudra déjà démonter que les mesures présentés dans le datasheet sont les clés du bon son. En particulier, la distorsion harmonique sur signal sinus dont il est question ici : merci de prouvez que ce critère est LE critère mesurable faisant la qualité audio d’un équipement. Bon courage !

    Commentaire par Jacques — juin 28, 2016 @ 10:39

  17. « Car il faudra déjà démontrer que les mesures présentées dans le datasheet sont les clés du bon son. En particulier, la distorsion harmonique sur signal sinus dont il est question ici : merci de prouvez que ce critère est LE critère mesurable faisant la qualité audio d’un équipement. Bon courage ».

    Dans l’hypothèse où l’oreille en or existe, elle devrait faire la différence entre 0,005% et 1% de DTH, puisque cette oreille est capable d’entendre ce que les autres n’entendent pas. Bref, passons…
    J’ai parcouru le site de Burson et je me suis attardé sur les fameux modules SSVX. La doc technique de ces modules est extrêmement pauvre: pas la moindre courbe, pas d’IMD, pas de PSRR, pas de courant de bruit, pas d’overshoot, ect… Comme si le constructeur voulait cacher quelque chose d’inavouable. J’ai remarqué que le rapport de tension d’offset max / typique est de 14, soit près du double de celui du NE5532 qui est de 8. La dispersion des caractéristiques de ces modules est consécutive à la formule basée sur l’utilisation de composants discrets.Quand à la consommation, n’en parlons pas: 40mA pour un module double!! Ouf, si il fallait réaliser une console de mixage, il faudrait une sacrée alim! J’ai visionné les petites vidéos sur le montage du module, il parait qu’en 5mns on peut transformer son DAC au son absolument quelconque en truc super audiophile surlecultant. Mais à mon avis ce n’est pas gagné, vu les manipulations qu’il faut faire, on risque de passer beaucoup de temps et surtout récolter de faux contacts et des inductions parasites qui ne peuvent que dégrader les performances du bouzin.
    Jipi a mesuré 4% d’IMD sur charge de 500 ohms et là ce n’est pas bon signe, de plus ça doit commencer à s’entendre. Effectivement, la DTH n’est pas un critère objectif significatif dans un ampli en tension ou en puissance. C’est l’IMD qui lorsqu’elle atteint des valeurs élevées donne une coloration parfaitement audible d’un ampli:
    http://www.horticole.info/f6arl/doc/Distorsions.pdf
    Pour un module qui prétend remplacer toutes ces saloperies d’aop, ça semble un peu léger côté performances. Ceci dit, la coloration apportée par le module Burson peut plaire à certains, mais c’est cher payé pour un engin qui ne vaut pas chaque euro qu’il coûte, il faut le reconnaître.
    Ne pas consulter les datasheet, n’empêche effectivement pas de vivre mais permet tout de même d’éviter de se faire arnaquer ou de construire des appareils qui ne fonctionnent pas.
    Je n’écoute pas de musique en effectuant des tests ABx en double aveugle, j’ai ce qu’il faut et ça me suffit. Le test ABx permet de comparer des électroniques et de percevoir une différence entre elles (si différence il y a) à l’écoute. Ecoutes effectuées naturellement au même niveau sonore:
    http://matrixhifi.com/ENG_marco.htm (cliquer sur « BLIND TESTS »).

    Commentaire par FRANCIS LIBRE — juillet 10, 2016 @ 7:00

  18. Il est vrai que pour l’amateur, il est difficile de s’ y retrouver dans cette jungle qu’est internet où le meilleur côtoie le pire. Une vérité de La Palice? Oui, sans doute une évidence, mais combien sont-ils à se laisser engourouter par des idoles à la rhétorique habile? Il est indéniable que certaines de ces idoles qui s’intéressent surtout à la forme de leur travaux, ont des connaissances. Cependant, « connaître » n’est pas forcément synonyme de « maîtriser ». Pourtant, il y a des signes qui ne trompent pas: quelques exemples au travers d’analyses comportementales qui doivent alerter l’esprit en faisant la part de ce qui est sérieux de ce qui n’est pas sérieux. Le premier exemple c’est Francis Ibre qui dans un post consacré aux diodes rapides, a supprimé ses commentaires (des suites d’affirmations sans preuves dans lesquelles il s’embourbe) et les simulations de Francis Brooke qui démontrent que 50Hz, c’est « astronomiquement lent » donc que les diodes rapides sont inutiles dans une alimentation linéaire:
    http://forum.elektor.com/viewtopic.php?f=156010&t=2716200
    Le deuxième exemple c’est le défunt JMLC. Je lis sur un forum (mélaudia, pour ne pas le nommer) des commentaires de ce genre: « Le niveau théorique particulièrement en Math de Jean-Michel est très largement supérieur à celui de jipi » ou « JMLC = générosité, jipi = agressivité » Et encore: « J’ajouterai que l’un est venu volontiers jouer avec nous jusqu’à ce que le sort y mette un terme, alors que l’autre garde son air pour se le respirer tout seul ». Je fais remarquer que sur le blog de Jipi, tout le monde a le droit de s’exprimer ce n’est pas le cas sur de nombreux forums audio. Ensuite que JMLC ait été généreux (intellectuellement parlant) me laisse perplexe, rappelez-vous:
    https://jipihorn.wordpress.com/2008/12/14/les-ennemis-de-la-science/
    Les pavillons à profil JMLC ou assimilés sont des cas typiques de pseudo-science. Savoir que JMLC était bon en mathématiques n’est pas important. Ce qui est essentiel de comprendre, c’est qu’il a confondu l’effet et la cause dans ses théories sur les pavillons. Il est parti de conclusions présupposées (les réflexions à l’embouchure de ses pavillons sont deux à trois fois moins élevées que celles d’autres pavillons) pour aboutir au fait qui l’arrange (la mesure des HOM). Ainsi, il a occulté toute une partie sur les caractéristiques des pavillons (directivité, énergie rayonnée, réponse en énergie, ect…). On pourrait multiplier à l’infini les cas de pseudo-science dans tous les domaines de l’audio. La haute fidélité a pour vocation de reproduire les sons enregistrés avec le moins de colorations possibles. Seule la vérité scientifique permet d’aboutir à des résultats concluants.
    Rappel sur la pseudo-science dans le cas général:
    http://cortecs.org/productions-cortex/lazarus-entrevue-avec-henri-broch/ (partie 2)
    http://www.charlatans.info/pseudoscience.shtml
    A l’instar de Forr, je considère que les systèmes à pavillons ne sont pas adaptés à des écoutes domestiques: ils apportent plus de problèmes qu’ils n’en résolvent. Avant de penser « haut rendement », il faudrait peut-être s’attarder sur la phase, l’amortissement d’une membrane, la directivité, le rayonnement coïncident entre les voies, l’équilibre tonal…
    Conclusion:
    Rien n’empêche d’écouter sa musique préférée de quelque manière que ce soit, simplement, plus on accumule les croyances (le subjectivisme) dans son système d’écoute, plus on s’approche de l’erreur grossière voir de la caricature:
    http://www.melaudia.net/ecouteSud04JYK-1.php

    Commentaire par FRANCIS LIBRE — juillet 14, 2016 @ 8:47

  19. Ah bien sûr, si vous faites des mesures sérieuses vous gâchez tout le plaisir…..:-)

    Commentaire par Marc — mars 10, 2017 @ 1:48


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :